Perrin

  • L'histoire de cet exode racontée en images et en documents. Photos, lettres, carnets de route, notes, témoignages restituent l'atmosphère d'une période enfouie dans la mémoire des Français et des Belges.

  • Le XXe siècle a été celui des guerres. Pas un jour ne s'est écoulé sans que les armes, à un bout ou l'autre de la planète, n'aient parlé. Ce livre, qui combine récits et réflexions, rend compte d'un phénomène d'une ampleur inégalée dans l'histoire, tant par ses ravages matériels et humains que par ses conséquences idéologiques et politiques. Il en révèle également les spécificités : caractère multiforme des conflits, victimes civiles surpassant en nombre et en souffrances les victimes militaires, bouleversement des centres géopolitiques - la vieille Europe aux prises avec ses contradictions internes tandis que l'axe du monde bascule du côté des États-Unis et des pays d'Asie et du Pacifique - récurrence des moteurs les plus anciens de l'histoire (religions, nationalisme, xénophobie...), sans oublier les ressorts économiques et financiers qui poussent les États à précipiter les hommes les uns contre les autres, au prétexte de la défense de valeurs supérieures, totalitarismes enfin. À propos des deux guerres mondiales, il est courant de parler d'une guerre de " trente ans ", ici, il s'agit d'une guerre de " cent ans ".

  • Berlin victime d'Hitler, ou comment une capitale de l'Europe en est devenue le fantôme, touchée à mort voilà 70 ans.

    Le 2 mai 1945, Berlin dévastée tombe aux mains des Soviétiques. Avec la ville symbole du " Reich de mille ans " voulu par le Führer, c'est toute l'Allemagne nazie qui succombe.
    Pourtant, rien ne prédestinait la plus grande métropole allemande à jouer ce sinistre rôle, bien au contraire. Dès le lendemain de la Première Guerre mondiale, Berlin se signale par sa singularité. Creuset de toutes les tensions d'un pays vaincu, elle donne naissance à un bouillonnement politique et culturel qui fait d'elle l'avant-garde d'une Europe en quête de modernité.
    Aussi ni Hitler ni l'extrême droite allemande ne se reconnaissent-ils dans cette ville libérée, voire dépravée aux yeux de certains, où l'on peut côtoyer Thomas Mann et Marlène Dietrich, Brecht, Kandinsky, Feuchtwanger ou Fritz Lang. C'est à contrecoeur que le tout nouveau chancelier s'attaque à ce Berlin qu'il n'aime pas - et qui le lui rend bien. Dès son arrivée au pouvoir, il entreprend une mise au pas sanglante : incendie du Reichstag, autodafés, arrestations de masse arbitraires, camps de concentration, pogromes et Nuit de cristal.
    Dès lors, Berlin n'est plus dans Berlin, et c'est une ville vidée de ses personnalités les plus emblématiques et de ses audaces qui va se trouver précipitée dans une guerre totale où elle perdra tout - son originalité, son intégrité et jusqu'à son âme.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty