• Environ 25 % des gens, quel que soit le pays, songent ou ont déjà songé à créer leur propre entreprise, mais seuls 10 % d'entre eux se lancent en affaires. S'appuyant sur une réflexion d'Olivier de Serres, l'ouvrage présente les trois pierres d'assise de la réussite en entreprise, soit le savoir, le vouloir et le pouvoir.

    Toute entreprise est avant tout un système de recherche et de production de savoirs visant la compréhension de ce que veulent les clients et de ce dont ils ont besoin. Ce système est lié à un savoir et à un savoir-faire servant à répondre aux besoins de la clientèle. La mouvance constante de la structure concurrentielle, des goûts et des besoins des clients, de la technologie, de l'évolution des règles de jeux en affaires et des lois sociales, font que le savoir et le savoir-faire sont appelés à évoluer. Derrière ce savoir doit se trouver le vouloir de devenir entrepreneur, un désir d'indépendance et d'accomplissement. Enfin, le pouvoir, dernière pierre d'assise, consiste à avoir le contrôle de son organisation et à convaincre des clients potentiels d'acheter chez soi plutôt que chez le concurrent.

    Destiné avant tout aux propriétaires d'entreprises de moins de 50 employés, cet ouvrage propose dix clés aidant à mieux comprendre les principales règles auxquelles les directions d'entreprises - nouvelles ou anciennes - doivent se référer pour réussir leur aventure dans le monde des affaires.

  • Quel est le secret des PME qui survivent à la croissance? À partir de l'expérience de 17 entreprises québécoises, les auteurs montrent qu'au-delà de la croissance même du secteur et de stratégies de fusion ou d'acquisition, le succès relève de la dynamique de la direction et des relations particulières qu'elle développe avec les clients. Il est aussi tributaire de la capacité des organisations à s'ajuster au changement et donc de leurs pratiques d'autoréorganisation à mesure que la croissance exige plus de ressources pour innover et relever les défis du développement des marchés.

  • Pour appréhender l'entrepreneuriat, nous ne devons pas nous limiter à la simple observation de quelques entreprises, mais élargir l'analyse et prendre en compte le problème des inégalités, le degré de permissivité et les conditions de déliquescence sociale. Il nous faut donc remonter aux diverses complicités entre les acteurs socioéconomiques, et analyser les conventions et la culture entrepreneuriale à la base du dynamisme régional.

  • En utilisant tant les données de sources diverses que les résultats d'enquêtes auprès de plusieurs échantillons de PME québécoises, ce livre montre où en sont les PME manufacturières du Québec face à la mondialisation des marchés, puis conclut qu'en général, elles se débrouillent relativement bien dans le contexte d'une tendance qui s'accélère de plus en plus.

empty