• Née il y a plus de deux millénaires et demi, la tragédie grecque est, aujourd'hui encore, d'une étonnante vitalité. Chaque année, les oeuvres d'Eschyle, de Sophocle ou d'Euripide inspirent les metteurs en scène les plus novateurs. C'est d'elle qu'est né notre théâtre classique, tout comme certaines de ses réécritures modernes parmi les plus célèbres, que l'on songe à Jean-Paul Sartre, à Jean Anouilh ou à Cocteau. Et que dire de la scène lyrique, voire même de la «psychologie des profondeurs» ou de la pensée politique?
    Les études et les essais rassemblés dans le présent volume éclairent le miracle de sa naissance, montrent l'étendue de son rayonnement après avoir mis en lumière le génie individuel de chacun des trois grands poètes athéniens du Ve siècle avant Jésus-Christ, si souvent imités au cours des siècles et rarement égalés.
    Mais ce livre est loin d'énoncer les idées générales que l'on pourrait trouver ailleurs sur l'histoire du genre tragique.
    Par une étude minutieuse de quelques oeuvres exemplaires, dont les hellénistes apprécieront la rigueur et dont les autres admireront la clarté, Jacqueline de Romilly nous apprend à lire et à relire ces textes fondateurs de la tradition occidentale où Marguerite Yourcenar voyait «une tentative de langage universel» (En pèlerin et en étranger).

  • Jacqueline de Romilly
    Les Roses de la solitude
    Ce livre est fait de souvenirs et de rêveries : il évoque des objets familiers dont chacun porte la trace de ce qui fut ma vie.< D'ordinaire, on les voit à peine; on y est habitué, on ne fait pas attention. Mais il se trouve que, parfois, à l'occasion de n'importe quoi et d'un simple instant d'attention donné au passage, on retrouve un peu des souvenirs qui, avec les années, s'y sont attachés. C'est une expérience très simple et très singulière. J'ai voulu tenter de la décrire, sans modifier en rien la vérité; elle est parfois simplette, parfois naïve, mais peu importe : pour une fois j'ai voulu la dire juste comme elle était, sans rien inventer, sans rien ajouter ni corriger. Je devrais sans doute m'excuser de cette indiscrétion, mais de telles expériences n'ont de sens que si elles reflètent quelque chose d'authentique et sont capables de trouver un écho chez d'autres. Jacqueline de Romilly

  • Jacqueline de Romilly
    Les OEufs de Pâques
    "Pour la fête de Pâques, un usage largement répandu veut que l'on cache un peu partout - sans trop les dissimuler, cependant - des oeufs qui sont autant de présents à découvrir. Mais il ne s'agit pas d'oeufs ordinaires. Ils sont ornés, avec plus ou moins de goût, peints de couleurs imprévues, rehaussés de motifs, qui parfois dénotent une sorte d'intention artistique, mais parfois se contentent d'une touche fort discrète. De même, certains peuvent avoir été vidés et reconstitués. Le seul principe est que soient unis ces deux traits, en apparence assez opposés, que sont le secret des cachettes et la présence de parures délibérées. Ces textes sont bel et bien à prendre comme des oeufs de Pâques. On peut les appeler des nouvelles, à cause de ces transformations et de ces parures par lesquelles j'ai cru bon de les déguiser: en fait ce sont des souvenirs, mes souvenirs, juste un peu retouchés." Jacqueline de Romilly

  • Inventée par les Grecs dans l'Antiquité, la démocratie a vite suscité chez les Athéniens, toujours épris de discussion, des débats où s'affrontaient sa beauté et ses difficultés. Ce livre s'efforce de retracer l'histoire de ces réflexions, en choisissant quelques problèmes sans cesse repris par les auteurs. Qu'il s'agisse de l'aveuglement populaire, de l'anarchie démocratique ou des querelles de parti qui transforment le gouvernement de tous en dictature de la foule, l'expérience concrète de la petite cité athénienne se reflète, au cinquième et au quatrième siècle avant J.-C., en des textes littéraires divers, avant de se transposer en doctrines et d'aboutir aux grandes analyses de Platon et d'Aristote. D'un texte à l'autre, d'un siècle à l'autre, les arguments se répondent et se précisent, définissant les étapes d'une véritable aventure intellectuelle. Cette aventure reste liée à une forme de démocratie très différente de celle que connaît le monde moderne, mais la réflexion grecque cherche toujours à cerner l'essentiel. Ainsi s'explique que, bien souvent, l'analyse rejoigne des préoccupations qui restent encore les nôtres dans le monde d'aujourd'hui.

  • Jacqueline de Romilly
    La Grandeur de l'homme au siècle de Périclès
    À travers la lecture des grands écrivains grecs, Jacqueline de Romilly tente de nous faire mieux comprendre cette théorie de la grandeur de l'homme qui apparaît, pour la première fois peut-être, au Ve siècle avant Jésus-Christ à Athènes. Pour la première fois, les dieux n'ont plus des têtes d'oiseaux ou d'animaux, ne sont plus des faucons, des béliers, des chiens ou des vaches, ni des êtres impossibles aux attributs terrifiants, comme en Asie, ni des divinités aux mille bras, comme en Inde. Pour la première fois, ce sont tout simplement des humains. Mais cet essai ne conduit pas à un optimisme naïf. Les Grecs ne croient pas que tout va bien pour l'homme. La tragédie et l'histoire nous montrent au contraire qu'ils sont parfaitement conscients des défaites, des malheurs, des souffrances auxquelles l'humanité est exposée.

  • Jacqueline de Romilly
    Ce que je crois
    Quelques années après les événements de Mai 1968, où le doute s'était emparé des esprits - crise universitaire, crise sociale, crise des valeurs - Jacqueline de Romilly a tenu à nous dire, dans un texte bref et plein de fougue, ce que la crise lui avait au contraire révélé, sa foi dans l'homme, son esprit, sa liberté, son goût de la vérité et du bien, bref, ses convictions.

  • Jacqueline de Romilly
    Jeanne
    Voici le livre secret de Jacqueline de Romilly. Écrit dans l'année qui suivit la mort de sa mère, en 1977, elle en fit imprimer quelques exemplaires pour les donner à ses amis.

  • Comment naquit l'histoire politique en Grèce au Ve siècle avant notre ère ? En racontant la guerre du Péloponnèse, Thucydide n'a pas uniquement écrit l'histoire de la plus importante des guerres grecques : soucieux de «voir clair» dans les événements, il a scruté avec une lucidité exceptionnelle le comportement de ses principaux acteurs et mis en lumière les ressorts politiques, intellectuels et psychologiques animant les cités et les hommes de son temps. Unique par sa visée (l'histoire d'un seul événement) et par ses exigences méthodologiques, l'oeuvre de Thucydide n'en est pas moins fortement inscrite dans son époque : nombreux sont les points de contact avec les sophistes, les médecins (Hippocrate), les tragiques (Euripide), les philosophes (Platon), avec lesquels l'historien partage un même désir de connaissance.
    Les textes de Jacqueline de Romilly réunis dans ce livre présentent, avec rigueur et vivacité, quelques jalons essentiels de la réflexion qu'elle a menée durant plus de quarante ans sur Thucydide. Ils devraient intéresser non seulement les passionnés de la Grèce antique, mais aussi tous ceux qui, littéraires, philosophes, historiens ou sociologues, s'interrogent sur le « politique » et sur l'homme.

  • Durant des siècles, on a parlé grec autour de la Méditerranée. Le premier fait qui a contribué à la diffusion de la langue est le grand mouvement de " colonisation " des VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. : des petits groupes de Grecs quittent leur cité - Athènes, Corinthe... - pour s´installer dans d´autres contrées, souvent lointaines - Sicile, Grande Grèce, Massalia (Marseille) ou Antibes, et autour de la mer Noire, en Égypte, Cyrénaïque et jusqu´à Gibraltar. L´attrait de leur culture et de leur mode de vie, exerçant un rayonnement autour de chacun de ces centres fort modestes à l´origine, a facilité la diffusion de leur langue. Ainsi, le grec apparaît d´emblée comme l´instrument d´une civilisation.

    Après avoir rapidement retracé les étapes de la diffusion de cette langue que les conquêtes d´Alexandre menèrent jusqu´aux confins de l´Inde et qui est restée vivante dans tout l´empire romain, ce petit livre, qui s´adresse à tous les publics et en particulier aux non-spécialistes, en multipliant les comparaisons avec le français, s´attache à analyser les traits propres à une langue alliant rigueur et souplesse. C´est donc à des exercices d´admiration que le lecteur est convié, et ce dès la présentation des outils grammaticaux (l´existence de trois genres, de trois voix, le système des temps, le mode optatif...), mais aussi lorsque est évoquée la force concrète des images et le halo sacré où baignent certains mots comme érôs ou hadès.

  • Confrontée au mal de notre époque - cette perte du sens et de la parole vraie - Sabine Carion a voulu aller à la rencontre de grands témoins du siècle, de ceux qui ont montré par leur courage et leur persévérance qu'une vie digne est toujours possible et que la grandeur de l'Homme mérite d'être défendue. Ces rencontres l'ont bouleversée, au-delà de ce qu'elle imaginait. Ces témoins lumineux lui ont redonné confiance et l'ont confortée dans la joie de s'engager. Cet enthousiasme, cette sagesse puisée à la source de l'expérience vécue par ces combattants de la liberté, elle a voulu la partager avec le plus grand nombre dans ce livre en forme de trésor, un trésor pour chacun d'entre nous.
    />

  • Une présentation de la tragédie grecque antique, basée sur ce paradoxe : les spectateurs en connaissent la fin - révélée par le choeur ou un acteur - ce qui n'empêche pas le suspense.

empty