• Pendant quelques années, Tommy Madsen est le plus grand. Lutteur athlétique et sauvage, champion en titre, il galvanise les foules tout en se refusant aux outrances théâtrales, jusqu'à ce qu'un combat aux conséquences tragiques brise sa carrière. Madsen perd sa ceinture, puis sa famille, et s'isole dans sa maison de Stowe, dans les montagnes Vertes. Il n'en sort plus que pour livrer de rares combats, délaissant peu à peu le ring. Mais Guillaume Fitzpatrick apparaît sur le pas de sa porte. Il est journaliste sportif, il sera son biographe officiel. Assisté par Hugo Turcotte, un collègue fin connaisseur de lutte, il est venu en Nouvelle-Angleterre interviewer Madsen, son entourage et les vétérans du gym de Burlington où l'ex-champion a fait ses classes vingt ans plus tôt. Mais une histoire en cache toujours une autre; Turcotte et Fitzpatrick l'apprendront bien assez vite. Ils déterrent de vieilles rancunes et quelques squelettes au passage, déclenchant un jeu funeste d'attaques et d'esquives dont ils auront à payer le prix. Entre le Québec et les États-Unis, entre l'univers des frères Rougeau et celui des frères Coen, L'homme qui a vu l'ours raconte les coulisses d'un monde noir et extravagant où les blessures ne sont pas toutes mises en scène.

  • Cette idée, aussi, d'être Blancs, et assez fous pour partir un mois en Inde, sur les traces des Beatles. Cette idée de penser que les quatre étoiles, les wagons de première classe et notre amour nous protégeraient des reflux d'acide, des regards hostiles et de la possibilité concrète de mourir, à court de grâce, main dans la main, dans les rues de Delhi.

  • Le numéro d'été de L'Inconvénient propose Le fantasme de la survie un dossier fouillé sur cette propension au macabre, cette « fascination morbide pour l'apocalypse et la destruction, comme si nous avions besoin de maintenir coûte que coûte la menace, aussi fantasmatique soit-elle » dans un monde où tout est pourtant réuni pour nous permettre une vie sans souci. Nous incitant à nous considérer comme individus vivant en sursis, attendant l'écroulement, cet état d'esprit nous convie aussi à vivre dans la complaisance et sans souci de l'autre, à vivre « à côté de la vie ». Un dossier signé par Evan Osnos, Christian Guay-Poliquin, Dalie Giroux, Vincent Lambert et Alain Roy. Aussi dans ce numéro, un poème de Patrice Desbiens, une BD de Samuel Catin, un reportage sur la traduction au Québec et au Canada par Mauricio Segura, la peinture de Dil Hildebrand et les habituelles chroniques littérature, cinéma et séries télé.

  • Lire Ducharme sans Ducharme, c'est à cela que le mystérieux écrivain convia son lectorat. Depuis sa mort en 2017, c'est un état de fait d'autant plus vrai. « Lire Ducharme sans Ducharme » pour la revue L'Inconvénient, c'est l'occasion de consacrer un numéro estival à revisiter l'héritage et l'oeuvre de cet auteur à l'écriture « baroque et bigarrée, truffée de références savantes et populaires, de calembours, de virtuosités langagières aussitôt annulées par des maladresses délibérées. » En peinture, découvrez l'oeuvre de Trevor Kiernander. Lisez aussi un extrait du prochain roman de Ying Chen « où Irène Curie croise des Japonais décédés sous le rayonnement des bombes. » Ensuite, Georges Privet discute des échanges créatifs entre cinéma et nouvelles expériences immersives. Sylvain David, lui, offre un tour d'horizon de polars internationaux au petit écran, puis Stanley Péan livre la première partie d'un essai sur le jazz et la condition des Noirs aux États-Unis.

  • Pour clore l'année, la revue L'Inconvénient propose un dossier thématique sur le néoconformisme. Personne ne veut faire partie du « troupeau ». On se targue d'être libre, mais à ne pas vouloir entrer dans un moule, à « s'anticonformer », on finit parfois tout de même par se fondre dans une masse. Être anticonformiste, aujourd'hui, ne prend-il pas l'allure d'un autre conformisme ? Faudrait-il alors être anti-anticonformiste ? Collaboratrices et collaborateurs se penchent sur la question. Aux lectrices et lecteurs, ce numéro propose aussi Cioran en bande dessinée, la troisième partie de Jazz et condition noire aux États-Unis par Stanley Péan, un portrait de la peintre Judith Berry, un de l'oeuvre postréférendaire du cinéaste Denys Arcand, un regard sur les héroïnes des séries Sharp Objects et Killing Eve, un texte de fiction, de la poésie et les chroniques de Patrick Nicol, Geneviève Letarte, Olivier Maillart, pour la dernière fois, et Vincent Lambert, pour la première.

  • Après le début du mouvement #Moiaussi (#MeToo), assistons-nous à une deuxième révolution sexuelle ? Peut-être est-ce le cas. La revue L'Inconvénient plonge et pose cette question dans son numéro d'automne où un dossier est consacré à ce que cette prise de conscience et de parole change (ou pas). Précarité du mouvement, plaidoyer pour la nuance des stéréotypes de genre, malaise, les collaborateurs et collaboratrices multiplient les angles d'approche afin d'approfondir la réflexion sur ces enjeux nécessaires. Ensuite, dans la rubrique « Peinture », découvrez le travail de Manuel Mathieu. Puis, David Dorais aborde Entrez dans la danse dans la rubrique « Ces livres dont on dit du bien ». Georges Privet, lui, s'attarde à ce que la série de films The Purge dit de l'évolution de l'Amérique dans la dernière décennie. Enfin, lisez également la deuxième partie de l'essai de Stanley Péan sur le jazz et la condition noire.

  • This volume is a collation of original contributions from the key actors of a new trend in the contemporary theory of knowledge and belief, that we call "dynamic epistemology". It brings the works of these researchers under a single umbrella by highlighting the coherence of their current themes, and by establishing connections between topics that, up until now, have been investigated independently. It also illustrates how the new analytical toolbox unveils questions about the theory of knowledge, belief, preference, action, and rationality, in a number of central axes in dynamic epistemology: temporal, social, probabilistic and even deontic dynamics.

  • Pompéi

    Patrick Roy

    Chaque fois que je sors de moi-même, je me liquéfie, au gré des journées de travail et des villes où je m'égare, étranger. Je m'arrache du lit le matin pour retomber en enfance ou en convulsion devant les cadences d'un monde durci. Partout l'avenir passe pour mort et j'essaie d'habiter le présent dans un univers d'algorithmes où règnent l'évasion et l'expérience client - pour un peu, j'y croirais encore. Il y a les voix de mes parents et tous mes âges emmêlés, il y a des nuées d'oiseaux jaseurs et mon corps couvert de cendres. Il y a les signes multiples que nous courons à notre perte et l'évidence de ma bonne fortune. Je sais bien qu'on dort toujours sur le Vésuve, n'empêche : j'apprends à être là pour ceux que j'aime.
    - P. R.

  • Nicolas Jones a la trentaine noire, une peur bleue des rapports humains : le passé l'a laissé dans un sale état. Il est aussi vaguement poète, ce qui n'arrange pas les choses. Une femme l'attend, mais lui se coupe chaque jour davantage de ses semblables, d'un monde qu'il éprouve par le prisme d'une mythologie échevelée où se croisent le hockey, les cow-boys et le rock qui rit jaune. Un soir de vapes, où Jones est au plus bas, un vieux paria un peu ours, couturé de défaites lui aussi, le relèvera. Sans se connaître, ils se reconnaîtront frères de déglingue.

    Western métaphysique où les duels avec soi conduisent à enjamber le garde-fou des ponts, La ballade de Nicolas Jones raconte en parallèle les amours ratés, les humiliations et les violences qui ont fait ces deux déclassés magnifiques - jusqu'à l'épreuve d'une mort annoncée. Mais il raconte aussi les échappées où tout à coup plus rien n'est joué d'avance.

    Si La ballade de Nicolas Jones, par sa langue cinétique, dessine un monde où la beauté naît dans l'âpreté et la hantise, on reste du côté des vivants, du côté de ceux que la vie touche jusqu'à l'os mais qui, contre toute attente, tiennent jusqu'à la vingt-cinquième heure.

empty