• Lettres a lucilius

    Sénèque

    "Une grande partie de la vie s'écoule à mal faire, la plus grande à ne rien faire, la vie tout entière à faire autre chose. Quel homme me citeras-tu qui mette un prix au temps, qui estime la valeur du jour, qui comprenne qu'il meurt chaque jour? Mon cher Lucilius, embrasse toutes les heures." (Lettre 1) Vivre en accord avec le destin, se défaire du superflu, adopter une attitude digne face à la mort et garder, en toutes circonstances, la tranquillité de l'âme : telles sont les leçons que Sénèque enseigne à son disciple Lucilius au fil de cette correspondance pédagogique. Manuel pratique à l'usage de l'apprenti stoïcien, les Lettres à Lucilius (Ier siècle apr. J.-C.) nous exhortent de changer nos habitudes afin de nous changer nous-mêmes, et d'apprendre à mourir - pour essayer de vivre.

  • Conseiller de Néron après avoir été son précepteur, Sénèque est l'un des détenteurs du pouvoir impérial. Lorsqu'il rédige ce court traité, vers 58 après J.-C., il adresse une réponse à tous ses détracteurs, envieux de sa fortune, qui voient en lui un stoïcien de luxe. Comment douter que son aspiration au souverain bien et à la vertu soit sincère ? Comment ne pas entendre l'avertissement adressé à tous ceux qui se laissent gouverner par la débauche et la recherche des plaisirs ?

  • Cette édition de La Tranquillité de l'âme insiste sur la dimension universelle de l'œuvre : Sénèque s'y adresse à Sérénus, déchiré entre son aspiration pour la sagesse et son goût pour ce qui brille, afin de l'aider à se rapprocher du bonheur. Comment atteindre la tranquillité et le bonheur ? Comment se préparer à l'adversité ? Comment faire bon usage de ce que l'on possède ? Quelle vie choisir ? Toutes ces questions sont également au cœur de La Retraite, texte majeur dont cette nouvelle édition comporte la traduction inédite. Les deux traités, qui se répondent et annoncent les Lettres à Lucilius, permettent de saisir la complexité de la réflexion de Sénèque sur les rapports entre l'action et la contemplation. Loin d'être figée ou dogmatique, la pensée de Sénèque est en mouvement et en constante construction. C'est ce qui fait tout l'intérêt de ces deux petits traités.

  • Oedipe

    Sénèque

    La peste ravage la ville de Thèbes, royaume d'OEdipe et de son épouse Jocaste. Punition divine, car l'assassin du roi Laius, le premier mari de Jocaste, n'a jamais été retrouvé. OEdipe décide de mener l'enquête. Mais, victime d'une malédiction - l'oracle de Delphes lui a prédit qu'il tuerait son père et épouserait sa mère -, ne serait-il pas lui-même le responsable des malheurs de Thèbes?
    Tableaux sanglants, détails morbides : Sénèque fait de l'histoire d'OEdipe une tragédie baroque avant l'heure, mais aussi un traité de stoïcisme en acte, où il s'interroge en philosophe - comment en vient-on à commettre pareilles transgressions? comment concilier liberté individuelle et fatalité du destin?
    OEdipe est le héros tragique absolu : monstrueux, excessif mais infiniment digne de pitié.

  • Phèdre

    Sénèque

    C'est la folie d'une passion coupable, d'un amour condamné par la société et la nature, c'est l'horreur de l'inceste : Phèdre, petite-fille du Soleil, aime Hippolyte, son beau-fils. Le mythe de cette héroïne éternelle est traité par Sénèque avec l'habileté du moraliste stoïcien. Il dresse de ses sentiments déréglés, qu'il comprend comme des maladies de l'âme, un tableau clinique, adouci seulement par les perspectives d'une sagesse presque épicurienne.
    D'Euripide à Racine, les plus grands dramaturges ont été séduits par le destin de Phèdre. Maillon indispensable entre le théâtre grec et les versions modernes, la pièce de Sénèque fait partie des rares témoignages de la tragédie latine qui nous soient parvenus. En s'attachant à respecter le vers latin, cette nouvelle traduction a choisi de faire honneur au style baroque et puissamment évocatoire de l'un des sommets de la littérature antique.

    Dossier :
    1. De la mythologie au drame
    2. Les antécédents de Phèdre dans le théâtre grec
    3. Phèdre et Ariane dans l'imaginaire latin
    4. Phèdre, femme séductrice et interdite.

  • Médée

    Sénèque

    Pour Jason, qu'elle a aidé à conquérir la Toison d'or, Médée a trahi son père, tué son propre frère, commis crime sur crime.
    Mais lorsque celui à qui elle a tout donné décide de la répudier pour épouser Créüse, la fille du puissant Créon, sa fureur ne connaît plus de limites : cette mère, pourtant aimante, sacrifiera ses deux enfants innocents sur l'autel de la vengeance...
    Avec Médée, rédigée entre 63 et 64 de notre ère, Sénèque donne l'une de ses plus belles tragédies. L'amour et la passion y conduisent insensiblement à l'acte le plus inhumain : l'infanticide.

    Dossier :
    1. Médée dans la littérature grecque
    2. Médée dans la littérature latine
    3. La «fureur» de Médée
    4. Médée à travers les siècles.

  • L'oisiveté (otium) n'était pas pour les Romains un vilain défaut mais, au contraire, le contrepoint nécessaire au negotium, à l'activité, celle des affaires courantes et extraordinaires, qui dilapident le temps et exacerbent les passions. Pour autant, pas question de « ne rien faire ». Pour le sage, être oisif, c'est choisir la retraite, l'exil intérieur et le repli sur l'activité méditative. Préférer l'étude de la nature et la contemplation, pour trouver le bonheur. Dans notre époque où tout va trop vite, apprenons à nous débrancher. Adoptons le programme de Sénèque.

  • "La colère est une courte folie." Venant compléter les Consolations et De la tranquillité de l'âme, traduits et publiés  dans cette même collection, ces pages constituent un petit viatique susceptible de nous guider vers la voie de l'apaisement.

  • Conseiller de Néron après avoir été son précepteur, Sénèque est l'un des détenteurs du pouvoir impérial. Lorsqu'il rédige ce court traité, vers 58 après J.-C., il adresse une réponse à tous ses détracteurs, envieux de sa fortune, qui voient en lui un stoïcien de luxe.Comment douter que son aspiration au souverain bien et à la vertu soit sincère ? Comment ne pas entendre l'avertissement adressé à tous ceux qui se laissent gouverner par la débauche et la recherche du plaisir ?

  • « La plupart des hommes au moment de s'embarquer ne songent pas à la tempête. » Introduction agréable à la pensée stoïcienne, l'oeuvre philosophique de Sénèque se veut aussi une médecine de l'âme. Les quatre traités ici rassemblés composent à leur façon un manuel de vie à l'usage d'une humanité en quête de sagesse. Sous la forme de dialogues qui sont autant d'invites à nous détacher des tourments qui quotidiennement nous affligent, Sénèque guide ainsi son interlocuteur sur le chemin de la vertu.

  • Au travers de son expérience exceptionnelle, Sénèque cherche comment prolonger la vie humaine en la débarrassant des mille futilités qui l'encombrent sans lui apporter de richesse supplémentaire. Il nous aide ainsi à évaluer ce qu'est une vie vraiment vécue.

  • « Si quelque doute pouvait s´élever sur ses autres conséquences, on reconnaîtra du moins qu´aucune passion ne fait le visage plus hideux. [...] Revêche, hargneux, tantôt pâle de tout le sang qui reflue et en est chassé, tantôt rougeâtre par la concentration de la chaleur et de la vie sur la figure, avec ses veines gonflées, ses yeux tantôt tremblants et sortant de l´orbite, tantôt fixes et hallucinés. Ajoute les dents qui s´entrechoquent et cherchent à dévorer quelqu´un, avec un grincement semblable à celui du sanglier agitant ses défenses... »Dans son traité sur la colère, rédigé pendant son exil en Corse, en 41 après Jésus-Christ, Sénèque se propose d´analyser les mécanismes psychologiques de la colère et ses effets au quotidien, sur le plan individuel comme sur le plan politique (en particulier dans le contexte de l´Empire romain après la mort de Caligula).Allant à l´encontre de la pensée d´Aristote, qui fait de la colère une vertu sans laquelle l´âme demeure inerte, Sénèque présente la colère comme l´envers de la réflexion et de la raison. En faire un usage raisonnable lui paraît ainsi absurde. Il la décrit comme un « gouffre pour les âmes » : si elle parvient à ses fins, elle mène à l´orgueil ; si elle échoue, elle conduit à la folie.Partant du principe qu´il est impossible de résister à ses passions, mais que l´on peut leur fixer une limite, Sénèque suggère d´apprendre à refréner sa colère, tout en prenant en compte le caractère de chacun : tout le monde ne réagit pas de la même manière face à la violence, la terreur ou la honte ; même si tous, âges et peuples confondus, font face à ce sentiment. Pour cela, il faut connaître la colère, enquêter sur ses méfaits, reconnaître ses manifestations, et la « faire passer à la barre ».Notre édition reprend le livre III du traité De la colère, qui revint sur les principaux arguments des deux premiers livres dont Sénèque était insatisfait, en y ajoutant des éléments fondamentaux.Ce thème est abordé en classe de terminale en philosophie. Edition établie d´après Les OEuvres de Sénèque, Garnier frères, 1860-1861. Seule édition disponible : De la colère, Société d'Édition « Les Belles Lettres », collection Des Universités De France (CUF), Association Guillaume Budé, 1962, 35 EUR.

  • Principal conseiller de Néron dont il a été précepteur, en charge des affaires de l'Empire, Sénèque se tient à l'écart des intrigues de cour et préfère se consacrer à la rédaction de traités philosophiques. Il dédie La Tranquillité de l'âme à Sérénus, jeune homme venu à Rome faire carrière, mais heuré par la rudesse des moeurs du pouvoir : troublé, irrésolu, Sérénus ne parvient pas à recouvrer son équilibre psychologique. Sénèque lui enseigne le stoïcisme et lui prodigue force conseils afin qu'il trouve la paix intérieure grâce à une véritable thérapie de l'âme.

  • Dans les Lettres qu'il envoie à son ami et disciple Lucilius. Sénèque nous donne une leçon de liberté, une revendication d'autonomie de la volonté, un appel à se déprendre de tout ce qui nous rend esclaves. Une leçon de courage aussi. Bref, une leçon de sagesse toujours vivante pour le lecteur du XXIe siècle en quête d'une authentique liberté intérieure. Petit à petit, il est conduit, à l'instar de Lucilius. à prendre conscience de sa vie, de son quotidien. à le regarder d'un oeil neuf, à travailler sur soi et à éprouver la tranquillité de l'âme, source de joie authentique, le gaudium du Sage. Les Lettres choisies traitent des thèmes essentiels de la sagesse sénèquienne. Elles ont été sélectionnées afin de donner au lecteur l'idée la plus précise possible du cheminement que Sénèque propose à Lucilius.

  • De la Vie Heureuse

    Sénèque

    " De la vie heureuse " est un traité de sagesse, intemporel et universel. Il a été écrit par Sénèque comme un dialogue avec un interlocuteur imaginaire, vers 58 après Jésus Christ. Son principal objet est de montrer que le bonheur n'est pas matériel, mais naît d'une vie en accord avec la vertu et la raison (selon les préceptes du stoïcisme). Sénèque nous livre sa philosophie du bonheur et de la sagesse : comment atteindre " ce que nous devons chercher " (la vie heureuse), puis " comment nous pouvons l'atteindre le plus rapidement ".

  • Au travers de son expérience exceptionnelle, Sénèque cherche comment prolonger la vie humaine en la débarrassant des mille futilités qui l'encombrent sans lui apporter de richesse supplémentaire. Il nous aide ainsi à évaluer ce qu'est une vie vraiment vécue.

  • Dans un dialogue imaginaire avec Serenus, jeune homme troublé en proie à des questions existentielles, Sénèque expose, dans un traité qui se veut pédagogique, les principes d'une philosophie dont les chemins conduisent vers la sagesse et le bonheur. 

  • "Nous n'avons pas trop peu de temps, mais nous en perdons beaucoup". 

    Un Traité philosophique absolument incontournable et très actuel sur le rapport au temps dans lequel Sénèque nous invite à faire une pause dans nos vies surmenées, à prendre le temps de vivre pleinement.

  • "Que philosopher c'est apprendre à mourir". Emprunté à Cicéron, ce titre célèbre de l'un des Essais de Michel de Montaigne résume l'enseignement attendu du stoïcisme - l'école philosophique dont Sénèque, homme d'État et écrivain latin (4 av. J.-C. - 65), fut l'un des plus éminents représentants. Pourtant son petit traité De la brièveté de la vie n'a rien de tragique, et s'il nous invite à méditer sur l'imminence de la mort, c'est bien plutôt pour nous apprendre à vivre. Vivre véritablement, c'est-à-dire en philosophe. Jean-Pierre Cassel fait plus ici qu'interpréter le texte : il incarne à proprement parler Sénèque. L'acteur fait siens le souffle et la chair du philosophe et sa seule voix, sereine et ferme, donne à entendre la pratique philosophique stoïcienne dans une interprétation sobre et délicate. Claude Colombini-Frémeaux

  • Sénèque est un philosophe, un dramaturge et un homme d'État du premier siècle après Jésus-Christ. Il a été en charge de l'éducation de Néron, futur Empereur de Rome. Sa pensée se situe en filiation avec le Stoïcisme grec, mais la notion de système est mise à distance au profit de considérations davantage morales que métaphysiques. Le principe moteur de sa réflexion reste cependant la distinction purement stoïcienne entre les événements extérieurs à soi sur lesquels on ne peut agir, et ceux qui ne dépendent que de soi-même : la vertu, le jugement et la volonté. De la Tranquillité de l'âme est un magnifique exemple de cette philosophie du triomphe de l'homme vertueux, en harmonie avec lui-même et le monde

  • Venez découvrir De la brièveté de la vie, l'ouvrage de Sénèque, grâce à une analyse philosophique de référence.
    Écrite par un spécialiste universitaire, cette fiche de lecture est recommandée par de nombreux enseignants.
    Cet ouvrage contient plusieurs parties : la biographie du philosophe, le résumé détaillé, le courant philosophique, le contexte de publication et l'analyse complète.
    Retrouvez tous nos titres sur : www.fichedelecture.fr.

empty