• Peut-on réfléchir, avec calme et probité, aux questions que pose limmigration ?Un pays comme la France peut-il garder le contrôle des flux migratoires sans renoncer pour autant aux principes dhospitalité et douverture qui font partie de son identité ?Sur

  • Voila bientôt trois décennies que la « question » des migrations occupe le devant de la scène de nos sociétés. Cela commence à faire beaucoup. Et elle est de plus en plus enveloppée dans des discours ouvertement racistes et xénophobes. Il est urgent de changer notre regard.Qu'on le veuille ou non, l'immigration va encore se poursuivre. Elle viendra de toutes parts. Ou bien on la perçoit comme une menace, et alors c'est la politique de l'obsession anti-immigrés qui prévaut, ou bien on la prend comme un défi, et alors elle appelle à une lutte sans concessions contre toutes les démagogies qui taraudent le lien social, chez nous aujourd'hui.Il faut le dire clairement : l'immigration est nécessaire car elle est un moyen de puissance économique, sociale et culturelle, pour la France comme pour l'Europe.Et il faut avoir le courage de réaffirmer que notre avenir, c'est celui d'une nation humainement métissée et culturellement unie autour des valeurs républicaines de solidarité, de liberté et de respect de la dignité des citoyens.C'est ce que ce livre démontre. Et ce pourquoi il plaide.Sami Naïr s'appuie autant sur les études les plus récentes que sur sa propre expérience - il a été le premier délégué interministériel au Codéveloppement et aux Migrations internationales (1988-1999) - pour décrire ces grands courants migratoires non seulement en France mais aussi ailleurs dans le monde. Son analyse est portée par la ferme conviction que ces mouvements de populations sont positifs pour les nations qui les accueillent comme pour les pays d'origine qui peuvent en tirer avantage. Car le codéveloppement est la solution la plus efficace et la plus réaliste pour faire de l'immigration une forme nouvelle de coopération entre les pays riches et les pays pauvres.Professeur d'université, ancien député européen, Sami Naïr est l'auteur de nombreux ouvrages dont Une politique de civilisation (avec Edgar Morin, Arléa, 1997), L'Immigration expliquée à ma fille (Seuil, 1999), L'Empire face à la diversité (Hachette Littératures, 2003).

  • Depuis plusieurs années, un débat s'est engagé sur la nature et la signification des mutations qui bouleversent le monde. Des mots comme mondialisation, globalisation, sont devenus des lieux communs ; d'autres, plus vieux, après avoir subi un apparent discrédit sous les coups de la pensée unique, comme Empire, impérialisme, capitalisme, refont leur apparition. Et, chez pratiquement tous les auteurs, s'est installée l'idée que ce sont les États-Unis, ascendants ou décadents, qui déterminent la structure profonde de ce système.
    Sami Naïr propose ici une analyse de ces mutations à partir d'une vision plus radicale : bien que jamais le pouvoir de l'Amérique n'ait été aussi grand, ce n'est pas cela qui définit l'originalité de notre monde, mais plutôt la formation à l'échelle planétaire d'un vaste empire marchand, avec sa dynamique propre. Celui-ci tend à conformer partout des systèmes politiques, culturels, sociaux, ainsi que des discours de légitimation de sa puissance pour assurer la seule transformation radicale dont il est porteur : l'extension illimitée du pouvoir de la marchandise sur les êtres.
    Construction européenne, formation des élites mondiales, tragédie d'un monde arabo-musulman, interminable conflit israélo-palestinien, désagrégation des sociétés du Sud... : autant de données à analyser dans le mouvement violent d'expansion de cet empire marchand universel. Celui-ci parviendra-t-il à soumettre la diversité des êtres et des cultures à la seule loi de l'équivalence marchande ? Ou bien assistera-t-on à la montée renouvelée des nations, de formes originales de souverainetés citoyennes, de solidarités des peuples ? Ce livre offre une lecture lucide de ce « nouveau » monde impérial, dessinant sa portée civilisationnelle mais aussi les terribles barbaries qu'il produit et qui le minent de l'intérieur.

empty