Langue française

  • Ce volume est à la fois un livre d'histoire et un livre d'histoires : histoire de l'implantation du service social colonial et son devenir après les indépendances ; histoires de celles qui furent les pionnières et les actrices.

    Grâce à un considérable travail d'archives, Simonne Crapuchet, auteur coordinatrice, retrace un pan encore méconnu de l'histoire coloniale et post-coloniale. Sa triple position de chercheuse, enquêtrice et actrice de cette histoire explique la diversité et la qualité des témoignages qu'elle a su recueillir à côté du sien : témoignages savoureux parfois, instructifs
    toujours, de femmes qui, au Tchad, au Vietnam, en Côte d'lvoire, au Congo, au Burkina-Faso, à Madagascar, au Cameroun, au Sénégal, au Laos, en Guinée, en Centrafrique, contribuèrentà la création et au développement de services sociaux ruraux et urbains, furent assistantes sociales des Armées ou d'entreprises, qu'elles soient laïques ou religieuses, et quels que furent leur bord politique ou leur lucidité face à l'irréversibilité des indépendances.

    Ces femmes se trouvèrent parfois en butte à l'incompréhension des administrations et/ou des services divers, mais elles surent s'imposer grâce à leur volonté de pionnières et grâce à leur connaissance du terrain. Elles éclairent ici, avec leurs souvenirs et la mise à jour qu'en fait Simonne Crapuchet, bien des aspects encore vivants de continents qu'un Occident trop sûr de lui a tendance aujourd'hui à uniformiser dans une même misère.

  • Bagatelle 1930-1958

    Crapuchet Simone

    • Eres
    • 24 Octobre 2018

    Cette synthèse retrace les grands mouvements d'un siècle qui a vu la séparation des églises et de l'Etat avec la laïcisation des hôpitaux, l'accélération sans précédent des
    connaissances en médecine, en chirurgie et surtout en biologie, la socialisation de la médecine due à l'extension progressive de la couverture des soins et traitements par la
    Sécurité sociale, la disparition progressive de la charité sous ses formes anciennes et l'emprise grandissante de l'Etat sur les structures sanitaires privées. En effet, la Maison de santé protestante de Bordeaux, oeuvre privée de grande ampleur née au siècle dernier, s'est engagée depuis sa création dans une réflexion et une action innovantes en matière de soins et de conception de l'hôpital. Témoins de ce développement la création de l'Ecole de garde-malades (en référence au système Nightingale) qui devancera en France les instructions ministérielles pour la formation des infirmières, celle d'un hôpital-école et d'un service de soins à domicile.

    Durant ces années marquées par la Deuxième Guerre mondiale, cette institution sera soutenue par un groupe d'administrateurs très actifs, membres pour l'essentiel des églises protestantes de Bordeaux animés par une vision de l'homme à la fois humaniste et laïque. Sa direction est entièrement confiée à une femme issue du sérail, ancienne élève assurant conjointement le fonctionnement de l'Hôpital-école avec internat, d'une école de formation à la gestion et à l'administration hospitalières (économes) et d'un complexe d'activités relevant d'un dispensaire orienté vers l'hygiène sociale et les traitements.

    Avec cette monographie qui vient enrichir la collection ETHISS, consacrée à l'histoire des institutions privées sociales et sanitaires, l'auteur a allié les méthodes propres à
    l'histoire (examen d'archives et de documents) à celles des sciences sociales (analyse sociologique de la population des élèves des diverses formations, questionnaire auprès de trois cents anciennes et de témoins encore vivants, administrateurs et médecins de cette époque).

empty