• 6 juin 1944 : les Alliés débarquent en Normandie. Après 80 jours de combat, ils libèrent Paris. À la fin mars 1945, la bataille est terminée dans l'est de la France. Il n'en est pas de même à l'Ouest, où 75 000 soldats de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine résistent sans faillir aux assauts des troupes alliées et françaises dans six forteresses édifiées sur le littoral de France : Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle, Royan et la pointe de Grave. Grâce à de monumentales batteries d'artillerie, des fossés antichar et une défense aérienne redoutable, les soldats allemands ont reçu l'ordre de Hitler de tenir jusqu'au bout. Le 14 avril 1945, sous la conduite du général de Larminat, la campagne de l'Atlantique est déclenchée. Après des semaines de combats acharnés où près de 60 000 civils sont pris en otage, les troupes françaises - pourtant peu expérimentées et faiblement armées -, formées pour l'essentiel de combattants FTP et FFI, obtiennent la reddition de l'ennemi. En moins d'un mois, les poches sont réduites les unes après les autres : Royan (18 avril), l'île d'Oléron (1er mai), l'île de Ré et la Rochelle (7 mai), Dunkerque (9 mai) Lorient (10 mai) et Saint-Nazaire (11 mai). Au final, des villes entièrement dévastées où les « empochés » ont enduré des conditions de vie épouvantables alors que le reste du pays fêtait la Libération. Stéphane Simonnet lève ici le voile sur les batailles oubliées de la libération de la France.

  • 6 juin 1944. 176 jeunes volontaires, avec à leur tête le commandant Kieffer, sont les premiers et les seuls Français à fouler les plages de Normandie. Qui sont ces jeunes hommes entraînés durement depuis des mois en Grande-Bretagne qui s'emparent du casino de Ouistreham avant de libérer la ville ? Pour la première fois, certains d'entre eux se racontent.

    Au crépuscule de leur vie, les vétérans du Commando Kieffer livrent leurs souvenirs. Ils ont tous en commun d'avoir sacrifié leur jeunesse pour défendre leur pays. Ils ont abandonné leur métier, renoncé au confort d'un foyer, quitté leurs amis, leur famille, parents, frères et soeurs. Les uns ont traversé les mers, les autres franchi les Pyrénées pour répondre à l'appel du général de Gaulle et rejoindre l'Angleterre. Devenus commandos de la France libre, ils ont connu le baptême du feu en Normandie, surmonté leurs doutes, affronté toutes les peurs. Certains ont vu mourir leurs camarades, d'autres ont été grièvement blessés, laissés pour morts sur la plage.

    C'est cette expérience de la guerre, intime et souvent enfouie, que ces vieux soldats ont accepté de livrer à Stéphane Simonnet. Modèles de courage et de modestie, ces combattants, devenus héros de la Seconde Guerre mondiale, nous captivent et nous touchent.

  • Toute l'histoire des événements et des combats, heure par heure, jour après jour Le D Day reste un des faits majeurs de la Seconde Guerre mondiale, un tournant sur lequel les historiens n'ont pas fini d'écrire. Quant à la bataille de Normandie, qui commence le 7 juin au matin pour se terminer 100 jours plus tard, si elle est restée longtemps oubliée, elle semble aujourd'hui réhabilitée et reconnue. Mais si ses grandes phases sont plutôt connues, lon connaît beaucoup moins bien les milliers d'événements et de faits qui ont ponctué ces trois mois de combats en Normandie Appréhender le Débarquement heure par heure et la bataille de Normandie jour après jours, permet de mieux comprendre les enjeux stratégiques et militaires des Alliés comme des Allemands. Revivre jour après jour ces journées de l'été 1944 dans le moindre détail, nous amène à découvrir ou redécouvrir ces longs et douloureux combats menés pour la liberté, et met en relief des faits connus, d'autres ignorés, des affrontements oubliés, des histoires d'hommes sans pareil, des sacrifices ultimes, des actes d'héroïsme et de bravoure restés anonymes...
    Inexistante à ce jour, la « Chronographie du débarquement et de la bataille de Normandie » s'impose aujourd'hui comme un ouvrage de référence et un outil de travail indispensable pour qui veut comprendre la petite comme la grande histoire de cet épisode unique de la Seconde guerre mondiale en Europe.

  • Un des grands personnages du 20e siècle : le Maréchal Pétain, de la naissance d'un mythe à son image reproduite sur de multiples objets.

  • Un des grands évènements du 20e siècle : le mouvement de la France libre organisé à Londres par le général de Gaulle en juin 1940.

  • Un des grands événements du XXe siècle : Paris libéré en 1944, de la résistance intérieure à la reconnaissance populaire du Général de Gaulle.

  • 6 juin 1944. On l'oublie trop souvent, cent soixante-dix-sept jeunes volontaires, avec à leur tête le commandant Kieffer, sont les premiers et les seuls français à fouler les plages de Normandie. Rattachés à la première brigade spéciale britannique, ses hommes entraînés durement depuis des mois en Grande-Bretagne s'emparent du casino et du port de Ouistreham. Ces « Frenchies » font la jonction avec les parachutistes britanniques à Pegasus Bridge, fait d'armes immortalisé par le fi lm Le Jour le plus long.
    Si cette troupe de choc est célèbre, on connaît moins l'homme qui lui a donné son nom. Rien ne le prédestine à devenir militaire à 42 ans. Né à Port-au-Prince à Haïti, de père alsacien et de mère haïtienne, il est banquier, marié et a deux enfants. Le 1er juillet 1940, il rejoint les forces navales françaises libres en Angleterre. Sa vie bascule. Il y découvre les méthodes et les succès des commandos britanniques. Dès le printemps 1942, il rassemble sous ses ordres une vingtaine de volontaires dans les environs de Portsmouth pour fonder une unité française. Loin de la légende, on découvre, à travers un récit haletant, la trajectoire incroyable d'un « civil en uniforme », militaire atypique, un brin marginal, et véritable héros du D-Day.
    « Jamais il ne réclama de ses hommes quelque chose qu'il n'eût pu accomplir lui-même, et on l'aimait pour cela. » Cornelius Ryan

  • Atlas numérique optimisé pour une lecture sur tablette.
    Le format ePub 3 permet de profiter de toutes les fonctionnalités de la lecture interactive : zoom HD sur les cartes, indexation, recherche in texte, navigation hypertextuelle, tables des matières interactives, textes en POP-UP, environnement ergonomique personnalisable.

    Plus de 120 cartes et infographies pour raconter les combats de la France durant la Seconde Guerre mondiale.
    O Septembre 1939-juin 1940, la « drôle de guerre » aboutit à l'occupation et à l'opposition entre la France de Vichy et la France Libre.
    O Vichy et Londres, deux capitales pour mener une guerre parfois fratricide sur tous les fronts, de Mers el-Kébir à Bir Hakeim o Rome.
    O En métropole, la Résistance contre l'occupant se structure dans la clandestinité et le danger.
    O Pas à pas, le parcours de la Libération prend corps jusqu'à la remontée fulgurante vers Strasbourg.

    Une synthèse unique et un outil magnifique qui remet à l'honneur l'action locale des forces résistantes, souvent ignorées et anonymes, une cartographie qui met en lumière un pays déchiré, luttant d'une part contre l'invasion nazie et les troupes de l'Axe, de l'autre contre ses ennemis intérieurs.

    Retrouvez également sur l'AppStore l'application gratuite La cartothèque des Atlas Autrement qui propose l'achat au chapitre pour tous les titres de la collection Atlas Autrement.
    © Éditions Autrement, 2014

  • Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie. Les maquisards sortent alors de l'ombre et s'engagent dans les combats de la Libération. Cette résistance en armes a pourtant été longue à s'imposer : les maquis n'apparaissent que lorsque le refus du Service du Travail Obligatoire pousse des milliers de réfractaires à choisir la clandestinité. Les chefs de la Résistance se sont largement divisés à leur sujet : quelle place accorder aux maquis ? A quel moment les employer ? Guérilla, action immédiate, attente du jour J ? Tenus à l'écart par les Alliés et le général de Gaulle, les maquis ont finalement longtemps été privés d'armes. Rassemblés sous la bannière commune des FFI en 1944, les hommes et les femmes des maquis allaient toutefois écrire les plus belles pages de l'histoire de la Résistance intérieure, sur le plateau des Glières, dans le Vercors, au mont Mouchet ou à Saint-Marcel. Stéphane Simonnet présente une histoire synthétique des maquis dans la diversité de leurs formes et de leurs combats. Il revient sur la vie de ces volontaires engagés pour mettre fin au régime de Vichy et à l'occupation allemande.

  • Affiches, spots télévisés, films, clips, discours, slogans, photos. Voilà la panoplie des formes et des outils de la propagande moderne dont le caractère manipulateur est devenu de plus en plus sournois. La désaffection de la politique dans les démocraties occidentales pousse à se servir "d'images symboles" qui appellent plus au positionnement identitaire qu'à proposer et faire connaître un programme.

empty