Presses de la Cité (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Apparemment, il ne se passe rien dans ce petit village perdu. Ou presque. Juste quelques comédiens déguisés en procureur, en gendarme, en avocat, qui échouent dans un bistrot. Que sont-ils venus chercher ici ? Ils se réchauffent, en attendant la reprise d'un film interrompu. Mais les villageois s'affolent. Sans raison. À tout hasard, le boulanger endosse son ancien uniforme de Résistant. L'épicier se débarrasse d'un vieux revolver qu'il gardait sous son matelas. La libraire se libère de ses fantasmes, tandis que le promoteur se met à la chasse des antisémites. Seul le photographe reste indifférent. Et c'est justement lui qui semble visé. Par qui ? Par un bruit qui court. Dans ce village perdu, aucun personnage ne porte son nom ou son prénom. L'épicier s'appelle l'épicier. La peur s'appelle la peur. Voici le nouveau roman de Vahé Katcha. Il est court, précis, sans un mot superflu. L'action se passe en douze heures. L'humour côtoie le tragique. Vahé Katcha manie ses personnages avec une plume acérée. On en sort avec des cicatrices.

  • Apparemment, il ne se passe rien dans ce petit village perdu. Ou presque. Juste quelques comédiens déguisés en procureur, en gendarme, en avocat, qui échouent dans un bistrot. Que sont-ils venus chercher ici ? Ils se réchauffent, en attendant la reprise d'un film interrompu. Mais les villageois s'affolent. Sans raison. À tout hasard, le boulanger endosse son ancien uniforme de Résistant. L'épicier se débarrasse d'un vieux revolver qu'il gardait sous son matelas. La libraire se libère de ses fantasmes, tandis que le promoteur se met à la chasse des antisémites. Seul le photographe reste indifférent. Et c'est justement lui qui semble visé. Par qui ? Par un bruit qui court. Dans ce village perdu, aucun personnage ne porte son nom ou son prénom. L'épicier s'appelle l'épicier. La peur s'appelle la peur. Voici le nouveau roman de Vahé Katcha. Il est court, précis, sans un mot superflu. L'action se passe en douze heures. L'humour côtoie le tragique. Vahé Katcha manie ses personnages avec une plume acérée. On en sort avec des cicatrices.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty