• Dans le Fondateur, Richard Sunderland Beauclair, petit-fils d'un marquis français et fils d'un coutelier américain, devenait « le grand joueur » de la fin du XVIIIe siècle. Dans le Séducteur, notre personnage va jouer un jeu encore plus dangereux. Depuis que la Révolution a éclaté à Paris, il est riche, mais il va bientôt constituer son empire en fournissant des armes aux différents ennemis. Le joueur est aussi risque-tout et vient s'aventurer jusqu'au pied de la guillotine. Ce roman, d'une richesse inouïe, brosse le tableau d'une des périodes les plus bouleversées de l'histoire. Nous voyons Richard Sunderland à Londres, avec les grands de ce monde et les émigrés de l'ancien temps. À Paris, avec tous les personnages de la Révolution et de la contre-Révolution. À Venise, où le séducteur enlève la belle Andrée de Lusignan, son seul grand amour. Bientôt, le Directoire sera là, avec ses agioteurs, ses Incroyables et ses Merveilleuses. À la fin, notre héros prépare son coup de maître, la première expédition à Port-au-Prince. Amoureux de l'or, du pouvoir et des femmes, Sunderland, créateur de la dynastie, nous attache autant qu'il nous inquiète. Sa volonté de puissance cache souvent la tendresse, et sa passion du luxe côtoie souvent la misère et le désespoir.

  • Entrez dans ce roman d'une richesse incroyable, vous ne pourrez pas en sortir avant la fin, qui est un commencement. Notre héros, Richard Sunderland Beauclair, petit-fils d'un marquis français et fils d'un coutelier américain, compte parmi ces personnages séduisants, inquiétants, passionnants, de la fin d'un siècle et du début d'un nouveau. Avec lui, à travers les péripéties les plus diverses, nous allons voir se jouer une comédie humaine à l'échelle internationale, sur les territoires des puissances de ce temps : l'Angleterre, la France, les États-Unis. Richard Sunderland Beauclair, séducteur, joueur, partage sa vie entre les femmes et l'argent, qui le mèneront aussi facilement au désastre qu'au succès. On ne peut que s'attacher à ce dandy, qui relève en même temps de Don Juan et de Volpone. À la fin du XVIIIe siècle, il vivra dans les fastes d'Oxford et les bas-fonds de Londres ; à la cour de Versailles, dans les intrigues de la reine et des Polignac. Il sera acteur d'un combat naval sans précédent. Intermédiaire dans la guerre d'indépendance des États-Unis, ce fou de l'argent deviendra l'époux d'une folle. Ce joueur sera joué à Port-au-Prince par une irrésistible et dangereuse métisse, Polinyce. Le roman se terminera à New York, où notre « fondateur de dynastie » va devenir, dans l'ombre de Washington, l'un des hommes les plus riches et les plus passionnants de son temps.

  • Après « Le fondateur » et « Le séducteur », « Le conquérant » poursuit la chronique de la dynastie des Sunderland-Beauclair. Après avoir traversé - non sans risques - la fin de l'Ancien Régime et la Révolution, Richard Sunderland plonge ici dans les fastes et les misères d'une Europe ébranlée par les faits d'armes de Napoléon. Les océans sont sillonnés de navires remplis d'or, qui permettent victoire ou défaite. Avec « Le conquérant », vous vivrez à la Cour du Roi d'Espagne, recherchant les maudites piastres qui brûlent les doigts. À Londres, vous rencontrerez une petite ouvrière chez les magnats de la finance. Vous irez au bal chez M. de Talleyrand ; à Vera Cruz, au pays de l'or, des passions et des complots, vous subirez le siège d'une hacienda. Richard Sunderland, manipulateur des gouvernements, crée un empire aux multiples ramifications internationales. Il va désormais dominer le monde. Argent, armes, secrets, espionnage, vous serez au coeur du Congrès de Vienne, qui porte Sunderland au zénith du monde occidental. Si notre héros sait distribuer la puissance entre ses enfants, qui vont se partager les banques de toutes les grandes capitales, ceux-ci lui joueront cependant bien des tours et, notamment, celui qui le fera mourir. Sunderland est mort, vive la Dynastie !

  • Au XVIe siècle, la puissance turque menace la chrétienté. Derrière les murs du harem, des centaines d'esclaves, capturées dans l'Europe entière, vivent de l'espoir d'être un jour distinguées par le Sultan. A 16 ans, Roxelane est plus belle, plus intelligente et surtout plus ambitieuse que ses compagnes d'infortune. Elle a perdu son pays, la Pologne, son nom, sa liberté mais elle est prête à toutes les séductions et toutes les cruautés pour le pouvoir. Dès lors son destin est lié à celui du sultan Soliman. Sur le chemin qui mène à la gloire peut-être rencontrera-t-elle l'amour ? Roxelane la divine et Soliman le magnifique : leur histoire devait survivre aux siècles. Vintila Corbul et Mircea Burada font revivre avec faste deux êtres exceptionnels qui furent réunis pour l'Éternité à l'ombre d'une mosquée de marbre.

empty