• Le numérique s'impose dans (presque) la totalité de notre vie. Y échappaient encore notre psychisme, notre santé mentale. Les développements de la e-santé mentale et de la e-psychiatrie vont en étendre l'influence jusqu'à ce qui constituait le coeur de notre intériorité.

    Dès à présent, toute personne présentant un problème de santé mentale peut trouver un ensemble d'applications pour son smartphone. De très nombreux travaux en montrent l'intérêt, l'efficacité, les risques aussi, dans la prévention et le soin. Mais très au-delà des applications actuelles, les technologies mobiles connectées permettront bientôt une extension ubiquitaire du potentiel d'observation et d'action en médecine mentale, et s'inséreront finement dans les moindres interstices de nos vies publiques et intimes.

    Quels en sont l'efficacité et les risques ? Comment nous "réinventer" dans univers connecté, potentiellement transparent, que rend prévisible leur développement en santé mentale ? Quelles sont les régulations nécessaires, et celles qui sont possibles ? Comment en exploiter au mieux le potentiel de ces évolutions ?

    C'est une analyse approfondie et sans concessions de ces questions qu'entreprend cet ouvrage, solidement ancré dans les travaux les plus actuels de la psychiatrie et des neurosciences, des sciences sociales, de l'épistémologie, de la philosophie de l'esprit, et des sciences de l'information et de la communication.

    Destiné aux professionnels de la santé, de la e-santé, aux décideurs politiques, il intéressera aussi les citoyens concernés par l'avenir de leur santé mentale.

  • La dépression concerne chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes en France, et elle peut avoir des conséquences désastreuses. Les connaissances sur ses mécanismes et sur les stratégies thérapeutiques efficaces se sont développées de façon exponentielle au cours de la dernière décennie. Elles montrent que, si les solutions à la souffrance dépressive existent, elles sont le plus souvent complexes, et qu´une compréhension fine de leurs fondements est indispensable à une efficacité réelle et durable. C´est à une telle compréhension que vise cet ouvrage, en s´appuyant sur une analyse critique approfondie des études scientifiques les plus récentes.  Comment la dépression « se fabrique-t-elle » ? Comment s´en sortir et éviter de rechuter ? Quelle est l´efficacité des multiples propositions de solutions disponibles ? Comment les articuler de façon cohérente et adaptée à la spécificité de chaque situation ? Quels sont les intérêts et les limites de l´approche « evidence-based » en santé mentale ? Tant les personnes souffrant de dépression et leurs proches que les professionnels concernés trouveront ici matière à nourrir leur compréhension et à développer leurs possibilités d´actions dans la prévention et la résolution des troubles dépressifs. 

  • Depuis 2 décennies, la santé mentale (pré)occupe beaucoup les sociétés occidentales. Dépression, anxiété, autisme, hyperactivité, troubles du comportement alimentaire, burnout, souffrance psychosociale, suicide... Ces thèmes mobilisent aujourd´hui des moyens considérables dans les dispositifs de santé publique et, comme le précise un slogan classiquement utilisé dans les campagnes d´information, « tout le monde est concerné ». Dans cet ouvrage, Xavier Briffault fait le point sur ce dont il est question lorsqu´on parle ainsi de « santé mentale », de « troubles mentaux », de « souffrance psychique » - domaines particulièrement difficiles, puisqu´ils concernent ce qui distingue l´humain au sein du règne animal, la complexité de sa vie psychique, relationnelle, sociale. Particulièrement éclairantes, les analyses de Xavier Briffault mettent en évidence deux manières de concevoir la santé mentale aujourd'hui. L´une, celle de la psychiatrie scientifique internationale, qui trouve sa formalisation dans le célèbre « Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux », le DSM, s´intéresse essentiellement aux différentes manières d´aller mal (et d´y remédier). L´autre, davantage portée par la psychologie, et en particulier ce qu´il est convenu d´appeler la psychologie positive, s´intéresse plutôt aux différentes manières d´aller bien (et d´aller mieux). Ces deux « courants » s´ancrent également dans des positionnements philosophiques et anthropologiques (des modèles de l´humain et de la santé) qu´il est indispensable de comprendre pour saisir les principes organisateurs des mises en oeuvre techniques.
    Xavier Briffault :

    Xavier Briffault est chercheur en sciences sociales et épistémologue de la santé mentale au CNRS, rattaché au CERMES3 (Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société). Il s'intéresse plus particulièrement à la dépression, aux troubles obsessionnels compulsifs, aux psychothérapies et aux programmes de prévention en santé mentale. Il développe sur ces sujets une analyse sociologiquement et épistémologiquement informée de l'efficacité des interventions, en particulier dans le cadre de l'extension du paradigme Evidence-based medecine (EBM) à la médecine mentale. Auteur de plusieurs dizaines de publications, il intervient comme expert pour plusieurs institutions de santé publique (HCPS, HAS, Inpes, MILDT, Agence de la biomédecine,...).

  • Notre vie commune est faite de centaines d´actes quotidiens dont nous avons le sentiment d´être les auteurs et les responsables. Bien peu de ces actes engagent d´intenses réflexions, des conflits moraux torturants, des vérifications méticuleuses, des précautions extrêmes, ou des conséquences gravissimes. Parfois pourtant, ces actes d´une grande banalité deviennent pour certaines personnes la source de grandes souffrances. Si par exemple elles jettent une poubelle, ce n´est pas sans en avoir vérifié le contenu 10 fois, et jusqu´après que le sac ait été jeté dans la benne à ordures. Parfois, cela prend tant de temps que les poubelles s´accumulent dans une pièce du logement. Étrangement, ce ne sont pas là des choses qu´elles choisissent vraiment de faire ; elles ont plutôt le sentiment de ne pas pouvoir ne pas les faire. Plus étrange encore, elles n´y sont pas contraintes par quelque délire qui altérerait leur jugement ou leur sens de la réalité. Elles ont parfaitement conscience de l´absurdité et du caractère excessif et pathogène de leurs comportements. Pour autant, il persiste.
    Comment comprendre ces phénomènes, que la psychiatrie contemporaine désigne sous le nom de « Troubles Obsessionnels-Compulsifs » ? D´où viennent-ils ? Comment peut-on éviter qu´ils surviennent ? Lorsqu´ils sont présents, comment y mettre un terme ?
    Ce sont les principales questions qu´abordent dans cet ouvrage deux chercheurs en santé mentale, Margot Morgiève et Xavier Briffault, en présentant de façon très vivante, à partir d´une situation typique de trouble obsessionnel-compulsif, les grandes connaissances scientifiques dont nous disposons actuellement en psychologie, en psychiatrie, en neurosciences, en épidémiologie, en sciences sociales pour comprendre ces problématiques, leurs manifestations, la manière dont elles se développent de l´enfance à l´âge adulte, les approches thérapeutiques disponibles pour y remédier, et les modalités sociales de gestion du retentissement qui leur est associé.
    Margot Morgiève :
    Margot Morgiève, docteur en sociologie des sciences est chercheuse post-doctorante au Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (Cermes3) et à l´Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM). Elle a une triple expérience, clinique, scientifique, et sociologique. Après avoir exercé comme psychologue clinicienne auprès d´adolescents et d´adultes souffrant de troubles psychotiques, elle a rejoint une équipe de recherche en neurosciences (Behaviour, Emotion and Basal Ganglia) et réalisé un ensemble de projets en partenariat étroit avec l´Association Française de personnes atteintes de Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) et de leurs proches (AFTOC). Elle a reçu en 2014 le prix du Congrès Français de Psychiatrie de la meilleure publication scientifique en psychiatrie pour ses travaux sur la dynamique des modifications cérébrales lors d´une psychothérapie comportementale des TOC. Depuis 2014, elle conduit un programme de recherche visant à développer des solutions originales de compensation du handicap psychique. Margot Morgiève est actuellement membre d´un groupe de travail du Haut conseil pour la santé publique (HCSP) chargé de l´évaluation du plan national de prévention du suicide 2011-2015.

    Xavier Briffault:

    Xavier Briffault est chercheur en sciences sociales et épistémologue de la santé mentale au CNRS, rattaché au CERMES3 (Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société). Il s'intéresse plus particulièrement à la dépression, aux troubles obsessionnels compulsifs, aux psychothérapies et aux programmes de prévention en santé mentale. Il développe sur ces sujets une analyse sociologiquement et épistémologiquement informée de l'efficacité des interventions, en particulier dans le cadre de l'extension du paradigme Evidence-based medecine (EBM) à la médecine mentale. Auteur de plusieurs dizaines de publications, il intervient comme expert pour plusieurs institutions de santé publique (HCPS, HAS, Inpes, MILDT, Agence de la biomédecine,...).

empty