• Le royaume nordique d'Artasie est à feu et à sang. Ses luttes intestines tournent à l'émeute, au chaos et pourraient bien enfanter le démon de l'humanité. Les hurlements des suppliciés résonnent des profondeurs des catacombes jusqu'aux impassibles bois de Belzinka. Sceptre à la main, le nouveau seigneur Zarnakh confie alors une mission au capitaine de la garde. Il devra l'accomplir à la suite du Tournoi quadriennal d'Elyris s'il veut revoir sa fille vivante. A l'autre bout de la Terre sous les deux Lunes, dans la majestueuse forêt sacrée d'Eltalièn, Eleriel cherche inlassablement des réponses sur ses origines. L'étrange sang violet qui coule de ses veines lui en apportent dans un premier temps, mais pour en savoir plus, il devra poursuivre sa quête jusqu'à la grandiose civilisation d'Elyris... Où tout semble converger.

  • Chassés par le royaume qu'ils tentaient de protéger, Eleriel et Meyel partent en catastrophe vers les rivages australs de la mer Capricia en quête du mystérieux artefact mentionné par Alexir. Pendant ce temps, l'étau se resserre autour d'Elyris. Les cités alliées tombent unes à unes, dévastées par l'armée surpuissante de Zarnakh. Il n'est pas aisé pour les souverains de Delohacan, du Val disparu ou de Caldérone de choisir entre héroïsme ou une bien plus sage soumission à l'envahisseur. A l'intérieur des fortifications, le peuple d'Elyris doit lui aussi faire avec le rationnement et les privations d'un siège interminable. Tiraillé entre le sens du devoir et la faim, chacun fait ses choix, en conscience, en attendant l'issue de la guerre. Les technologies secrètes des hommes permettront-elles de se libérer du joug ennemi ? L'invocation qui se prépare dans les bas-fonds des bois de Belzinka ravagera-t-elle ce qui reste encore debout sur la Terre sous les deux Lunes ? Le sceptre et l'épée d'Isèmbor devront se heurter pour en décider...

  • Le sport cycliste constitue une surenchère de défis physiques imposés aux coureurs et la dramatisation médiatique a donné aux épreuves une dimension légendaire. Le peloton se caractérise par une organisation sociale et hiérarchique atypique, une transmission orale des techniques corporelles. Ces éléments peu exotiques interpellent cependant par leurs originalités les concepts de l'ethnologie.

empty