• La philosophie de la mythologie, enseignée à plusieurs reprises par Schelling à Munich et à Berlin, représente dans l'oeuvre ployédrique et successive à la fois un texte soigneusement achevé, presque un point d'orgue, et l'un des fils conducteur les plus solides du développement organique. Une série de leçons professées naguère à Naples sous l'égide de l'Istituto Italiano per gli studi filosofici a offert aux auditeurs un exposé schématique de l'ouvrage, rendant compte des problèmes attenants, de sources et de composition, et sommairement du contenu. Le tout est marqué au signe de la tautégorie, qui s'énonce ainsi : les figures mythologiques signifient ce qu'elles sont et sont celles signifient. En vue de la réédition le texte a été soumis à une révision et à une mise à jour. On y a ajouté une brève introduction et trois études plus récentes, qui témoignent de la hantise de l'origine, thèma majeur et ressort caché d'une « mythologie expliquée par elle-même », et par conséquent mieux comprise et objectivement interprétée. Xavier Tilliette est professeur émérite de l'Institut Catholique de Paris et de l'Université Grégorienne de Rome.

  • Durant deux décennies intenses (1794-1814), avec acharnement et sans interruption, Fichte s'est efforcé à coup de reprises et de remaniements, d'inculquer son intuition originaire de la philosophie comme « doctrine de la science » et d'en élaborer la présentation systématique. Les études et commentaires ici rassemblés jalonnent le parcours du philosophe « vingt fois sur le métier remettant son ouvrage ». « Mon système est le premier système de la liberté », avait-il écrit d'emblée à Reinhold, et à l'époque cette proposition avait tout l'air d'un paradoxe. Mais plus qu'un système de la liberté, c'est la science de la liberté que la Wissenschaftslehre déploie dans ses versions successives et dans les écrits populaires qui lui font escorte. La science de la liberté monnayée dans les diverses « Doctrines de la Science » accomplit la pacifique révolution du Transcendantal, amorcée par Kant et abandonnée par Schelling et Hegel. Le transcendantal bien compris et mis en oeuvre signifie l'empire absolu du Sollen et, dans l'histoire, l'expansion d'une éthique à travers le monde et ses institutions. Xavier Tilliette est professeur émérite de l'Institut Catholique de Paris et de l'Université Grégorienne de Rome.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • Les études rassemblées ici, dont la rédaction s'échelonne sur un quart de siècle, attestent l'unité latente, fondamentale, qui s'impose à l'instance critique d'une grande philosophie.

  • Schelling

    Xavier Tilliette

    Malgré le nombre et la valeur des traductions, et malgré maintes études parues au cours des dernières années, le nom de Schelling est encore largement inconnu en France, et sa philosophie méconnue. Or, il s'agit d'un génie philosophique de premier ordre. Xavier Tilliette a entrepris de raconter une vie qui éclaire singulièrement une oeuvre « en devenir », épousant toujours le mouvement de l'existence. Schelling, éternel commençant, s'il n'a pu achever son grand projet des Âges du monde, a parcouru dans leur diversité les âges de la vie, « de la belle aube au triste soir », traversant la Révolution, l'Empire, le romantisme, la Restauration et 1848, pour finir dans un oubli relatif et dans l'isolement.

empty