Langue française

  • Louis-Joseph Papineau est une figure à la fois mythique et controversée du nationalisme et de l'indépendantisme québécois. Il paraît aujourd'hui autant susceptible d'être annexé que son souvenir est flou, comme effacé par le temps ou peut-être sciemment poussé vers l'oubli. Ambigu, il rappelle les espoirs et les frustrations d'un peuple qui peine encore à se représenter lui-même et à imaginer son destin. Yvan Lamonde nous livre une analyse historique de la pensée de Papineau qui éclaire la vision qu'avait celui-ci de l'indépendance et de l'émancipation de ses concitoyens. On découvre qu'avant d'être une question de langue ou de religion, la séparation d'avec la métropole était d'abord pour Papineau une question de démocratie. De sa confiance dans les institutions libérales britanniques à l'espérance d'un soutien de la France jusqu'à son admiration pour le modèle états-unien et son rêve d'une «nation colombienne» qui engloberait éventuellement tout le continent, ses idées épousent le paysage politique du siècle de l'éveil des nationalités et évoluent face aux bouleversements qui ont marqué sa vie, comme la rébellion, l'exil, l'ostracisme. Si, en réaction à sa conception de l'émancipation, s'est formé un type dominant de nationalité, essentiellement culturel, axé sur la «conservation» de la langue, de la religion et des moeurs, l'intérêt contemporain d'une réflexion sur l'indépendance par la République indique le renouveau et l'actualité de sa pensée et de son action.

  • Dans l'histoire du Québec, les événements de 1837 et 1838 tiennent une place d'une importance indiscutable. Révolution manquée, l'ombre de cet échec plane sur l'imaginaire politique jusqu'aux référendums de la fin du xxe siècle. Mais ces événements sont aussi un moment fondateur d'une importance insurpassée pour une idéologie qui a pourtant connu plusieurs mutations : le républicanisme québécois.

    Pour Yvan Lamonde, ce moment, source d'une ambivalence identitaire profonde, se représente d'abord par deux personnages complémentaires mais opposés, comme les deux hémisphères d'un cerveau : Louis-Joseph Papineau, le « Grand Libérateur » qui exprime avec constance son opposition au régime colonial et son adhésion au projet républicain américain, et Étienne Parent, journaliste nationaliste et populiste avant la lettre, réformiste et modéré de la « famille de Québec ». Ce dernier est aussi le maître à penser de Louis-Hyppolite La Fontaine, ce Patriote convaincu devenu, après la défaite de Saint-Charles, le contempteur de Papineau et qui réussit bien à ostraciser celui-ci. S'ajoute à cette distribution le Dr Cyrille-Hector-Octave Côté, au sang chaud, figure plutôt rare du révolutionnaire anticlérical. C'est au croisement de ces quatre chemins que se sont trouvés les femmes et les hommes de l'époque. Cet ouvrage, d'une remarquable richesse et d'une grande clarté, présente pour la première fois la topographie des idées et des voies politiques proposées en 1837 et en 1838.

empty