• Le 1 er août 1914, le tocsin résonne ; tous les hommes valides sont mobilisés et parmi eux Louis, instituteur à Cheux. Sa femme Hélène, fille de paysans du bocage, et leur fils Pierre partent habiter dans la ferme de la belle-mère de Louis. Ils y demeureront durant toute la guerre, offrant leur sueur à l'exploitation familiale.
    En quatre ans, Louis ne reviendra que trois fois en permission. Des étreintes du couple naîtra la petite Blanche. Une naissance entachée par l'absence.
    A la ferme, plus de nouvelles du soldat. Le 11 novembre, l'armistice est signé. Les mois s'écoulent et Louis n'a toujours pas écrit. Est-il vivant, mort ou disparu ?
    Bouleversements, passions, deuils se succèdent dans ce roman où s'entrecroisent l'horreur des tranchées et le quotidien de personnages gouvernés par la loi des saisons et les travaux des champs.

  • Julien et Marguerite sont frère et soeur. Inséparables. D'une exceptionnelle beauté. Leurs innocents jeux d'enfants laissent vite place à une singulière attirance. En dépit des mises en garde, de l'interdit, de la religion, des séparations, ils cèdent malgré eux à une passion dévastatrice et coupable.
    Marguerite est mariée de force à treize ans avec le seigneur de Hautpitois, bien plus âgé et auprès duquel, battue, violée, séquestrée, elle vivra un véritable calvaire. Mais les deux adolescents vont se retrouver tels deux aimants appelés l'un vers l'autre, et commettre l'impardonnable adultère. Ils fuient, le mari furieux à leurs trousses, traversant la Bretagne, le Maine, l'Anjou jusqu'à Paris où ils espèrent se fondre dans l'anonymat des rues grouillantes. Ils y sont attrapés, jugés, condamnés à mort et guillotinés devant une foule horrifiée.

  • Romain Grall, écrivain en vogue et célibataire endurci, rencontre un jour, lors d'un voyage en Thaïlande, Juliette, professeur d'histoire-géographie, irrésistible et libre de surcroît. Romain succombe sur-le-champ. Incurable romantique, il est pour l'amour d'une vie ou rien. Ils s'installent ensemble à Saint-Malo où se poursuit leur idylle passionnelle. Juliette rêve d'avoir des enfants. Mais des examens montrent qu'elle est stérile. Dès lors, insidieusement, elle se détache de celui qu'elle aimait jusqu'à la déraison. Et s'en va. Lui, l'aime toujours, d'un amour d'écrivain en quête d'infini. Des mois, des années s'écoulent. Afin d'évacuer le désespoir qui est en lui, Romain décide d'écrire un roman autobiographique baptisé provisoirement " Romain sans Juliette ". Quand, soudain, l'inimaginable survient.
    Roméo retrouvera-t-il Juliette ? Et dans quelles conditions ?

  • Un terrible fait-divers qui défraya la chronique en 1912 : le roman d´une famille aristocratique, unie dans le vice et la débauche. En filigrane, la vie quotidienne d´un village normand devenu tristement célèbre, à l´aube duXXesiècle.
    Le roman débute par l´union de deux êtres qui allient richesse, titres, jeunesse. En 1892, dans les vieux manoirs de l´ancien bailliage de Falaise, on se réjouit d´une heureuse nouvelle : le mariage de Marguerite-Amélie-Hélie de Tréprel avec son cousin le baron Maxime Ménard de Couvrigny. De cette union naissent quatre beaux enfants. La vie pourrait être belle mais la baronne se met à boire, un peu, beaucoup. Trop. Elle boit tant qu´elle se met à fréquenter les cabarets des environs et n´hésite pas à offrir son corps à qui lui offre à boire. Une addiction fatale qui entraîne ses enfants dans le vice et la débauche.

    Un seul obstacle à ces dépravations : le baron Maxime de Couvrigny, homme de bien, estimé dans tout le pays mais bafoué chez lui, qui se console en vivant retiré dans ses appartements.

    Ce sont là des raisons suffisantes pour que toute la famille se ligue contre lui...

  • En 1402, fort du soutien de l'Espagne, le Normand Jean de Béthencourt part à la conquête des îles Fortunées pour convertir le peuple guanche au christianisme. Une belle esclave affranchie, Isabelle, doit servir d'interprète.La situation de la jeune Canarienne est difficile : elle souffre de voir asservir son peuple qu'elle a l'impression de trahir, mais elle est troublée par Hannibal, fils de Gadifer de la Salle, un des chefs de l'expédition Accusée d'aider les siens, Isabelle est faite prisonnière par des soudards français, violée, et a le nez sauvagement coupé. Elle parvient néanmoins à s'arracher des griffes de ses tortionnaires et retrouve Hannibal. Mais elle est enceinte. Qui est le père ? Se sentant indigne de l'homme qu'elle aime, elle décide de revenir auprès de son peuple pour renouer avec les traditions séculaires de son île, avec son fils condamné, du fait de son sang européen, à être un paria. La « trêve pacifique » entre Français et Guanches prend fin, lorsque Hannibal, par accident, tue l'un de ces derniers. Un combat va opposer le fils du conquérant et Auago, noble îlien. Mais c'est Isabelle qui mourra sous les coups d'un guanche, avide de revanche?

  • Par une nuit de novembre 1872, sur les hauteurs de Rouen, Delphin Luce, un garçon de dix ans, et la jeune Justine Boulard sont sauvagement agressés, au retour de l'usine de tissage où ils sont employés. L'enfant périt dans cette attaque qui bouleverse la Normandie.
    Lorsqu'elle recouvre la parole, Justine varie dans la description de son agresseur et la police multiplie les arrestations, aiguillonnée par la presse, les rumeurs, les dénonciations. Enfin, à la surprise générale, la jeune fille désigne un proche, père de famille jouissant d'une honorable réputation.
    Faut-il la croire ? Confronté à la fragilité des témoignages, à l'ambiguïté des faits, aux silences de Justine qui réveillent les spectres de l'occupation prussienne récente, le juge d'instruction Julien Delavigne doit éclairer de bien sombres mystères. Avant de guider la justice vers un inattendu coupable...
    « ENQUÊTE, SUSPENSE, HUMOUR, ÉMOTION ET UNE SUPERBE PLONGÉE DANS ROUEN IL Y A 150 ANS : UNE RÉUSSITE ! »
    MICHEL BUSSI
    Tout en dénouant les fils d'une authentique énigme judiciaire, Yves Jacob, récompensé notamment par le prix Guillaume-le-Conquérant et le prix du Roman populaire, brosse une passionnante peinture de la Normandie du XIXe siècle, entre ville et campagne, bourgeoisie distinguée et monde ouvrier.

  • " Il y a d'abord dans ce récit une chaleur humaine qui ne trompe pas, et qui, recréant une réalité disparue, crée le miracle : l'Occupation, la guerre, ces années terribles de 1940 à 1945, Yves Jacob ne les a pas directement vécues, mais il nous les fait vivre ou revivre dans leur intime vérité... "
    Jean Huguet (ancien président du Prix des Libraires pour la première parution du roman aux éditions Le Cercle d'Or).
    Septembre 1939. A dix-huit ans, Hugo découvre Dinan où sa famille s'est réfugiée, une ville fascinante dont les pierres lui parlent. Il rencontre Françoise. Malgré tout ce qui les oppose - il est fils de bourgeois, elle est sympathisante communiste - va naître et grandir en eux un amour qui transcendera leurs destins. Quand la guerre totale éclate, Françoise aide les réfugiés, se dévoue pour tout ce qui touche à l'humain. Hugo l'observe avec ironie, curiosité, l'admire, s'interroge. Il s'engage alors dans la Résistance. Si Françoise l'aime toujours, elle ne veut pas être un frein pour ce jeune homme en quête d'absolu. Elle s'éloigne quand leurs rapports pourraient se figer dans une banale histoire d'amour. Les années passent dans la clandestinité. A la Libération, Hugo pleure ses amis disparus. Il a le sentiment, devant cette jeunesse sacrifiée, qu'il n'a pas donné assez de lui pour sa patrie blessée. Pire, il pense que Françoise l'a trahi. Il s'enrôle alors dans l'armée de Lattre de Tassigny afin de porter le fer et le feu sur les terres allemandes, espérant ainsi égaler l'héroïsme de ses frères de combat et participer enfin à la paix. Il part, mais Françoise est toujours là, hantant son coeur et ses pensées...

  • Près de Caen, la vaste propriété normande d'Héloïse devient maison d'accueil pour enfants en difficulté. Héloïse déploie tout son amour pour protéger les petits Raphaël et Justine, porteurs d'un lourd secret...
    " Elle a embrassé Raphaël sur les deux joues, il a jeté ses bras autour de son cou. Elle lui a dit au revoir mon petit homme. Il lui a répondu au revoir. Au revoir qui ? Au revoir, tata Héloïse ! Elle a failli ajouter : Au revoir mon petit amour. Elle y a renoncé. On le lui a assez rabâché : ces enfants ne sont pas à elle. Elle doit les élever, les protéger, pas s'y attacher. Pas les aimer. " A la suite d'un drame familial, Héloïse Le Meur devient " maman d'accueil " pour la protection de l'enfance. Sa propriété s'y prête : vaste, au coeur de la verdure normande et peuplée d'animaux. Arrivent Justine et Raphaël, cinq et quatre ans, à la fois violents et fragiles. Victimes de mauvais traitements, leur passé est déjà lourd.
    Après deux ans d'amour et de tendresse prodigués par Héloïse et les siens, Justine et Raphaël doivent retourner chez leurs parents. Un retour précipité et non désiré qui vient faire voler en éclats le semblant d'équilibre des enfants, semant dans leur coeur une incommensurable détresse...
    .


  • L'authentique histoire de Marie, jeune Normande du Bessin, au cours du XXe siècle. Un émouvant roman témoignage du passé.

    1920, en Normandie. Une fillette de trois ans vagabonde avec son jeune frère et une mère alcoolique sur les plages et dans les chemins du Bessin. Ils survivent en récoltant moules et escargots qu'ils revendront au plus offrant. Ils dorment dans les fossés ou sur la paille des granges. A onze ans, Marie devient apprentie puis trayeuse de vaches dans une ferme. A seize ans, elle touche son premier salaire. Sa rencontre avec Julien à la veille de la déclaration de guerre bouscule définitivement sa vie.

  • Claudius a quatre ans lorsque la Seconde guerre mondiale éclate. La mère tient la maison, le père, plombier-zingueur, écrit des romans qui ne seront jamais publiés. Défile alors l'enfance de Claudius, de son frère, sa soeur, et de leurs copains à Dinan et dans ses environs, pendant et après l'Occupation. Ils côtoient les Allemands, observent émerveillés les forains poser leurs tréteaux et manèges sur la place Du Guesclin, assistent fascinés aux exploits d'un contorsionniste, d'un avaleur de grenouilles, de lutteurs de foire et d'un gigantesque briseur de chaînes, qui empêche les avions de décoller avec ses dents, et deviendra l'ami de Claudius. Mais, pour les enfants de cette époque, quoi de plus exaltant que la guerre ? Aussi, pendant que les adultes achèvent la grande, Claudius et ses amis s'exercent à la petite, affrontant une bande rivale autour des tanks américains éventrés, sans réaliser qu'un de leurs camarades, condamné par la médecine, ne partagera plus longtemps leurs jeux. Dans ce roman aux multiples rebondissements, qui nous rappelle irrésistiblement La guerre des boutons, Yves Jacob nous présente des garnements cocasses et hauts en couleur. Il nous conte aussi avec force, émotion, et parfois cruauté, ce qui a été, pour la plupart d'entre nous, les plus belles années de notre vie.

  • Claudius a quatre ans lorsque la Seconde guerre mondiale éclate. La mère tient la maison, le père, plombier-zingueur, écrit des romans qui ne seront jamais publiés. Défile alors l'enfance de Claudius, de son frère, sa soeur, et de leurs copains à Dinan et dans ses environs, pendant et après l'Occupation. Ils côtoient les Allemands, observent émerveillés les forains poser leurs tréteaux et manèges sur la place Du Guesclin, assistent fascinés aux exploits d'un contorsionniste, d'un avaleur de grenouilles, de lutteurs de foire et d'un gigantesque briseur de chaînes, qui empêche les avions de décoller avec ses dents, et deviendra l'ami de Claudius. Mais, pour les enfants de cette époque, quoi de plus exaltant que la guerre ? Aussi, pendant que les adultes achèvent la grande, Claudius et ses amis s'exercent à la petite, affrontant une bande rivale autour des tanks américains éventrés, sans réaliser qu'un de leurs camarades, condamné par la médecine, ne partagera plus longtemps leurs jeux. Dans ce roman aux multiples rebondissements, qui nous rappelle irrésistiblement La guerre des boutons, Yves Jacob nous présente des garnements cocasses et hauts en couleur. Il nous conte aussi avec force, émotion, et parfois cruauté, ce qui a été, pour la plupart d'entre nous, les plus belles années de notre vie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, en Normandie, l'histoire vraie d'un Lorrain face à un incroyable destin.0500 0300 En 1943, un régiment blindé allemand est transféré à Epaignes, en Normandie. Parmi les soldats, le jeune Nicolas Fischer, un Mosellan incorporé contre son gré dans la Wehrmacht. Au cours de la bataille de Normandie, à bord de son char, il perd tout contact avec son unité. Arrivé indemne au Sap, dans la région de Camembert, Nicolas part en quête de nourriture. Au détour d´un champ, leur route croise celle de Rose-Marie. La vie de Nicolas bascule, il vient de tomber follement amoureux...Deux jours plus tard, à Bosrobert, Nicolas, habillé en civil, déserte et rejoint Rose-Marie dans la ferme de ses parents. Là, il apprend au fil des jours le rude métier de paysan. Les saisons s´égrènent, la paix revient enfin. Les jeunes gens ont décidé de se marier mais dans le village on s´interroge sur le passé du nouveau venu. Un ouvrier agricole éconduit par Rose-Marie a juré de tuer Nicolas le jour de ses noces.

  • Pour la première fois dans Terres de France, le récit romanesque dela vie de ces marins de l'extrême, et la vie quotidienne des famillesrestées à terre et leur douloureuse attente.Dans ce roman où terre, océan, fiction et histoire vraie s'imbriquent savamment, Yves Jacob dresse l'inoubliable tableau de la vie des terre-neuvas, ces hommes tenaces, dont le plus grand amour était la mer.A bord deLa Valeureuse, les terre-neuvas, originaires de Cancale et des rives de la Rance, s'affairent à la pêche avec un courage exemplaire. Gildas Le Morvan, lui-même fils deterre-neuvas, est l'un de ces « bagnards des mers ». Ils travaillent dans des conditions extrêmes (le froid, la solitude, la mer glacée, le danger), lorsque l'équipage apprend que la guerre est déclarée avec l'Allemagne. De retour à Cancale, trop jeune pour être mobilisé, Gildas travaille, contraint, dans les fermes et dans les champs. Mais il ne poursuit que son rêve : celui de devenir capitaine et de repartir sur le Grand Océan?

  • Karl Weidman est écrivain. Toute sa vie est consacrée à la littérature, jusqu'au jour où il rencontre Loetitia qui va basculer son univers paisible. Y. Jacob est l'auteur de Jacques Cartier et de Claudius ou les Beaux jours.

  • Inspiré de la conquête des îles Fortunées (les Canaries) en 1402 par le Normand Jean de Béthencourt et le Gascon Gadifer de la Salle, ce roman d'aventures nous entraîne dans le sillage d'Isabelle la Canarienne qui, après avoir été enlevée et vendue comme esclave, revient sur son île en qualité d'interprète auprès des Français.

  • Engrenage criminel dans la campagne normande. 1891. Dans le hameau de Troussebourg au coeur du pays d´Auge, la vie s´écoule paisiblement. Même l´ivrognerie de Coeur de chiffon, une chiffonnière qui sillonne le canton en compagnie de son fils simplet, Hyppolite, trouve grâce aux yeux des paysans. Léonard, cacochyme et avare, maltraite sa femme Modeste. Il héberge dans une dépendance de sa ferme, adossée à la porcherie et à l´écurie, une cousine, la jolie Alphonsine, et son vigoureux mari, Victor. Elle est employée comme servante. Lui travaille comme ouvrier agricole. En plus du gîte, le jeune couple a droit au couvert mais l´atmosphère à table est tendue car Victor est irascible. Pour venger un affront, il a égorgé l´âne d´un rival et écopé d´une semaine de prison. L´air devient irrespirable quand Léonard accueille à demeure sa mère, une octogénaire invalide, dont l´unique occupation est d´exaspérer son entourage... S´inspirant d´un fait divers authentique, l´auteur de Marie sans terre et des Blés seront coupés, récompensé par le prix Guillaume-le-Conquérant et le prix du Roman populaire en 2004, nous plonge avec un réalisme saisissant dans la vie quotidienne du monde rural normand à la fin du 19ème siècle, un monde âpre et laborieux où la noblesse d´âme la plus pure côtoie les instincts les plus brutaux.

  • L'Amérique a déclenché une attaque neutronienne préventive contre l'Asie soupçonnée de visées expansionnistes à l'échelle planétaire. L'Asie semble effacée de la carte du monde, mais la chaleur provoquée par les rayons neutroniens a fait fondre les glaces des pôles. Trois savants, deux hommes et une femme, sont envoyés dans l'Arctique, à la recherche d'une solution capable d'enrayer cette fonte des glaces qui risque d'engloutir la plupart des populations du globe. Quand, après maintes péripéties, ils reviennent en Amérique, c'est pour s'apercevoir que l'Asie a riposté, et devenir ainsi les témoins, impuissants, de la fin du monde. Les trois savants décident alors de parcourir le globe en quête d'éventuels survivants, sans se douter que c'est avant tout eux-mêmes qu'ils vont découvrir. Dans le domaine de la science-fiction, Grégoire Brainin n'est pas un inconnu. Il y a vingt ans, coauteur d'Henri Keller, il a retenu l'attention du public avec plusieurs ouvrages qui figurent dans les anthologies. Aujourd'hui, il récidive avec le romancier Yves Jacob. Collaboration de nouveau réussie, puisque les deux auteurs nous offrent un roman qui nous change des productions habituelles de science-fiction, au sein desquelles un univers par trop sophistiqué prend le plus souvent le pas sur la psychologie des personnages ou la crédibilité du sujet. L'imagination sans cesse renouvelée de Grégoire Brainin et celle plus cartésienne d'Yves Jacob, se complètent harmonieusement pour nous offrir un roman captivant, dans la ligne de Bradbury ou Barjavel, où l'action se trouve agréablement tempérée par une discrète mais pénétrante méditation sur l'homme et son devenir.

empty