• Les "marchands de participes" sont les instituteurs de l'âge héroïque : entre 1824 et 1880. Une geste familiale, celle des Ranson, relate ce que fut leur existence quotidienne et comment leur condition évolua, de la loi Falloux à la laïcité de Jules Ferry, en passant par les réformes de Victor Duruy. Trois générations, si l'on compte le grand-père Jacques Ranson, quincaillier failli et poète, qui tente d'ouvrir une école dans son village du Briançonnais ; et le petit-fils, Joseph, qui recevra la formation normalienne. Mais à la charnière s'impose la forte figure de Jean-Baptiste, un "dévorant" en son genre, bien-pensant, pétri de principes autant que de muscles. C'est lui le héros exemplaire. Luttes avec soi-même, avec ses proches, avec les maires ou les curés, ou avec ceux-ci et ceux-là, pour des motifs opposés : son destin pèse le poids d'un demi siècle d'histoire.

  • Ce second volet de "Marchands de participes" - roman de "la condition de l'instituteur" - embrasse la période 1880-1910. La geste des Ranson continue avec Joseph qui, à l'encontre de son père, le pieux Jean-Baptiste, a pris le parti de la nouvelle Instruction publique - laquelle ira en se laïcisant. Elle se prolonge avec Marie, l'aînée des quatre enfants de Joseph, déjà fortement marquée - signe des temps - par "la morale laïque". Elle aussi deviendra institutrice, mais non sans sacrifier son bonheur personnel à une haute idée du devoir qui fait d'elle, exemplairement : "Marie des autres".

  • Ce second volet de "Marchands de participes" - roman de "la condition de l'instituteur" - embrasse la période 1880-1910. La geste des Ranson continue avec Joseph qui, à l'encontre de son père, le pieux Jean-Baptiste, a pris le parti de la nouvelle Instruction publique - laquelle ira en se laïcisant. Elle se prolonge avec Marie, l'aînée des quatre enfants de Joseph, déjà fortement marquée - signe des temps - par "la morale laïque". Elle aussi deviendra institutrice, mais non sans sacrifier son bonheur personnel à une haute idée du devoir qui fait d'elle, exemplairement : "Marie des autres".

  • Les "marchands de participes" sont les instituteurs de l'âge héroïque : entre 1824 et 1880. Une geste familiale, celle des Ranson, relate ce que fut leur existence quotidienne et comment leur condition évolua, de la loi Falloux à la laïcité de Jules Ferry, en passant par les réformes de Victor Duruy. Trois générations, si l'on compte le grand-père Jacques Ranson, quincaillier failli et poète, qui tente d'ouvrir une école dans son village du Briançonnais ; et le petit-fils, Joseph, qui recevra la formation normalienne. Mais à la charnière s'impose la forte figure de Jean-Baptiste, un "dévorant" en son genre, bien-pensant, pétri de principes autant que de muscles. C'est lui le héros exemplaire. Luttes avec soi-même, avec ses proches, avec les maires ou les curés, ou avec ceux-ci et ceux-là, pour des motifs opposés : son destin pèse le poids d'un demi siècle d'histoire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De l'histoire vraie de Francis Schoeller, directeur du Cirque de Paris, Yves Sandre a tiré un roman, dont le titre à lui seul est tout un programme : car la piste, ici, est celle de la vie, autant que du cirque. Histoire d'une vocation d'enfant jamais abandonnée, poursuivie avec persévérance, malgré les difficultés de la guerre comme de l'après-guerre, des études, des affaires... Histoire donc d'une victoire sur les événements, sur l'adversité, histoire également d'un amour, non de roman, mais tel qu'il naît, grandit et s'incarne. Histoire de la découverte progressive d'un métier, clown et directeur de cirque. Histoire comme on les aime, puisqu'elle est celle d'une réussite. L'auteur, comme il s'agit d'un récit qui court sur une trentaine d'années, en profite pour rappeler, avec bonheur, les principaux événements qui jalonnèrent cette période qui va de 1930 à 1960, ce qui est une façon efficace de vivre l'histoire au travers de l'existence quotidienne des héros.

  • De l'histoire vraie de Francis Schoeller, directeur du Cirque de Paris, Yves Sandre a tiré un roman, dont le titre à lui seul est tout un programme : car la piste, ici, est celle de la vie, autant que du cirque. Histoire d'une vocation d'enfant jamais abandonnée, poursuivie avec persévérance, malgré les difficultés de la guerre comme de l'après-guerre, des études, des affaires... Histoire donc d'une victoire sur les événements, sur l'adversité, histoire également d'un amour, non de roman, mais tel qu'il naît, grandit et s'incarne. Histoire de la découverte progressive d'un métier, clown et directeur de cirque. Histoire comme on les aime, puisqu'elle est celle d'une réussite. L'auteur, comme il s'agit d'un récit qui court sur une trentaine d'années, en profite pour rappeler, avec bonheur, les principaux événements qui jalonnèrent cette période qui va de 1930 à 1960, ce qui est une façon efficace de vivre l'histoire au travers de l'existence quotidienne des héros.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty