Editions L'Harmattan

  • Les attentats djihadistes ont redonné de l'actualité au problème de la violence religieuse et du fanatisme. Les guerres de religion ont illustré depuis longtemps le phénomène récurrent de la violence prenant appui sur le sacré. Mais la question est devenue d'autant plus troublante que des historiens et des sociologues ont cru découvrir dans le Sacré lui-même le moyen pour dépasser la violence primordiale des hommes, grâce à la création simultanée du théologique et du politique. À l'aube de nos civilisations, l'union du pouvoir et du sacré était censée pacifier les communautés. La communauté sacrificielle et politique serait née de la tentative de dépasser la violence, en la transformant en un rapport sacral. La modernité a-t-elle les moyens de conjurer la violence ? Le sacré républicain peut-il lutter contre la violence et le sacré religieux ? Existe-t-il un sacré politique ?

empty