• Et si nos vies ne se suffisaient jamais d'être "tranquilles", au repos... Si, finalement, l'inquiétude, la curiosité, l'interrogation voire le doute, étaient les vrais moteurs de toute existence humaine en recherche ? Marion Muller-Collard propose ici une méditation qui peut s'adresser à tous, croyants ou non, et nous conduit à faire de notre "intranquillité" l'occasion d'une plus grande confiance, d'une disponibilité à l'imprévu, à ce qui arrive.

  • Cette anthologie est constituée de textes poétiques d'auteurs protestants ou assimilés (Marot, Bèze, Aubigné, Du Bartas, Drelincourt, Peyrat, Siefert, Eigeldinger, Chessex, Dadelsen, etc.) mais aussi de textes sur le protestantisme d'auteurs non protestants (Voltaire, Hugo, Vigny, Pierre Emmanuel, etc.) ainsi que de textes résolument antiprotestants (Ronsard, Baudelaire, Verlaine, Claudel, etc.).
    Une introduction retrace l'évolution des liens entre protestantisme et poésie française, en partant du deuxième tiers du XVIe siècle, dominé par la constitution du Psautier huguenot, le troisième tiers marqué par les guerres de Religion, le XVIIe siècle apaisé de l'Édit de Nantes, le XVIIIe douloureux de la Révocation de l'Édit de Nantes, le XIXe revisitant l'histoire du protestantisme et le XXe animé par les poètes suisses.
    L'ouvrage (qui est une édition revue et fortement augmentée de la première édition parue aux Presses universitaires de Strasbourg en 2011) adopte un classement thématique  : Bible (poèmes présentés selon l'ordre des livres bibliques), Histoire (selon la chronologie des événements cités dans les poèmes) et Liturgie (ce qui relève du cultuel).
     

  • D'Henri IV à Michel Rocard en passant par Marguerite de Navarre ou Théophraste Renaudot, cette galerie de portraits dresse en fait une histoire haute en couleurs du protestantisme français et de sa contribution au récit national. Une livre d'histoire aux résonances contemporaines.
    De la Réforme à nos jours, quelles personnalités protestantes ont participé à la construction de la France ? Quel a été le sens de leur action, et à quels moments se sont-ils signalés ?
    Pour répondre à ces questions, Frédérick Casadesus dessine ici douze portraits de protestants sans qui notre pays ne serait pas devenu ce qu'il est : le brillant théologien, Jean Calvin ; la protectrice des arts et des humanités, Marguerite de Navarre ; le roi converti au catholicisme, Henri IV ; le fondateur de La Gazette, premier journal français sous le règne de Louis XIII, Théophraste Renaudot ; la courageuse prisonnière de la tour de Constance, Marie Durand ; l'infatigable défenderesse des Lumières, Mme de Staël ; le célèbre architecte de Napoléon III, le baron Haussmann ; le plus grand ministre de Louis-Philippe, François Guizot ; un des pères fondateurs de la laïcité, Ferdinand Buisson ; l'illustre résistant assassiné par la Milice, Jean Zay ; l'implacable homme d'État et opposant de François Mitterrand, Michel Rocard ; sans oublier le génial cinéaste de la Nouvelle vague, Jean-Luc Godard.
    Humanistes, artistes ou républicanistes, tous ont servi la plus grande gloire de notre roman national. Une fresque passionnante !

  • Marion Muller-Colard a accepté pour l'hebdomadaire protestant Réforme d'écrire chaque semaine pendant 3 ans le commentaire de l'Evangile. Ce livre rassemble l'intégralité de ses lectures et donne ainsi un merveilleux ensemble, humain, proche des vies quotidiennes de chacun d'entre nous, de nos interrogations, pour (re)découvrir l'évangile.
    D'une certaine façon, ce livre c'est l'Evangile de Marion Muller-Colard. On y découvre sa façon de méditer, de « ruminer » l'Ecriture, de l'approcher, et surtout de provoquer notre intérêt pour le texte et la parole bibliques.
    Nous reproduisons à chaque fois l'intégralité du texte évangélique commenté, accompagné de la lecture de l'auteure et de sa prière, en fin de lecture.
    Un très beau livre de sagesse et de méditation qui renouvelle notre regard sur l'évangile.



  • Dans ce beau texte sous forme d'adresse à sa belle-fille, Antoine Nouis propose de dévoiler les spécificités de la foi protestante, et ce qui la différencie du catholicisme. Il retrace à la fois les principes, l'implantation puis l'histoire du protestantisme en France et son importance, souvent méconnue. Il montre également l'actualité et la pertinence de la foi protestante, ses points de convergence et parfois de divergence avec la foi catholique, et comment les deux traditions peuvent se nourrir l'une de l'autre.

    Après le succès du livre Lettre à mon gendre agnostique pour lui expliquer la foi chrétienne, Antoine Nouis propose un texte clair et brillant, qui donne un éclairage inédit sur le protestantisme contemporain.

  • De Charlie à Me Too, le président de la Fédération protestante de France s'empare des drames et des révoltes d'aujourd'hui pour y retrouver le sens d'un Évangile s'adressant à nos contemporains. Une lecture de l'actualité à la lumière de l'Esprit.
    Dans une Europe en proie à la montée des populismes et aux replis identitaires, où les fondamentalismes gagnent chaque jour du terrain, le pasteur François Clavairoly, fort d'un parcours composé de divers ministères, de rencontres et d'engagements, a décidé de prendre la parole. Célébrant les 500 ans de la Réforme, il nous entraîne dans un voyage spirituel sans nostalgie, dans l'archipel des textes fondateurs, en relisant aussi bien Calvin que Ricoeur. Il réfléchit sur les attentats de Paris comme sur le sort des réfugiés, sur l'écologie comme sur l'impératif oecuménique, dessinant à chaque page le visage d'un Dieu désarmé, et non plus d'un " Dieu des armées ". Il montre enfin que l'esprit critique qui a nourri la République et les Lumières est jumeau de l'herméneutique permanente à laquelle les protestants sont attachés.
    Un livre iconoclaste, à contre-pied des postures pessimistes.
    Un appel aux hommes de bonne volonté.

  • La collection "Le Souffle de l'esprit" accueille pour la première fois une parole protestante, celle du pasteur James Woody. Cet ouvrage donne l'occasion à ceux qui veulent découvrir le christianisme dans son expression protestante d'ouvrir les portes d'un temple à l'occasion d'un culte commémorant le geste inaugural de la Réforme protestante du XVIe siècle. Le regard se portera sur quatre points particuliers : la Bible, la prière, l'architecture, la mise en pratique de la foi.

  • Luther

    Walter Kasper

    Elles sont rares, les personnalités historiques qui provoquent une attraction magnétique même 500 ans après leur mort. Martin Luther est de ceux-là. Or l'image que l'on s'est faite de lui a changé au fil des siècles. Aussi, pour retrouver le moine Luther

  • Martin Luther King a fait le choix de la non-violence dans son combat pour l´égalité des droits. Il l´a payé de sa vie. Mais quelle était la source de son engagement ?
    Dans cette biographie qui va à l´essentiel, l´auteur remet en perspective deux aspects inséparables dans le cheminement de Martin Luther King : sa foi chrétienne et sa compréhension de la non-violence.
    Martin Luther King fut, de son vivant, l´homme à la fois le plus admiré et le plus haï des États-Unis, mais il sut remettre debout des femmes et des hommes assoiffés de justice et de paix.

  • Le public francophone a connu les oeuvres du théologien Karl Barth longtemps après leur première publication en allemand et pourtant, son influence sur les Eglises protestantes a été déterminante dans la seconde moitié du vingtième siècle.
    Cela tient, d'une part, au fait que Karl Barth a eu le courage de s'opposer au nazisme, et d'autre part, à sa théologie qui remet à l'honneur la notion de "parole de Dieu", ayant autorité. Barth fait de la Bible une lecture qui ne la réduit pas à une spiritualité individuelle, mais au contraire en augmente la portée historique et collective, voire cosmique. Il réaffirme avec force le "Oui" de Dieu à l'humanité.
    Henry Mottu est pasteur retraité de l´Eglise protestante de Genève et professeur honoraire de la Faculté autonome de théologie protestante de l´Université de Genève. Il est un spécialiste des oeuvres de Karl Barth et de Dietrich Bonhoeffer.

  • Allemagne, 1535. Un barbier du nom de Peter Beskendorf interroge son vieil ami Martin Luther : « Comment dois-je prier ? ». C'est une question essentielle et même vitale, puisque c'est précisément par la prière que le chrétien peut s'adresser au Créateur de l'Univers.
    En toute humilité, Martin Luther lui répond par une lettre ouverte et lui propose une manière simple de prier : il s'appuie sur des textes fondamentaux de la foi chrétienne - les Dix commandements et le Notre Père - pour aider son ami à parler à Dieu.
    Si, comme ce barbier, vous vous posez la même question, laissez-vous inspirer par les conseils de Luther.

  • Les sermons publiés pour la première fois dans ce volume ont été prêchés par Louis Bouyer entre 1936 et 1938, alors qu'il était encore pasteur luthérien à Paris. Ils ont été retrouvés à l'abbaye de Saint-Wandrille en 2012, où le Père Bouyer a passé les dix dernières années de sa vie. Le lecteur découvrira l'universalité chrétienne de la prédication du pasteur Bouyer (âgé alors de 26 ans). Avec des accents qui rappellent Newman, ces Sermons pastoraux répartis dans l'ordre des saisons liturgiques (Avent, Noël, Épiphanie, Carême, Temps pascal et dimanches après la Trinité ) contiennent déjà les idées qui seront développées dans les oeuvres de la période catholique de l'auteur, notamment dans Le Mystère pascal. La méditation cultuelle des Écritures prépare les fidèles à s'approcher de la table de communion, fruit d'amour de l'arbre de la Croix qui doit consommer dans l'unité toutes nos divisions - sociales comme ecclésiales. En ce sens, la publication des Sermons pastoraux constitue un authentique événement oecuménique.Né dans une famille protestante, Louis Bouyer (1913-2004) est ordonné pasteur luthérien en 1936 après des études de lettres et de théologie. En 1939, l'étude des Pères de l'Église le conduit vers l'Église catholique. Il devient prêtre de l'Oratoire en 1944. Professeur à l'Institut catholique de Paris jusqu'en 1963, il enseigne ensuite en Angleterre, en Espagne et aux États-Unis. Il est considéré comme l'un des plus grands théologiens français du xxe siècle.

  • Une anthologie des grands textes de Martin Luther rédigés de 1517 à 1521, parmi lesquels ses fameuses 95 thèses sur les indulgences et qui illustrent de manière décisive sa pensée et ses choix théologiques. Les textes sont précédés d'une passionnante introduction historique de Frédéric Chavel et Pierre-Olivier Léchot qui permet de mieux comprendre le contexte de rédaction et le succès insoupçonnable de ces écrits à l'origine de la Réforme.

  • Un Dieu insoumis

    Raphaël Picon

    Dans ce recueil de textes publiés à titre posthume, nous découvrons toute la richesse et la profondeur de la pensée de Raphaël Picon.
    Un livre enflammé et indispensable.

  • Luther ne s'est pas contenté de traduire la Bible en allemand. Il a pourvu sa traduction de préfaces : préfaces générales à l'Ancien et au Nouveau Testament, et préfaces à la plupart des livres bibliques. Ce faisant, il s'est inscrit dans une tradition occidentale séculaire, dominée par les prologues de Jérôme. Mais il a enrichi cette tradition de motifs théologiques originaux et s'est distingué par l'attention qu'il porte au lecteur. Dans les préfaces bibliques, il présente notamment le Christ comme le centre de l'Écriture, ainsi que l'opposition entre Loi et Évangile qui structure sa théologie. Il souligne la manière dont, à chaque époque, l'Écriture rejoint le lecteur. Au-delà du théologien et du pasteur, ces préfaces permettent de saisir le rapport de l'homme Luther avec l'Écriture sainte et de plonger jusqu'aux racines de sa pensée. Elles représentent une source importante pour comprendre la pensée du Réformateur.

  • L'acte de prêcher : un art ! Un acte de virtuosité, disait même le grand théologien protestant du 19ème siècle, Friedrich Schleiermacher. Ce terme d'art nous rappelle que la prédication convoque la sensibilité du prédicateur, son imagination, sa culture, son intelligence ; elle est un mixte à chaque fois renouvelée de travail et de don, de rigueur et d'audace, de mémoire et d'inventivité. Prêcher, l'art d'annoncer l'Evangile, fait aussi oeuvre d'art par sa capacité à toucher au plus intime de l'humain, à nous raconter, à nous transformer dans notre rapport à nous-même, à Dieu et aux autres. Evénement d'Evangile, la prédication contribue à l'embellissement même et de la vie et du monde. "Cet Art de prêcher est un manuel destiné à toutes celles et tous ceux qui s'intéressent à la prédication. Aux prédicateurs réguliers ou occasionnels, il entend apporter matière à réflexion, à instruire et à enrichir leurs pratiques." Raphaël Picon Extrait Ouvrage réalisé sous les auspices de l'Eglise réformée de France.

  • Le magnificat

    Martin Luther

    Comment Luther, père de la Réforme, voyait-il Marie ?
    Écrit à une des époques les plus tourmentées de la vie de Luther, ce commentaire du Magnificat (paroles de Marie à sa cousine Élisabeth) est précieux à plusieurs titres. Il permet d'abord une initiation globale et pourtant profonde à la vie et à la pensée du réformateur. Luther se situe dans ce texte non seulement par rapport à la mariologie de son époque mais aussi par rapport au pouvoir temporel et spirituel. Dans ce Magnificat de Martin Luther on découvre aussi toute une part de la sensibilité protestante. Mais c'est avant tout une très originale et très pure vision de Marie qui nous est donnée : celle qui chante la grandeur de Dieu. Une introduction nous aide à mieux saisir la portée et la profonde valeur spirituelle de ce document.
    Dans ce texte d'importance oecuménique et historique, Luther nous dévoile sa vision de Marie : un regard pur et original à la fois.
    EXTRAIT
    Le commentaire luthérien du Cantique de Marie a été rédigé à l'une des époques les plus sombres et les
    plus tourmentées de la vie du Réformateur. Commencé en novembre 1520 - cinq mois après la proclamation de la bulle Exsurge Domine qui menaçait
    Luther d'excommunication - le travail fut bientôt interrompu par le voyage du Réformateur à Worms où il devait comparaître devant la diète qui allait le mettre au ban de l'Empire. Luther dut attendre sa retraite forcée à la Wartbourg pour pouvoir achever l'oeuvre et pour en diriger, de loin, l'impression qui fut, selon toute vraisemblance, terminée fin août ou début septembre 1521.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Martin Luther (1483-1546) est à l'origine de la Réforme. Docteur en théologie, il s'oppose à la doctrine scolastique traditionnelle sur plusieurs points. En 1517, il se fait connaître du grand public par 95 thèses dirigées contre les indulgences. Le conflit ainsi déclenché porte surtout sur la question de l'autorité dans l'Église. Luther est excommunié en 1521 et se voit conduit avec ses partisans, à son corps défendant, vers une Église séparée de Rome. Son influence a été considérable jusqu'à nos jours. Depuis le milieu du XXe siècle, l'Église catholique elle-même a commencé à reconsidérer son rôle et sa pensée.

  • Enfin un livre qui expose ce que les cultes sont avant de prescrire ce qu'ils devraient être. Dans cet ouvrage, Olivier Bauer parcourt l'ensemble du culte avec neuf articles consacrés aux cultes, neuf articles nourris par trente ans d'expérience comme théologien et comme pasteur en Suisse, en France, en Polynésie française, aux États-Unis et au Canada, neuf articles publiés entre 2001 et 2014 en Europe et en Amérique du Nord. Qui célèbre des cultes y trouvera des propositions pratiques. Qui s'intéresse aux coulisses y trouvera des informations inédites. Qui se pose des questions de fond - à quoi sert le culte ? La foi vient-elle seulement de ce que l'on entend ? Quel est le statut des médiations théologiques ? - y trouvera des réponses. Qui étudie le rite y trouvera des outils méthodologiques et des concepts. Qui aime les débats y trouvera la lettre qu'Olivier Bauer a envoyée à Joseph Ratzinger (Benoît XVI) pour critiquer sa conception de la messe.

  • Comment devons-nous agir personnellement et en société ? À cette question, que Calvin place au coeur de son projet réformateur, ce livre apporte un regard nouveau, mettant en perspective trois manières d'entendre le commandement de Dieu, selon qu'il s'adresse à tout humain, au chrétien et au saint en devenir. Ainsi se trouve restituée dans sa dimension théologique une éthique qui a profondément marqué nos sociétés contemporaines, tant du point de vue des moeurs que pour le politique et l'économie. Avec ses parts d'ombre et de lumière, Calvin apparaît ainsi comme l'une des grandes figures de la Modernité.

  • Le pasteur Wilfred Monod (1867-1943) -père de Théodore Monod, l'homme du désert- a joué un rôle considérable dans le protestantisme français en développant, tout au long de sa vie et au travers d'une oeuvre monumentale, une véritable théologie du Royaume de Dieu.W. Monod se refuse à séparer la terre et le ciel, le profane et le sacré, les croyants et les incroyants, l'aujourd'hui et l'éternité. Et de fait, il tient ensemble ces aspects dans sa propre vie : il s'inscrit au Parti socialiste en 1915 et il crée le tiers-ordre des Veilleurs, centré sur la spiritualité des Béatitudes.Fidèle à un Évangile intégral, Monod cherche à unir un christianisme social et un christianisme spirituel.Dans sa prédication, il ne cesse jamais d'encourager ses auditeurs à s'engager auprès des plus démunis, pour vivre de manière concrète le partage qui lui apparaît comme le coeur de l'Évangile.À travers le livre très documenté de Laurent Gagnebin, on découvre un théologien actif sur tous les fronts : avocatde la cause des femmes, militant de l'oecuménisme, soucieux de s'adresser aux athées, défenseur des animaux. Selon Wilfred Monod : « Mieux vaudrait avoir servi Jésus-Christ sans le nommer, que d'avoir nommé Jésus-Christ sans le servir. »

  • Table des matières
    Préface
    Avant-propos de l'auteur
    PARTIE 1 — Encouragés par la Parole
    Dieu a rendez-vous avec toi
    Qu'est-ce que c'est être vivant?
    «Celui-là prend le morceau et sort aussitôt. C'était la nuit.»
    «Écoute! Dieu nous parle... Mais que signifie «un Dieu qui parle»?
    L'espérance — Méditations sur Matthieu 25.1-13
    PARTIE 2 — Une Eglise qui fait signe
    Jalons pour une Église d'hospitalités
    Jalons pour une Église d'attestation
    Fidèles à l'avenir!
    Expiration, inspiration... Un souffle perdu et retrouvé
    Barmen: une source d'inspiration
    De la peur à l'encouragement
    2017, un anniversaire d'avenir?
    Réconciliés en Jésus-Christ, Dieu nous fait ensemble accoucheurs d'espérance
    PARTIE 3 – L'audace des témoins
    Témoins d'une confiance contagieuse
    La fraternité en partage
    Hommage à deux témoins
    De la rencontre assassinée vers la rencontre relevée
    Aux sources de la liberté
    PARTIE 4 — Une théologie en mouvement
    Peut-on être protestant ?
    Raphaël Picon, l'encouragement
    Caricature, blaspheme : en quel Dieu croyons-nous?
    Vers un christianisme post-confessionnel
    Annexe 1: La déclaration théologique de Barmen
    Annexe 2 : Index thématique

  • Au début du XXe siècle, le maire de Nouméa prédisait l'extinction de la « race canaque » dans un délai de dix ans. Aujourd'hui les Kanak sont plus de cent mille et ambitionnent de diriger leur territoire de manière autonome. Le missionnaire protestant Maurice Leenhardt qui a oeuvré en Nouvelle Calédonie dans le premier quart du 20e siècle est l'un des artisans de cette renaissance. Animé d'un profond amour pour le peuple kanak et d'une grande admiration pour sa culture, il a su écouter, comprendre, pour mieux rendre à cette population l'envie de vivre, la fierté de son identité, la volonté de construire son avenir. Après vingt-cinq ans d'immersion complète dans la culture kanak, Maurice Leenhardt est devenu ethnologue et universitaire. Il a contribué à donner à cette culture ses lettres de noblesse. Son espérance, liée à ses convictions évangéliques, tablait sur un dépassement des clivages ethniques. L'héritage de Maurice Leenhardt pourrait aujourd'hui nourrir le débat en vue d'une solution consensuelle, à l'heure où tout le monde en Kanaky-Nouvelle-Calédonie rêve, comme lui, d'un « Destin commun » sur cette terre du Pacifique.

  • Friedrich Schleiermacher (1768 - 1834) est l'une des figures majeures de la pensée protestante. Publiés en première édition en 1821 - 1822, les deux volumes de La foi chrétienne exposée dans sa cohérence selon les principes de l'Église protestante ont fait date. Dans le prolongement de ses discours De la religion (1799), Schleiermacher y reprend toutes les affirmations doctrinales du protestantisme et de l'histoire des Églises pour les discuter, les détricoter, les resituer dans une perspective marquée par la conscience de soi, cela au gré d'une démarche qui n'est pas sans rappeler la maïeutique socratique.

    Cette oeuvre restait inaccessible en français. La voici dans une traduction de Bernard Reymond qui se veut fidèle tout en surmontant au mieux les difficultés de sa syntaxe originale.

  • Vivre la liberté

    James Woody

    La Bible nous libère. Le récit de la sortie d'Égypte, la maison de servitude, reste un modèle à partir duquel l'Écriture continuera à penser l'art de la liberté. Les nombreuses histoires qui la composent nous font prendre conscience de ce qui nous retient captifs et repèrent ce qui peut nous rendre libres. Entre la mondialisation qui nous donne l'impression de n'être qu'un pion aux mains des puissants et la menace terroriste qui provoque une réaction en chaîne des mesures sécuritaires, où en sont nos libertés individuelles ? À partir de la Bible et des histoires d'hommes et de femmes rencontrés au cours de son ministère, le pasteur James Woody éclaire la notion de liberté pour en faire notre ordinaire. Un livre qui fait du bien.

empty