• Qui aurait imaginé, il y a vingt ans à peine, qu'un smartphone saurait reconnaître un visage ou qu'on guérirait l'hémophilie par thérapie génique ? Que des robots pilotés depuis la Terre sillonneraient la planète rouge ou qu'on verrait le cerveau en action grâce à l'IRM ?
    Les révolutions scientifiques bouleversent notre quotidien sans que nous en ayons toujours
    conscience : c'est à ce récit exaltant que nous invite ce livre. Pour retracer les épopées qui ont « fait » la science moderne, Fabienne Chauvière, productrice de l'émission « Les Savanturiers » sur France Inter, a réuni les plus grands chercheurs qui exposent leurs
    découvertes au fil des pages.
    Génome, cerveau, intelligence artificielle, météo, Big Bang, physique quantique, etc. : et si la grande aventure de la science vous était contée ?

    Avec la participation de: Julien Bobroff, Emmanuel Bocrie, Norin Chai, Georges Chapouthier, Laurent Cohen, Françoise Combes, Axel Kahn, Valérie Masson-Delmotte, Marylène Patou-Mathis, Francis Rocard, Brigitte Senut et Cédric Villani.

  • La question de l'énergie et de ses crises sature l'actualité, les médias, comme les agendas politiques. Grand défi du présent, elle modèle nos modes de vie et nos rapports au monde à l'heure du triomphe du numérique, de l'électrification totale et du changement climatique.
    Longtemps, l'histoire de l'énergie a été ramenée à l'essor de la puissance rendu possible par le progrès technique, à un processus linéaire qui verrait les sociétés humaines maîtriser toujours plus leur environnement pour en extraire des ressources indispensables à leur fonctionnement.
    Mais ce récit rassurant, qui n'a cessé d'accompagner la modernité, se fissure désormais à l'âge des crises globales et des inégalités béantes. La croyance dans l'abondance énergétique et la quête de puissance infinie qui la porte se heurtent aux limites planétaires, en dépit des utopies abstraites qui continuent de promettre l'énergie abondante et gratuite pour tous.
    Cet ouvrage novateur retrace ces débats sur deux siècles en proposant une contre-histoire de l'énergie à l'époque contemporaine, depuis l'entrée dans l'ère industrielle et sa dépendance croissante aux combustibles fossiles. Ce faisant, il souhaite contribuer à l'avènement d'un autre système énergétique, plus sobre et durable, plus conforme aussi à la fragilité du monde, chaque jour plus apparente.

  • La science arabe, entre le IXe siècle et le XIVe siècle, a eu un développement exceptionnel et s'est déployée de l'Andalousie jusqu'à l'Inde du Nord. De grands savants se sont distingués dans les domaines des mathématiques, de l'astronomie, de l'optique, de l'alchimie, des sciences de la vie, et ont contribué au patrimoine culturel de l'humanité. Mais peu à peu, les sciences ont disparu en terres d'islam. La prise de conscience du retard scientifique eut lieu au XIXe siècle, le siècle de la renaissance musulmane. Après ce véritable âge d'or des sciences arabes et la
    période réformiste du XIXe siècle, les relations entre les sciences et l'islam sont désormais frappées d'ambiguïté : oscillant entre le rejet et la fascination, les islamistes se livrent aujourd'hui à des tentatives pour concilier les théories scientifiques et le Coran, dénaturant ainsi et la science et l'islam sous prétexte de modernité.
    Pour elle, la solution passe par l'éducation. Il faut investir tous les lieux de culture, revaloriser l'enseignement et montrer aux élèves comment la science s'est construite.

  • Cet ouvrage raconte une grande aventure. Celle qui emmène les lecteurs dans les étoiles grâce au télescope, qui analyse la composition de la terre, classe les éléments dans le tableau périodique, traite de la physique et explique l'électricité, la gravité et la structure de l'atome, qui a permis la découverte de l'ADN. Ce livre cherche aussi à ouvrir de nouvelles perspectives.
    C'est donc une histoire palpitante, pleine de rebondissements, parfois racontée avec humour. Le lecteur passera des moments passionnants et drôles.

  • Anaximandre, né voici vingt-six siècles dans la cité grecque de Milet en Anatolie, était le disciple de Thalès. Moins connu que son illustre prédécesseur, il est pourtant à l'origine de l'immense bouleversement conceptuel qui donna naissance à la science. De l'observation perspicace du mouvement des étoiles, il tira la conclusion que la Terre ne repose sur aucun support solide, colonnes ou tortue, comme toutes les civilisations l'avaient cru jusqu'alors. Pour Anaximandre, et pour l'humanité à venir, la Terre « flotte » dans le ciel. Le premier, il chercha les causes des phénomènes naturels non pas dans les caprices des dieux, mais dans la nature elle-même. Plus important encore, il initia le processus de révolte savante qui est la démarche de la science : construire sur le savoir acquis, mais remettre toute vérité en doute. Un des grands physiciens de notre temps, Carlo Rovelli, propose dans ce livre une réflexion sur la pensée scientifique et une lecture originale de la nature de cette pensée. Il en éclaire l'irréductible originalité, sa capacité de redessiner sans cesse l'image du monde, à l'oeuvre chez Anaximandre comme chez Newton, chez Einstein et jusqu'à la gravité quantique.

  • Cet ouvrage est une exploration époustouflante du voyage dans le temps : ses origines, son évolution dans la littérature et la science, et son influence sur notre compréhension du temps lui-même.
    L'histoire commence au tournant du XXe siècle, avec le jeune H. G. Wells qui écrit et réécrit le conte fantastique qui est devenu son premier livre et qui fait sensation dans le monde entier: THE TIME MACHINE. C'était une époque où de nombreuses forces convergeaient pour transformer la compréhension humaine du temps, tant philosophique que technologique: le télégraphe électrique, le chemin de fer à vapeur, la découverte de civilisations enfouies et la "perfection" des horloges. James Gleick suit l'évolution du voyage dans le temps en tant qu'idée faisant partie de la culture contemporaine - de Marcel Proust à Doctor Who, de Jorge Luis Borges à Woody Allen. Il étudie les paradoxes de la boucle temporel et examine la limite poreuse entre la fiction et la physique moderne.
    S'il y est effectivement question de science-fiction, l'auteur est beaucoup plus ambitieux. Il aborde par exemple la façon dont notre temporalité a été perçue et envisagée au cours des âges (ce n'est que très récemment que l'humanité se projette dans une trame historique, en particulier avec un futur).  Avec une pointe d'humour, l'auteur mêle les réflexions des philosophes à celles des scientifiques et des écrivains. Ce n'est pas fortuit : la notion de culture, visiblement centrale pour l'auteur, est particulièrement pertinente dans une discussion sur le temps, qui implique celle de mémoire, individuelle ou collective.

  • De la peste noire au coronavirus, tout ce qu'il faut savoir sur les 50 pandémies les plus virulentes.
    Quels sont les trois plus grands tueurs de l'histoire de l'humanité ? La guerre ? La famine ? Les catastrophes naturelles ? Non, il s'agit de la grippe, de la peste et du sida. Aujourd'hui, notre monde moderne favorise la prolifération des maladies, voire l'émergence de nouvelles maladies comme Ebola ou encore la réapparition de vieilles maladies telle la dengue. Voici un livre simple et concis qui présente 50 maladies infectieuses parmi les plus virulentes. Le lecteur y trouvera des informations sur l'histoire de chaque maladie, sa répartition dans le monde, les troubles qu'elle provoque, les traitements possibles et quelques conseils pratiques.
    /> Nouvelle édition, mise à jour avec le covid-19.

  • Leur pouvoir caché est immense Elles révèlent les secrets les plus intimes de l'univers Apprenez à apprivoiser les équations et à en faire vos complices.

    Vous qui avez peur des équations, et vous qui croyez déjà les connaître, ne passez pas votre chem

  • Comment les peuples qui ne connaissent pas les mathématiques font-ils pour compter ?
    Pourquoi y a-t-il davantage de morts par noyade lorsqu'un film avec Nicolas Cage sort sur les écrans ?
    Peut-on contester une amende pour excès de vitesse grâce aux mathématiques ?

    Il y a plusieurs milliers d'années, les habitants de la Mésopotamie utilisaient des chiffres pour la première fois. Dès lors, rien n'a pu arrêter les mathématiques.
    De nos jours, elles sont partout : des sondages électoraux aux régulateurs de vitesse, des machines à café aux plans de métro sans oublier les nombreux algorithmes que nous utilisons sans nous en rendre compte quand nous regardons Netflix ou faisons une recherche sur Internet.
    Si nous n'avons pas besoin d'effectuer nous-mêmes les calculs requis par ces outils, il n'en est pas moins capital de comprendre leur fonctionnement pour mieux les maîtriser.
    C'est ce que nous explique Stefan Buijsman, mathématicien prodige, en combinant histoire, philosophie et vulgarisation. Avec humour et clarté, il dévoile à quel point les mathématiques influencent concrètement notre vie quotidienne.
    Un café avec Archimède raconte un monde insoupçonné et fascinant, bien loin des leçons rébarbatives apprises sur les bancs de l'école.


    Stefan Buijsman est né en 1995. Après avoir obtenu un master en philosophie à l'âge de 18 ans, il a achevé son doctorat en seulement un an et demi. Il étudie actuellement la philosophie des mathématiques. Un café avec Archimède est son premier ouvrage.

  • Le carnet scientifique

    Mathieu Vidard

    • Grasset
    • 12 Octobre 2016

    Avec ce livre d'une forme aussi surprenante que plaisante, Mathieu Vidard invente une nouvelle façon de parler de science. Voici un (savant) mélange de plus de deux cents articles, des longueurs les plus diverses, de dessins et schémas, nous révélant tout ce que nous avons toujours voulu savoir sur la vie sans lire 10 000 pages. Des sciences humaines aux mathématiques en passant par la physique, la biologie, l'informatique ou encore l'écologie, ces miscellanées nous apportent de la manière la plus ludique et la plus sérieuse à la fois un précis de la connaissance du monde.    Listes, anecdotes, classements, fragments encyclopédiques, chronologies, essais courts... Tous les savoirs, utiles ou insolites, dans un réjouissant carnet de curiosités. Les animaux les plus venimeux ? Le calendrier des futures éclipses ? La fascinante histoire de la méduse immortelle ? L'imaginaire de l'orchidée ? Une biographie d'Alfred Nobel ? Le poids de toute l'humanité réunie ? Les espèces baptisées d'après une célébrité (l'araignée Johnny Cash y côtoie le scarabée Che Guevara et la mouche Beyoncé) ? On ouvre ce livre au hasard et on ne le quitte qu'après l'avoir dévoré, ayant appris quantité de choses en s'amusant. Intelligent à chaque page, drôle, jamais redondant, érudit et léger, Carnet scientifique témoigne du talent du plus célèbre des journalistes scientifiques de la radio à rendre clairs et vivants les sujets les plus complexes. Du Big Bang à nos jours, de l'infiniment grand à l'infiniment petit, voici un livre scientifique infiniment plaisant, comme il n'en existait pas encore.

  • Dernières nouvelles de la science propose les «  éditos carrés  » 2017-2018 sous une forme inédite, entièrement retravaillée et enrichie. Voici donc de véritables chroniques, où jaillit le talent de conteur d'histoires et de passeur de sciences de Mathieu Vidard. De l'astrophysique à la linguistique en passant par la géodrilologie (la science des vers terre), il nous rend familière une science moderne devenue infiniment plurielle. Fourmis de feu, Stephen Hawking, lancement de Solar Probe, la sonde qui va frôler le soleil, le village irlandais aux vapeurs de Viagra, sans oublier les liens entre la physique quantique et la ratatouille  : tout ce qui, dans nos vies, touche de près ou de loin à la science se trouve dans ce livre aussi plaisant qu'instructif.
    Le ton de la conversation n'empêche pas un véritable point de vue : celui d'un homme engagé, lanceur d'alerte pour une terre en danger. Dernières nouvelles de la science est un manifeste contre l'obscurantisme indispensable à l'heure des fake news et du négationnisme climatique, mais aussi, et avant tout, le compagnon indispensable des gourmets du savoir.

  • Durant plusieurs siècles, la catégorie même de « science(s) » est problématique et ambiguë, tout comme celle des « techniques » longtemps désignées comme « arts », parmi lesquels figuraient la médecine et l'alchimie. Faire l'histoire des sciences et des techniques avant 1800 revient donc à faire l'histoire d'une chose qui n'existe pas encore. Etudier les sciences et les techniques a permis de mettre en lumière les problématiques de notre modernité, entendue comme la capacité des sociétés occidentales à constituer un savoir sur la nature à portée universelle. La période qui s'étend de l'invention de l'imprimerie et des Grandes Découvertes jusqu'au siècle des Lumières est, de ce point de vue, riche en découvertes associées à des noms célèbres (Copernic, Galilée, Paré, Euler, Descartes, Newton, Linné, Buffon, Lavoisier, Monge...).
    Cet ouvrage ne retrace pas seulement les grandes étapes constitutives de la « science moderne », il s'interroge sur les rapports profonds entre ce savoir lentement acquis et l'évolution des sociétés modernes, tant sur le plan politique et culturel qu'économique.

  • L'invention du mètre, la création du cadastre et des départements, le développement des statistiques ou de la chimie moderne, l'éducation des sourds, mais aussi l'ouverture du Muséum d'histoire naturelle ou encore la fondation de l'École polytechnique... Durant la Révolution française, la science a fait des pas de géant.
    Si le tribunal révolutionnaire a pu considérer que « la République n'a pas besoin de savants », Jean-Luc Chappey, en nous emmenant sur les traces de Condorcet, de Lavoisier et des grands scientifiques de l'époque, nous montre que, sans eux, rien n'aurait été possible. Il a fallu faire la guerre et inventer de nouvelles armes, dresser l'inventaire des richesses de la France (les plantes, les livres, les oeuvres d'art...) et notamment celles saisies aux nobles ou au clergé, recenser la population pour mieux la connaître afin de repenser son éducation, se donner les moyens de forger un homme nouveau... Pour toutes ces tâches, les savants furent en première ligne.
    Classer, informer, réglementer, combattre, soigner, voyager : les scientifiques, au lendemain de la Révolution, ont à la fois oeuvré à la construction politique et sociale de la France et légué au monde des avancées qui traverseront les siècles.

     
    Jean-Luc Chappey est professeur d'histoire des sciences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'histoire politique, sociale et culturelle des savoirs aux xviiie et xixe siècles, avec une attention privilégiée portée à la période de la Révolution française.

  • Sous le sceau du secret

    Les plis cachetés de l'Académie des sciences

    Créée le 22 décembre 1666 pour conseiller le roi, l'Académie des sciences était également en charge de déterminer l'intérêt économique des découvertes des savants tout en évaluant leur pertinence scientifique. Une procédure se met rapidement en place, permettant à chacun de déposer le résultat d'une recherche, invention ou innovation, sous forme de pli cacheté et signé, pour en revendiquer la primauté.

    Ces plis, conservés sous le sceau du secret, ne sont ouverts que cent ans après leur dépôt devant la commission des plis cachetés, à moins que leur auteur n'en ait demandé l'ouverture de son vivant. À ce jour, 18 000 plis ont été déposés et aujourd'hui encore, la commission de l'Académie en enregistre une trentaine chaque année.

    Premier enregistrement de la voix humaine, chimie de Lavoisier, querelle d'Ampère contre Faraday, invention du coton-tige, nombreux remèdes contre le phylloxera à la fin du XIXe siècle, beaucoup d'ingénierie militaire et de méthodes chirurgicales entre 1914 et 1918, invention mathématique jetée sur du mauvais papier sur un champ de bataille en 1940, découverte de Lucy : l'examen de ces plis cachetés permet de tracer une histoire insolite et originale des sciences et des techniques, reflet des préoccupations des époques qui les ont vues naître.

    La Commission des Plis cachetés est présidée par Edgardo-D. Carosella, correspondant de l'Académie des sciences, coordonnateur de cet ouvrage.

  • « À quoi pensent-ils, ces cousins animaux, et si nous leur donnions la parole - simple expérience par la pensée - qu'auraient-ils à nous dire ? Même culturellement à des années-lumière du primate non humain le plus évolué, nous ne pouvons, malgré tout, échapper totalement au trouble de cette parenté. L'évolution reste une histoire de famille. Un rapport de fascination existe, probablement parce que, si j'ose dire, il s'en est fallu d'un poil, d'une plume ou d'une écaille. Et ce n'est pas l'étude de l'évolution cérébrale, objet de cet ouvrage, qui pourra infirmer cette étrange attirance, parfois mêlée de répulsion, pour un monde animal si proche et si lointain. On ne devra donc pas s'étonner si ce livre s'attarde longuement sur la question du langage, de sa possibilité mécanique et de son contenu intellectuel. Pour pousser l'interrogation plus loin avant, l'animal non humain ne serait-il pas à la fois mort et vivant ? par privation de langage. » A. P. Un livre magistral qui nous fait pénétrer au coeur des mécanismes évolutifs qui sont à l'origine de notre espèce, et nous éclaire sur la spécificité du cerveau humain, sur le statut de l'animal et sur la place des humains dans le cours de l'histoire des espèces. Alain Prochiantz est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des processus morphogénétiques. Il est également administrateur du Collège de France et membre de l'Académie des sciences. Il a notamment publié La Biologie dans le boudoir, Machine-esprit, Les Anatomies de la pensée, et, en collaboration avec Jean-François Peyret, Les Variations Darwin et La Génisse et le Pythagoricien, qui ont été de grands succès. 

  • Paris, 1937. Laszlo Tisza, jeune savant hongrois, se réfugie à Paris et y rencontre un autre réfugié, Fritz London qui, lui, fuyait l'Allemagne. Ensemble, ils découvrent que la toute nouvelle physique quantique explique l'étrange comportement d'un liquide très froid, l'hélium « superfluide ». Pourtant, la situation est peu propice à la réflexion : bien qu'accueillis par des physiciens célèbres comme Jean Perrin et les Joliot-Curie, ils doivent affronter l'antisémitisme qui les avait contraints à fuir le nazisme. En 1939, la guerre les fait s'exiler à nouveau, cette fois aux États-Unis où ils retrouvent d'autres savants réfugiés. Avec Tisza et London comme guides, Sébastien Balibar nous fait découvrir l'histoire haletante de la fuite des savants juifs devant le nazisme. Il nous fait rencontrer les Hongrois qui aidèrent Einstein à prévenir Roosevelt d'un danger imminent : l'Allemagne nazie envisageait l'arme nucléaire. Et l'on comprend comment de nombreux savants réfugiés, voulant aider leur pays d'accueil, ont réussi ce que l'Allemagne nazie n'a pas pu faire parce qu'elle avait fait fuir ses savants : construire la bombe atomique qui bouleversa l'équilibre mondial. Sébastien Balibar est physicien, directeur de recherches à l'École normale supérieure (Paris) et membre de l'Académie des sciences. Il fait partie aussi du comité du Programme d'aide en urgence aux scientifiques étrangers (PAUSE).

  • Faut-il considérer que le rationnel est du côté de la science, et l'irrationnel du côté de la religion ? Et que la première a détrôné la seconde ? Rien n'est moins sûr : elles n'ont pas les mêmes objets.

    On emploie le mot " science " comme s'il avait eu le même sens de toute éternité, comme s'il signifiait la même chose pour Aristote, Copernic, Galilée ou Stephen Hawking. Or ce mot ne désigne pas la même réalité pour les Anciens, les Médiévaux et nos contemporains. La science se construit historiquement, dans le temps et avec son époque. Tout comme la religion, la science est une forme de pensée qui détient une vérité, certes, mais une vérité qui n'est pas intangible. Par ailleurs, la " science ", dans sa genèse, a été profondément influencée par une certaine théologie, laquelle s'est elle aussi présentée comme une démarche rationnelle, en interaction permanente avec son environnement intellectuel.

    D'une époque à l'autre, c'est à une étude des croisements et des enjeux entre science et théologie que cet ouvrage nous invite.

  • Imaginez : les extraterrestres sont là ! Sur Terre. À côté de chez vous... Et d'emblée se pose la question cruciale qui accompagne l'extraordinaire événement : comment leur parler ? Comment s'en faire comprendre ?

    Le langage, sans conteste au coeur de ce qui nous définit en tant qu'espèce pensante, sera d'une importance cruciale. La science-fiction, domaine réflexif par essence, l'a compris depuis ses origines et en a fait l'un de ses sujets de prédilection, tant au cinéma qu'en littérature, de Babel 17 à Premier Contact, de L'Enchâssement aux Langages de Pao.

  • Ce sont 250 inventions toutes plus incroyables les unes que les autres et accessibles dans les deux prochaines années que vous trouverez entre les pages de cet ouvrage, parmi lesquelles le drone libellule livrant à domicile, l'airbag pour vélo, la voiture conduite par la pensée, l'immeuble pliable, les robots batteurs ou... repasseurs et les chaussures bioniques!

    Igor et Grichka Bogdanov sont des animateurs de télévision et des passionnés de nouvelles technologies qu'ils contribuent à faire connaître à un large public. Docteurs ès Sciences, ils ont été les tout premiers dans le monde à avoir annoncé et expliqué, dès le début des années 1980, Internet («internex»), le GSM («le téléphone de poche»), la télévision en relief, l'écran tactile, le moteur électrique et la voiture autonome! Ils sont également auteurs de nombreux best-sellers sur l'Univers.

  • 33 000 chercheurs, ingénieurs et techniciens. Plus de 1 100 laboratoires, présents partout en France et à travers le monde, et associant des partenaires prestigieux. Des résultats exceptionnels, obtenus dans tous les champs de la connaissance, diffusés et valorisés au bénéfice de la société. Le Centre national de la recherche scientifique est un établissement unique dont l'originalité surprend. Fruit d'une aspiration partagée par de nombreuses personnalités politiques et scientifiques, le CNRS a très tôt rassemblé hommes et femmes autour d'une même conviction, celle que l'humanité tirera profit d'une meilleure organisation de la recherche scientifique, et d'un même idéal, celui de la liberté.

    Depuis sa création en 1939, l'établissement s'est développé et profondément transformé. Biologie, chimie, écologie et environnement, homme et société, ingénierie et systèmes, mathématiques, nucléaire et particules, physique, sciences de l'information, Terre et Univers : dans tous ces domaines, le CNRS continue de puiser dans ses origines des réponses aux défis contemporains.

  • Ce récit fascinant est celui de deux grands scientifiques du XXe siècle : Einstein et Heisenberg qui ont découvert, respectivement, la théorie de la relativité et celle de la mécanique quantique. Il relie l'histoire de la physique moderne aux histoires de la vie de ces deux physiciens extraordinaires. Leurs découvertes ont posé les bases de la physique moderne, sans laquelle notre monde numérique composé d'ordinateurs, de satellites et de matériaux innovants n'aurait pas été possible.
    Ce livre décrit également en termes accessibles la science complexe qui sous-tend ces deux découvertes. La biographie jumelle met en évidence les parallèles et les différences de ces deux personnalités, montrant comment leur travail a fait du XXe siècle le siècle de la physique.

    /> Konrad Kleinknecht est professeur de physique, il a fait des recherches au CERN à Genève, au Caltech de Pasadena
    et au Fermilab près de Chicago. Ses travaux sur la physique des particules élémentaires ont été récompensés par de nombreux prix (prix Leibniz, prix Gentner-Kastler, médaille Stern-Gerlach...). Outre ses travaux de recherche, il a publié des ouvrages sur l'asymétrie de la matière et de l'antimatière et sur les détecteurs de particules.

    François Vannucci, normalien, a préparé une thèse au CERN et un postdoc à Stanford où il a participé à l'expérience qui découvrit le charme et le méson tau. De retour en Europe, il a initié plusieurs expériences en neutrinos au CERN et à Brookhaven. Aujourd'hui émérite, il consacre son temps à l'écriture d'ouvrages de vulgarisation.

  • Contrôle raconte la fascinante histoire d'une autre modernité sonore. Une modernité incarnée à l'origine par un seul homme, figure majeure mais méconnue du XX e siècle : Harold Burris-Meyer. Ingénieur, homme de théâtre, il fut surtout inventeur de dispositifs sonores et expérimentateur en sciences du comportement. Depuis les années 1930, période de déchaînement propagandiste, fasciste comme capitaliste, il est au coeur de ce récit des premières tentatives de manipuler les masses au moyen du son. Contrôle raconte la fascinante histoire d'une autre modernité sonore. Une modernité incarnée à l'origine par un homme, figure majeure mais méconnue du XXe siècle : Harold Burris-Meyer. Ingénieur et homme de théâtre, il fut inventeur de dispositifs sonores et expérimentateur en sciences du comportement. À travers les trois grands chapitres de son histoire -; le théâtre, l'industrie, la guerre -; s'écrit celle des premières tentatives de manipulation des masses au moyen du son. Divertir ou terrifier, apaiser ou piéger, guérir ou perturber, nulle différence pour l'ingénieur illusionniste. De l'acoustique théâtrale à la musique dans l'industrie en passant par l'élaboration de leurres sonores employés pendant la Seconde Guerre mondiale contre les troupes allemandes et italiennes, il s'employa toute sa vie à montrer l'influence profonde du son sur les réactions et les émotions de l'homme. L'écriture de Juliette Volcler est portée par le double objectif de peindre de manière vivante l'époque, son contexte social et culturel, ses rêves échoués, ses expérimentations réussies, et de donner des outils critiques face à l'environnement sonore en pleine mutation du XXIe siècle.

  • Les groupes ont leur propre intelligence  ; on sait depuis peu mesurer leur QI. Mais pourquoi les groupes plus féminins sont-ils plus sagaces  ? Comment invoquer la sagesse d'une foule en évitant les pièges du conformisme ? Pourquoi la diversité nous rend-t-elle plus intelligents  ? Comment notre intelligence «  supercollective  » rend-elle nos entreprises plus performantes  ? Comment l'utiliser pour revitaliser notre démocratie  ? Et pourquoi les espions américains s'y intéressent-ils autant  ?
     
    Autant de questions auxquelles Émile Servan-Schreiber apporte des réponses surprenantes et stimulantes, en s'appuyant sur les dernières découvertes scientifiques et une longue pratique de terrain. À l'aide d'exemples concrets -  de Boeing à Macron, en passant par l'intelligence artificielle et la CIA  -, il révèle l'immense potentiel de nos intelligences groupées et organisées.
     
     
    Docteur en psychologie cognitive (Carnegie Mellon), Émile Servan-Schreiber a été journaliste et ingénieur en intelligence artificielle. Depuis vingt ans, à la tête de Lumenogic et d'Hypermind, il partage son temps entre la recherche sur l'intelligence collective et ses applications pratiques au service d'entreprises et de gouvernements.
     

  • Envoyer des homme sur la Lune reste l'aventure la plus extraordinaire de tous les temps. Après quelques décennies de questionnements, La Lune est redevenue une étape incontournable, avant, peut-être, un vol habité vers Mars. Américains, européens, russes et, dans le plus grand secret, chinois : tous projettent d'y retourner prochainement.
    Alors que nous fêterons en 2019 les 50 ans des premiers pas d'Armstrong et d'Aldrin sur le sol lunaire, Charles Frankel nous fait le récit de l'épopée Apollo. Son enquête est jalonnée de portraits d'aventuriers de l'espace hauts en couleur, de drames, de joies, et de découvertes. 

empty