Police / Armée

  •  
    Sans peur, il n'y a pas de challenge. Sans challenge, il n'y a pas de progression. Sans progression, il n'y a pas de vie.
     
    La peur n'est pas étrangère à Ant Middleton : ancien membre des forces spéciales britanniques, il l'a affrontée au quotidien et ne savait jamais ce qui l'attendait derrière la prochaine porte. En prison, plongé dans l'inconnu, coupé de ses amis et de sa famille, il a vécu isolé avec ses pensées négatives et sans projet d'avenir. Dans les conditions extrêmes de l'ascension de l'Everest, il s'est confronté à sa plus grande peur, celle de devoir abandonner sa femme et ses enfants.
     
    Mais la peur n'est pas son ennemie. C'est une énergie qui le pousse à aller de l'avant. Le concept qu'il a développé,  La bulle de la peur, lui a appris à comprendre la force positive qu'elle peut devenir. La peur donne à Ant un cadre qui lui permet de relever les challenges de sa vie, aussi bien à la maison qu'en expédition.
    Dans ce livre, Ant Middleton nous apprend comment  La bulle de la peur  peut être utilisée dans nos vies pour nous aider à nous dépasser, à devenir plus fort et déterminé. Ce livre vous permettra de passer à l'action et d'aller au-delà de vos limites pour gravir votre propre Everest.
     
     

  • La très belle responsabilité d'être chef exige de se connaître et de travailler sur soi-même. Le Président de la République songe à réformer l'ENA sur le modèle de l'École de guerre. Une formation d'un an accueillant sur concours les officiers interarmées qui deviendront les militaires chefs de demain. L'art du commandement développé au sein de l'école ne doit rien à Sun Tzu mais beaucoup au maréchal Foch qui en dégagé trois principes : liberté d'action, concentration des efforts et économie des forces. Il vaut pour l'armée comme pour l'entreprise. Le commandement pour Loïc Finaz est une affaire collective. Dans la Marine, la forme la plus aboutie de la discipline est l'initiative au combat, pas toujours valorisée dans les entreprises, même les plus modernes. Il appartient au leader de développer l'esprit d'équipage et de faire des choix avant de les faire appliquer. À condition d'avoir au préalable développé les qualités nécessaires à sa mission.

  • 300 mètres carrés, 111 hommes, 70 jours sous la mer : bienvenue à bord d'un SNLE, c'est-à-dire d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins, seigneur des océans. Monstres d'acier, cathédrales de silence, les sous-marins rôdent sous les flots, veillant sur nous et notre sécurité, et nous n'en savons rien. Pourtant bien des choses se passent au fond des eaux, et la vie à bord est tout sauf ennuyeuse. Elle obéit à des règles, une discipline stricte et sereine, des rituels, des loyautés et des amitiés qui ont le goût de l'aventure et sans lesquelles peut-être risquer leur vie aurait moins de sens pour ces hommes.

    Sous-marinier pendant plus de vingt ans, l'amiral François Dupont nous emmène à bord du bateau qu'on lui a confié, immergé avec les hommes dont il a la responsabilité, pour, le temps d'une traversée, partager avec nous la beauté de ce métier où s'incarnent à chaque instant le sens de l'engagement et la notion du devoir.

  • Même s'ils sont l'instrument de prédilection pour les frappes dites « chirurgicales », les drones ne visent juste qu'une fois sur dix et, la plupart du temps, assassinent des personnes qui ne représentent aucune menace. De plus en plus utilisés par les militaires et les services de renseignements américains, ces engins et ceux qui les commandent à distance font non seulement de nombreuses victimes innocentes, mais ils affaiblissent le renseignement antiterroriste en attisant la colère des populations affectées par la menace de la mort venue du ciel, en plus d'empêcher la collecte d'informations, parce qu'ils tuent au lieu de capturer.

    Jeremy Scahill et toute l'équipe du site d'investigation The Intercept analyse ici une série de documents qui leur ont été confiés par un lanceur d'alerte issu du milieu du renseignement. Un document glaçant qui révèle comment l'État s'arroge le droit de vie et de mort sur des centaines de personnes.

  • Amiral - Le sel et les étoiles

    Alain Coldefy

    • Favre
    • 10 Septembre 2020

    Ce livre est le témoignage inédit et riche d'un homme qui a incarné la puissance militaire française pendant toute sa longue carrière. Conscient des enjeux géostratégiques et de l'attente que le monde a de la France, il nous offre sa vision éclairée et nous raconte aussi avec passion ses aventures au bout du monde.
    Il a navigué sur toutes les mers. À bord d'une corvette, aux manoeuvres d'un sous-marin nucléaire d'attaque ou aux commandes d'un porte-avions, il a connu la plupart des crises internationales de ces dernières décennies.
    Il était sur la Méditerranée quand le Proche-Orient connaissait les secousses de la guerre de Kippour.
    Il était à la barre quand la guerre Iran-Irak imposait une surveillance du golfe arabo-persique.
    Il était à la tête de la flotte française pendant le conflit au Kosovo, quand les bombardiers s'envolaient du pont du Foch pour aller pilonner les positions serbes...
    Dans ces missions à haut risque, Alain Coldefy a développé une perception sensible de la stratégie internationale et un sens aigu de l'indépendance militaire de la France. Au point de s'opposer, quand il l'a fallu, à un contre-amiral américain qui voulait le voir déguerpir au plus vite pour mieux écraser Srebrenica sous un déluge de feu. Coldefy, son porte-avions et son sous-marin nucléaire n'ont pas bougé, assurant la tranquillité dans l'espace adriatique.
    " Coldefy, c'est un guerrier, je savais que je pouvais lui faire confiance ", dira l'Américain.
    Par la suite, Alain Coldefy a été directeur des relations internationales des armées, développant une vision politique et militaire qui lui permet d'établir une vaste stratégie pour un nouvel équilibre des forces.
    Aujourd'hui, loin des terrains d'affrontements, l'Amiral nous livre ses conceptions d'un avenir fait d'une armée de métier, armée à la fois technique et performante.

  • Voici un livre exceptionnel : il retrace l'épopée de la DGSE, le service de renseignement français à l'international, tout juste trentenaire, et des services qui l'ont précédée. Cette centrale d'espionnage et de contre-espionnage est en effet l'héritière

  • Lors de sa création, en 1933, l'armée de l'air française prend place aux côtés de l'armée de terre et de la marine nationale. Elle constitue donc la plus jeune des trois armées et a dû se constituer une identité pour affirmer sa place au sein du système militaire français, développer un esprit d'entreprise et créer une culture commune aux aviateurs. Cette identité s'est formée dès les débuts de l'aéronautique militaire à partir de traditions venues d'unités de l'armée de terre et de la marine nationale puis s'est enrichie de la lutte des aviateurs lors de la seconde guerre mondiale et des conflits coloniaux mais aussi des combats institutionnels qui marquent l'histoire militaire française.

  • Légende de l'armée américaine, le général McChrystal a repensé la stratégie militaire des États-Unis contre Al-Qaïda. Sa réputation de " grande gueule " a fait oublier la qualité de sa réflexion. La voici, portée par un plaidoyer percutant pour une nouvelle organisation des équipes et de l'action. Bien au-delà de l'armée.
    " Il est important de préciser dès le départ ce que ce livre est, et ce qu'il n'est pas.
    Ce n'est pas un récit de guerre, bien que l'expérience de notre combat contre Al-Qaïda en soit la trame de fond. Au-delà des soldats, c'est aussi l'histoire d'hommes célèbres et d'autres moins, de papillons, de jardiniers et de champions d'échecs. Le lecteur croisera des crapauds gluants, des bêtes mythiques, des machines infernales et des écosystèmes particulièrement fragiles. Nous espérons aider le lecteur, à saisir les particularités de notre monde actuel et la manière de les appréhender au mieux. Nous défendons l'idée suivante : il faut reconsidérer la recherche de l'efficacité qui est actuellement la norme. L'efficacité reste importante, mais la capacité d'adaptation aux changements permanents et complexes est devenue un impératif. En nous appuyant sur notre expérience opérationnelle, associée à un tout un éventail d'exemples tirés du monde des affaires, des hôpitaux, des organisations non gouvernementales, mais aussi de sources plus improbables, nous présentons les symptômes du problème, ses causes profondes, et les méthodes que qui se sont avérées efficaces pour nous et pour d'autres personnes. Les lecteurs saisiront et mesureront le défi auquel ils font face et seront capables de cerner ce qui est pertinent pour eux. "
    Stanley McChrystal
    Fondé sur de nombreux exemples vivants, tirés de l'histoire, de l'économie mais aussi de sa propre expérience sur le terrain, Stanley McChrystal expose sa progressive mise au point d'une stratégie de commandement et d'organisation. L'action militaire - mais aussi celle de la politique, des affaires, des administrations, des hôpitaux... - doit se concevoir comme celle d'une " équipe d'équipes " (" team of teams ") et non pas comme une hiérarchie verticale, bridant l'initiative individuelle. Cet esprit d'équipe implique aussi une nouvelle façon de commander et de gouverner. Le chef doit cesser de s'imaginer en joueur d'échecs. Son modèle serait plutôt le jardinier.

  • Depuis quelques années déjà, toutes les enquêtes d'opinion montrent que les armées bénéficient en France d'une image très positive. Avec les attaques terroristes de 2015, le fait miliaire est redevenu, de manière encore plus nette, un élément central de la vie sociale et politique française.
    Et pourtant, les Français connaissent mal leurs armées. Leur mémoire reste affectée par les souvenirs douloureux des conflits du XXe siècle. Dans le même temps, l'éloignement géographique et temporel de la guerre a rendu moins compréhensible ce que vivent ceux qui choisissent de servir la France par les armes. Les « valeurs militaires » ont le vent en poupe, mais elles sont souvent brandies sans être vraiment définies. Les Français perçoivent mieux l'utilité des opérations extérieures dans le contexte de la menace terroriste, mais la mort des soldats ébranle facilement leur soutien. Le consensus sur le besoin de consacrer des moyens aux armées s'est généralisé, mais les relations entre les politiques et les militaires demeurent sujettes à des tensions récurrentes.
    Cette nouvelle donne paradoxale rend nécessaire un état des lieux précis des relations complexes entre la société française et ses armées qui ne peuvent être comprises sans tenir compte du temps long de l'histoire.

  • Entré dans l'armée de l'air à la fin des années 1920, il est notamment en poste en Allemagne et assiste à la montée en puissance de la Luftwaffe grâce à ses liens privilégiés avec Gring. Après avoir combattu lors de la campagne de France en 1940, il sert un temps le régime de Vichy, avant de reprendre le combat aux côtés des Alliés. Après la guerre, il alterne les responsabilités en états-majors le plus souvent au sein de l'OTAN les affectations dans des représentations diplomatiques et les postes en cabinet ministériel. Il suit ainsi de près les questions de défense européenne et celles relatives à l'Alliance atlantique avant d'être nommé chef d'état-major de l'armée de l'air en 1960. Après avoir quitté l'armée en 1963, Paul Stehlin entame une carrière dans l'industrie puis se lance, en 1968, avec fracas en politique en s'opposant aux choix de défense du général de Gaulle. En 1974, une note qu'il rédige à l'intention du président Giscard d'Estaing enflamme le monde politique français et donne naissance au « scandale Stehlin ». Abandonné par la majorité de ses soutiens politiques, le général doit démissionner.

  • Cet ouvrage constitue les actes du colloque organisé à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne le 26 septembre 2018. Il rassemble une vingtaine de contributions qui s'intéressent chacune à différents aspects de ce fait aérien et de l'arme aérienne dans la culture. Que ce soit dans ses dimensions humaines, techniques, politiques et stratégiques, cette somme permet d'appréhender comment fonctionne un mythe populaire, comment il génère ses propres représentations et comment celle-ci sont instrumentalisées.

  • Secrets d'État, compromissions et guerres fratricides : bienvenue place Beauvau ! La machine policière française est opaque et sclérosée. Hollande et ses ministres, faute de vouloir et de pouvoir la transformer en profondeur, ont tenté de s'en servir à des fins politiques. Pour qui veut contrôler les affaires, le ministère de l'Intérieur est en effet un lieu stratégique, grâce aux grandes oreilles des renseignements et aux yeux aguerris des flics en tous genres. Pourquoi la légalité est-elle si souvent bafouée chez ceux qui sont précisément censés faire régner l'ordre ? Le Président a-t-il un cabinet noir ? Faut-il être franc-maçon pour réussir dans la police ? Qui mettra un terme à la guerre sans merci que se livrent les diverses officines de renseignement ? Comment la gauche s'est-elle accommodée des réseaux mafieux corses ? Quel est le poids du FN dans la police ? Dans le plus grand secret, les auteurs ont mené leurs investigations durant plusieurs années. Ils ont interviewé des centaines de témoins (ministres, conseillers spéciaux, patrons de police, agents de renseignement, gardiens de la paix...), ont écumé les commissariats, fouillé le ministère, épluché les dossiers les plus confidentiels pour livrer cette enquête percutante et mettre en lumière le plus cuisant échec du quinquennat qui s'achève.

  • Soldier spy

    Collectif

    Ceci est mon histoire.
    Des gens comme moi existent pour combattre ceux que personne ne veut affronter.
    Tom Marcus a été recruté par le MI5 à la suite des attentats de Londres, le 7 juillet 2005. Après 5 ans passés sous couverture dans les opérations spéciales en Irlande du Nord, il va apporter aux services secrets britanniques une réponse efficace aux besoins de sécurité.
    Après des mois d'entraînement - de la conduite à grande vitesse, à la préparation physique, en passant par les techniques de surveillance  - Tom Marcus nous confronte à ses missions. Un monde sous haute tension pour prévenir à temps des attaques terroristes, protéger les infrastructures du pays et stopper les espions étrangers qui tentent de voler les secrets de la couronne britannique. Des décisions prises en une fraction de seconde avec des conséquences parfois mortelles.
    Dans ce livre haletant, suivez Tom dans ses plus périlleuses missions. Ressentez la peur et l'importance du bagage émotionnel qu'il doit porter. Un récit intense et poignant.
    « Mon monde est sombre, sans couleur, sans sécurité. Des gens comme moi existent pour combattre ceux que personne ne veut affronter. Je n'étais pas le dernier recours, mais la seule option. »
    Publié avec l'autorisation du MI5. Tous les noms et les détails des opérations de Tom Marcus ont été modifiés.

  • Jamais l'armée française n'a été mobilisée simultanément sur autant de théâtres d'intervention, et cela alors que les moyens budgétaires qui lui sont alloués n'ont cessé de diminuer depuis un quart de siècle. C'est cette contradiction, avec des armées aujourd'hui proches du point de rupture, qui justifie le cri d'alarme du général Vincent Desportes. Tandis que les menaces de toute nature se multiplient à l'échelle internationale et que le territoire national est désormais directement menacé, la France peut-elle se permettre de ne plus compter que sur des armées aux capacités très fortement dégradées à cause d'une politique d'économies à courte vue ? L'effort budgétaire est nécessaire, mais il ne suffit pas de réclamer des moyens ; il faut en redéfinir la nature et l'emploi. De quelle armée la Nation a-t-elle aujourd'hui besoin ? C'est à un profond renouveau de la réflexion stratégique française qu'en appelle l'ouvrage.

  • Préface de Xavier Raufer

    Rude constat : la France affronte la plus intense vague terroriste de son histoire, initiée par certains de ses enfants. Loin d'un épisode ponctuel, la voici dans une époque durable où des terroristes nés sur son sol frappent leur propre pays : une menace endogène.

    La France victime des siens ? Pourquoi ? Entre échec scolaire, violence, criminalité et gratification de soi, l'islamisme radical ronge notre société et exploite le terreau fertile des banlieues. Il exalte l'engagement djihadiste : Merah, Coulibaly, Chekatt et bien d'autres terroristes sont tous d'abord des malfaiteurs de droit commun. Ce fanatisme religieux agrège délinquance et terrorisme dans un basculement idéologique. Il donne du sens à une vie de voyou qui n'en avait pas.

    Danger : barbare mais dynamique, un nouvel idéal émerge dans nos sociétés en crise. Il comble un vide. Nos ennemis désignés trouvent leur moteur dans la foi ; ils voient dans nos territoires un vivier de combattants djihadistes, arme de leurs desseins.

    D'où ce livre, pour comprendre, détecter, prévenir. Un impératif, car cette guerre-là sera longue.

  • Idéologie sécuritaire, état d'urgence, opération Sentinelle, risque zéro, dit la théorie. Impréparation, outrance, illusion, imprévoyance, dit la pratique. Face à la terreur, les effets d'annonce sont tout, sauf des mesures de réalité. Spécialiste des guerres nouvelles, Éric Delbecque dit ici la vérité sur la politique-spectacle de la rassurance publique. Il dévoile la faiblesse des conceptions et des dispositifs qu'elles signalent. Il révèle les moyens stratégiques et technologiques qu'elles requièrent. Il éclaire la mutation des mentalités qu'elles appellent. Comment penser la vulnérabilité de nos sociétés, plutôt que de promettre un monde idéal dont le conflit, la violence et la mort seraient bannis ? Comment repenser notre modèle de protection, inefficace et obsolète ? Comment substituer, désormais, l'anticipation à la réactivité ? Bilan implacable sur le défi des attentats et le manquement des gouvernants, voici un manuel autant d'existence que de résistance.

  • La gendarmerie occupe une place à part dans la société française. Elle cultive une authenticité et une spécificité dans le paysage hexagonal. Elle ne constitue pas pour autant un champ d'investigation privilégié pour la sociologie. Grâce à une analyse minutieuse conduite à partir des notions d'organisation, d'identité, de territoire, de dualisme et de conflictualité, cet ouvrage propose une réflexion d'ensemble sur les mutations et les perspectives d'évolution de cette institution familière. Sur les principales questions auxquelles elle est confrontée (implantation territoriale, statut militaire et rattachement au ministère de l'Intérieur), il apporte des repères pour en éclairer la dynamique, saisir ses caractéristiques organisationnelles et culturelles, ainsi que son positionnement dans la France d'aujourd'hui.

  • Un ouvrage sur la réalité et l'importance du recrutement interne des officiers de l'armée de terre, de la gendarmerie, des corps techniques et administratifs des services communs et de l'armement depuis 1875. A la fois page d'histoire, réflexion, étude et essai sur l'avenir.

  • Quelles sont la réalité et la pertinence de la mise en oeuvre de la politique africaine commune de défense et de sécurité de l'Union africaine ? Est-elle toujours inspirée de la vision des pères fondateurs de l'Organisation panafricaine lors de sa création en 1963 ? Cet ouvrage re-conceptualise la politique africaine commune de défense et de sécurité, dans le sens suggéré par les premiers panafricanistes et dont les raisons de la proposition de la défense territoriale africaine semblent jusque-là vérifiées.

  • Cet ouvrage nous fait revivre l'aventure d'une poignée de soldats qui avait pour mission de surveiller et d'administrer les confins désertiques du Nord-nigérien. Il nous fait revivre l'épopée de ces " enfants perdus " qu'étaient les méharistes de la conquête qui ne pouvaient compter que sur leurs propres ressources, mais que l'attrait de l'inconnu et de la découverte poussait de plus en plus vers le Nord pour donner la main à leurs homologues venus d'Algérie. Une abondante iconographie et des cartes détaillées complètent le texte.

  • La défense nationale est une responsabilité cardinale de l'Etat. Mais ses instruments militaires et techniques, les années, les arsenaux, les industries d'armement, reposent au premier chef sur les hommes qui les animent. Faute d'en avoir tenu compte, la réforme engagée en 1996 porte en gestation un système inefficace ne répondant pas aux exigences d'une réforme moderne. Les auteurs de ce livre ne se contentent pas de critiquer, de dresser le constat, ils proposent des solutions, bâtissent un projet. Ils placent l'Homme, le Citoyen, au centre de leur démarche, afin de construire une véritable Défense citoyenne.

  • Cet ouvrage mobilise les acquis de la sociologie militaire et de la science politique et étudie un certain nombre de cas (Algérie, Égypte, Irak, Libye, Syrie et Tunisie), décryptant les rapports au politique de l'institution militaire dans ces pays. À travers cette revue des armées arabes, sont soulignées non seulement l'incertitude des processus politiques en cours mais également celle des cadres analytiques.

  • La France a longtemps été épargnée sur son sol par les attentats. Ce n'est plus le cas. Nos services antiterroristes sont-ils dépassés par les événements? Comment tant de fanatiques ont-ils pu échapper à la traque des plus grandes agences de renseignement ? À plusieurs reprises, les services les ont manqué de peu. Ces échecs se sont doublés d'une erreur d'analyse. Pourquoi la montée en puissance de l'Etat islamique et de son « Califat » a-t-elle été sous-estimée ? Que va-t-il se passer lorsque les Français radicalisés rentreront de l'étranger ? Malgré des arrestations à répétition qui ont permis de déjouer des attentats, l'Etat peine à combattre une forme de guerre, souterraine, discrètement enracinée dans des cités hors d'atteinte de la police et de l'armée. Nos espions ont-ils su s'adapter à ces nouvelles menaces ? Dès lors, à quoi sert-il de surveiller 10 500 suspects si l'on ne parvient pas à exploiter les informations recueillies ? Comment l'Etat peut-il mieux nous protéger ? Un document qui nous concerne tous, fondé sur une remarquable enquête.

  • « Tel l'Empire romain, l'institution police va être détruite après avoir vu passer à sa tête bon nombre d'empereurs dont certains n'auraient pas mérité de porter le titre de César. Mais si l'empire a encore du mal à survivre, c'est bien sa garde prétorienne qui décline et qui ne peut fournir le service de qualité qui, pourtant, s'impose.
    Ave César !
    Cette police qui va mourir te salue ! »

    Les récentes manifestations de policiers ont constitué un tournant dans la prise en considération du métier de flic, et plus généralement de l'institution policière. Durcissement des conditions de travail déjà éprouvantes, manque d'effectifs, horaires harassants conduisant à l'abandon du service de police dite de proximité... Témoin privilégié d'un métier qu'il a sans doute trop aimé, Marc La Mola revient sur les raisons qui ont fait de cet organe institutionnel indispensable à la démocratie une corporation moribonde. Au terme d'un constat sans amertume mais lucide, il oriente sa réflexion vers l'avenir sans manquer d'interpeller les hautes instances à la veille de l'élection présidentielle : quelle sera la police de demain ? La sécurité des Français sera-t-elle sacrifiée sur l'autel des ambitions personnelles d'une poignée de politiques ?

empty