• Qu'est-ce qu'un « propos » ? Un article de journal, souvent inspiré par l'actualité, mais à visée au moins partiellement philosophique. C'est confronter sa pensée au monde, dans ce qu'il a de plus changeant, de plus inquiétant, en s'adressant au plus vaste public. Et chercher un peu d'éternité, dans l'histoire en train de se faire. Cela vaut-il la peine ? Il m'a semblé que oui. L'actualité, si souvent décevante ou effrayante, est aussi une incitation à penser. On n'en a jamais trop - et cela guérit, parfois, de la déception comme de la peur. Le réel est à prendre ou à laisser. La philosophie aide à le prendre. Mieux vaut penser que se lamenter. Mieux vaut agir que trembler.

  • Sur l'amour

    ,

    • Stock
    • 7 Octobre 2020

    « Décidément, on ne se comprend pas du tout... c'est comme si l'on ne parlait pas la même langue ! »
    C'est, à peu de chose près, en ces termes que s'achèvent bon nombre de discussions entre hommes et femmes.
    Finalement, nous réalisons, une fois la crise passée, que malgré notre amour, notre bonne foi, et nos efforts, il s'agissait, bien entendu, d'un énorme... malentendu.
    C'est justement pour essayer de dissiper ce malentendu, parce que nous sommes un homme et une femme ami(e)s de longue date, l'un médecin, l'autre psychologue, que l'envie nous a pris d'essayer d'apprendre à nous connaître, afin d'avoir une vraie chance de mieux comprendre le langage de l'autre malgré nos évidentes différences.
    Nous avons cherché, dans nos pratiques respectives, ce qui pouvait expliquer d'un point de vue psychologique ou médical, les différences de comportement.
    Nous avons également enquêté autour de nous et en particulier auprès de la jeune génération car nous voulions comprendre en quoi leur vision du monde différait de la nôtre.
    Que ce livre vous fasse sourire ou vous étonne, sachez que nous n'avons rien travesti, ni rien exagéré des confidences reçues. Et si vous y découvrez le moyen de vivre à deux en harmonie malgré vos dissonances, en confiance et en toute complicité, faites-le-nous savoir... Nous serions vraiment heureux d'apprendre que nous aurions, en quelques pages, résolu un problème vieux de plusieurs milliers d'années ! »Michel Cymes  et Patricia Chalon

  • Voici enfin le livre tant attendu issu du podcast LA POUDRE dans lequel Lauren Bastide  reçoit dans une chambre d'hôtel une femme inspirante, artiste, activiste, politique pour une conversation intime et profonde qui déconstruit les préjugés et inégalités femme-homme.
    A travers trois tomes très complets, retrouvez les meilleurs extraits des interviews des 70 femmes exceptionnelles qui font bouger le 21ème siècle.
    Tome 2 : Actrices et réalisatrices (parution mars 2021)
    Tome 3 : Activistes et politiques (parution septembre 2021)

  • J'ai vu naître le monstre Nouv.

    Journaliste, Samuel Laurent est tombé dans le chaudron de Twitter dès la création de " l'oiseau bleu ". Promesse d'une démocratie sans filtre, le réseau apparaissait comme une source inédite de sujets, de témoins et de voix nouvelles.
    Pendant des années, Samuel Laurent a adoré Twitter, cette agora où il se passe toujours quelque chose, comme les mouvements planétaires #MeToo ou #BlackLivesMatter. À la tête des " Décodeurs " du Monde (un service de vérification factuelle), cinglant ou ironique, fort de ses 160 000 followers, Samuel Laurent s'est mué en chasseur d'intox et de complotistes. Mais comme beaucoup, il s'est brûlé : trop de raccourcis (y compris de sa part), trop de violence, trop de meutes organisées qui déchiquettent leurs proies virtuelles. Burn-out. Il a fini par décrocher, pour redevenir journaliste de terrain.
    Dans un témoignage puissant, en forme d'avertissement, Samuel Laurent enquête sur le monstre qu'est devenu Twitter, un réseau où chacun s'invente une vérité, où l'indignation vertueuse et la manipulation règnent. C'est pourtant là que les politiques et les journalistes scrutent le moindre mouvement d'opinion, au risque de créer des " bulles d'information " qui s'auto-alimentent.
    Au point de tuer la démocratie ?

  • Scum manifesto Nouv.

    En renversant l'image de la femme comme être inférieur par nature pour l'appliquer à l'homme, l'autrice démonte la mécanique de la domination masculine.
    Un pamphlet littéraire et politique, où l'humour et la provocation révèlent les rapports de force entre les sexes. Depuis sa diffusion dans les rues de New York par Valerie Solanas en 1967, SCUM Manifesto est devenu un texte culte du féminisme.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Emmanuèle de Lesseps
    Postface de Lauren Bastide

  • Pourquoi devons-nous travailler ?
    Paul Lafargue (1842-1911), penseur socialiste, tente de comprendre l'amour absurde du travail, « cette étrange folie qui possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste ».
     
    Relire Le Droit à la paresse nous rappelle que la liberté d'employer le temps est fondamentale.

    2 Autres éditions :

  • Après une vie de souffrance, 74 milliards d'animaux sont abattus chaque année dans des fermes industrielles de par le monde. Est-il moralement condamnable d'acheter les produits issus de cette industrie ? Deux étudiants - un carnivore et un végétarien - qui se retrouvent régulièrement pour déjeuner dialoguent et s'interrogent sur les problèmes que pose un mode de vie vraiment éthique. Les consommateurs sont-ils responsables des pratiques de l'industrie alimentaire ? La consommation de viande est-elle naturelle ? Quel rôle l'empathie, dans le cadre de la défense du bien-être animal, peut-elle  jouer sur le plan moral ? Sur le mode du dialogue socratique - une interrogation philosophique qui vise la vérité à travers une série de questions et d'interprétations -,  Michael Huemer met habilement en scène les enjeux éthiques soulevés par le choix d'un régime végétarien, et plus largement du véganisme, faisant valoir une morale qui impose de chercher à réduire la souffrance quelle que soit la « nature » de l'être souffrant.« À l'avenir, quand les gens me demanderont pourquoi je ne mange pas de viande, je leur dirai de lire ce livre »,  Peter Singer (extrait de la préface).Michael Huemer est professeur de philosophie à l'Université du Colorado. Ses travaux portent sur l'éthique, la métaphysique, la philosophie politique et l'épistémologie.   

  • «  Le manuel de l'esclavage, c'est un peu la Convention de Genève du djihadisme, écrite par une génération qui croit vivre dans l'Arabie du viie siècle tout en regardant Game of Thrones, où les scènes de bordels servent d'intermèdes aux décapitations... Esclave de douze maîtres, vendue et revendue de Qaraqosh en Irak à Raqqa en Syrie, l'histoire de Marie dessine la géographie de l'État islamique. Et sa théologie  : tous les péchés des hommes se sont incarnés dans son corps de femme...  »
    Marie nous a confié son histoire  : elle a exigé que tout soit raconté, que rien ne soit omis. Son récit bouleversant est celui d'une chrétienne capturée par les djihadistes, qui veut vivre, qui se bat, qui refuse de se laisser briser par la bestialité des hommes. Et celui de la victime, souillée, torturée, violentée, qui découvre finalement comment on est accueilli par les siens quand on revient de l'enfer.
    Ce livre montre les exactions commises au nom de la charia. Il oblige à voir comment les fondamentalistes, qui n'ont d'yeux que pour les vierges du Paradis, transforment les femmes en putains.

  • La démocratie confinée ; l'éthique quoiqu'il en coûte Nouv.

    Comment avons-nous vécu les expériences de cette année incertaine, inquiétante, qui a déstabilisé nos repères, dérouté nos chemins, appauvri nos quelques certitudes, ruiné des existences et qui nous confronte désormais à des décisions difficiles ? Comment penser un après alors que la crise est encore là pour un longtemps et qu'elle a éprouvé notre démocratie dans ses valeurs essentielles ? Dans cet ouvrage, l'auteur reprend ses analyses qui constituent un retour sur les temps forts de cette première année de pandémie, sur les modalités de gouvernance, le processus décisionnel avec ses conséquences à tous les niveaux de la vie sociale. Du fait de sa position d'observateur engagé au plus près du terrain, il a contribué à nombre de réflexions portant notamment sur les choix en réanimation, la vie en ehpad (et là où les vulnérabilités humaines et sociales sont les plus fortes), les arbitrages institutionnels et les initiatives de proximité. Emmanuel Hirsch explore les divers aspects des réalités de la pandémie, scrute le processus décisionnel souvent défaillant, permet de comprendre ce qu'a été l'intelligence pratique des « invisibles » de notre République, héros pour quelques semaines et oubliés depuis. Son livre interroge la gouvernance solitaire et entre experts d'une circonstance imprévisible qui aurait d'emblée justifié une concertation publique. En cette situation exceptionnelle, la vie démocratique a été confinée alors que lutter contre un phénomène de cette ampleur n'est possible qu'en mobilisant l'ensemble des composantes de la société. Au-delà d'un constat rigoureux, le propos est critique et engagé, car l'un des objectifs de ce livre est de donner à penser comment vivre le long terme d'une crise globale révélée par le choc d'une pandémie.

  • La paix

    Jean-Claude Carrière

    « Longtemps, nous avons distingué la paix de la guerre. C'était même, souvent, la seule définition que nous donnions de la paix : l'absence de guerre. Depuis une trentaine d'années, nous sommes passés dans un autre type de guerre, une guerre grise, presque anonyme, et même innommable, une guerre qui chasse les habitants de tout un pays vers d'autres terres, lesquelles, prises au dépourvu, ne savent ni les accueillir ni les repousser. Une guerre qui a métamorphosé la paix, au point d'en empêcher toute définition. De là ce livre sur la paix qui va d'Eschyle à Victor Hugo, du 11 Septembre à la Promenade des Anglais, de la paix des étoiles au repos de la tombe, autour de cette notion profondément mystérieuse, cette paix qui nous fait tant de mal et que nous appelons notre souverain bien. » J.-C. C. Un éloge de la paix, un hymne à notre commune humanité. ?Scénariste, dramaturge, écrivain, Jean-Claude Carrière est l'auteur de grands succès comme Einstein, s'il vous plaît, Fragilité, Tous en scène et, plus récemment, Croyance. 

  • À notre époque postmoderne, où les grands récits religieux etpolitiques se sont effondrés en Occident, émerge, à côté del'horizon écologique, une véritable « politique de l'identité »,un désir croisé de redresser les torts supposés à l'égard desminorité ethniques, des femmes, des personnes LGBT, etc...Autant de mouvements revendicatifs dont l'impact est décuplépar la puissance des médias sociaux.Des groupes d'intérêts dominent désormais l'agendapolitique alors que la société se fragmente toujours plus.Selon Murray, les revendications de chacun de ces groupessouffrent pourtant de sérieuses fragilités scientifiques, parfoismême de totales contradictions. Exemples à l'appui, il lesdévoile et les analyse dans ce livre.Dans nos pays, où la situation des minorités estparadoxalement la plus enviable du monde, il montrepourquoi, au rythme des capitulations politiques actuelles,les questions de sexualité, de genre et de race risquent fortde déclencher des affrontements toujours plus graves.

  • A l'heure où les questions judiciaires occupent un espace médiatique toujours plus important,  toutes  les études  démontrent pourtant que l'opinion publique se défie désormais de la Justice.
    Que s'est-il donc passé  ?
     
    Bien sûr,  la pénurie  des  moyens explique en partie cette image de service public à l'abandon. Mais, selon Régis de Castelnau, cette défiance prend d'abord racine dans  la perte flagrante  par la magistrature  de  sa neutralité au profit d'un exercice politique de sa mission.
     
    En analysant les trois dernières décennies, il montre comment la justice pénale, renonçant à son impartialité, a accepté de devenir un instrument intervenant directement  dans le champ politique.  Castelnau détricote, pièce par pièce, la plupart des grandes affaires politico-judiciaires récentes et révèle leurs mécaniques cachées. Enfin, il démontre comment les différents dispositifs mis en place par François Hollande ont permis à la haute fonction publique judiciaire, en disqualifiant François Fillon,  d'assurer  l'arrivée  à l'Élysée  d'Emmanuel Macron.  Et de devenir ensuite une des pièces essentielles de son exercice du pouvoir.
     
    Depuis 2017, Castelnau expose les éléments qui permettent d'affirmer que la Justice  ralliée au « bloc élitaire » assure la pérennité  d'un système où l'argent joue un rôle majeur. Un système où il s'agit d'abord de protéger les amis, de maintenir une pression constante sur les opposants et enfin de réprimer le Peuple quand il ose exprimer une révolte sociale ou une inquiétude sécuritaire.
    Le tableau final, lourdement documenté, est celui d'une magistrature qui a fait le choix de son idéologie plutôt que du bien commun.

  • Numérique, compter avec les femmes Nouv.

     «?Voilà plus de vingt ans que je fais de la recherche en informatique à un très haut niveau. Je me suis aussi frottée, en tant qu'entrepreneuse dans la Deep Tech, aux investisseurs, accompagnateurs, incubateurs et start-upeurs de tout crin. Évoluant depuis longtemps dans ce milieu, je constate que je suis encore trop souvent parmi les rares femmes dans l'assemblée. Comment mettre fin à la sous-féminisation de ce secteur encore très machiste, à l'image de notre société?? Ce que je souhaite avec ce livre, c'est que les femmes soient autant attirées par l'informatique que par la médecine.?» A.-M. K. De la pionnière Ada Lovelace, première programmeuse, injustement méconnue, à Grace Hopper qui a posé les bases du langage Cobol, des biais de genre sur Wikipédia aux clichés véhiculés par les réseaux sociaux, un livre court et incisif pour montrer le sexisme d'un secteur crucial de l'économie, assorti de propositions concrètes et claires pour encourager les femmes à l'investir, et vite?! Anne-Marie Kermarrec est professeure en informatique à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, et fondatrice de la start-up Mediego, issue de l'Inria. Membre de l'Academia Europaea et ACM Fellow, elle est lauréate du prix Montpetit et du prix de l'Innovation de l'Académie des sciences.

  • Altermondialistes, zadistes, environnementalistes, anarcho-primitivistes... Anarchie et écologie semblent partager de nombreux points communs. Une même aspiration à un monde meilleur, plus proche de la nature, respectant les espèces vivantes et les paysages, fait de communautés solidaires et tolérantes. Une même détestation d'un monde dominé par l'argent, les guerres et la soif du pouvoir.
    Pourtant, les choses sont loin d'être aussi simples qu'il n'y paraît. Elles sont parfois même antagoniques si l'on considère, comme Philippe Pelletier en fait l'hypothèse dans cet ouvrage, que la finalité de l'injonction au « tous écologistes » n'est autre que de faire évoluer le système actuel vers un capitalisme vert, bien éloigné de l'idéal anarchiste...

  • Combien de fois avez-vous été sollicités pour attribuer une note  ? Pensez à vos derniers achats en ligne, aux étoiles qu'on attribue à un chauffeur ou un livreur... on ne les voit même plus. Cette mode est aussi silencieuse qu'irrésistible  : hôpitaux, services publics, tous ont vocation à être comparés, classés. Mais, comme dans le privé, le système porte en germe de graves dérives.
    Des collèges jésuites du XVIe  siècle où elle est née jusqu'aujourd'hui, la notation pose un ensemble de questions auxquelles il devenait urgent de répondre. Vincent Coquaz et Ismaël Halissat ont enquêté  : de TripAdvisor à Amazon, en passant par Uber, jusqu'aux notes citoyennes expérimentées en Chine, ils se sont plongés dans les méandres des avis clients, où une bonne étoile peut faire ou défaire une réputation et mettre en péril un emploi.
    Inventé par un gourou américain du marketing, le questionnaire de satisfaction moderne est devenu dans le meilleur des cas une fin en soi absurde. Dans le pire, il impose un stress infernal aux employés. Dans certaines entreprises, les salariés se notent même entre eux. Et, comme à l'école, la tentation de tricher pour améliorer sa note est souvent grande...
    Pire, une partie des notes qui nous sont attribuées sont totalement invisibles. En tant que consommateurs, travailleurs, et demain peut-être en tant que citoyens, nous sommes pour l'instant totalement désarmés devant cette nouvelle guerre des étoiles.
     
     
    Vincent Coquaz est journaliste à la rubrique CheckNews de Libération et formateur en école de journalisme. Il a précédemment travaillé pour Arrêt sur Images.
     
    Ismaël Halissat est journaliste au service police/justice de Libération. Il a enquêté récemment sur les armes du maintien de l'ordre et sur plusieurs faits de violences policières.

  • Faire confiance est un art qui s'apprend. Dans cet ouvrage, Elena Pasquinelli et Mathieu Farina nous montrent comment la science, par sa méthode et ses outils, peut nous aider à y parvenir. Établir un nouveau contrat de confiance entre la science et la société est devenu un enjeu majeur aujourd'hui. Tel est aussi l'objectif de cet ouvrage. Pour l'illustrer, quatre voyages vont vous faire découvrir de l'intérieur le fonctionnement de grands laboratoires scientifiques. Vous déambulerez ainsi dans les couloirs de l'Institut Pasteur et suivrez les étapes et les enjeux de la production des vaccins. Vous irez à la rencontre des experts du GIEC qui rédigent les rapports sur le dérèglement climatique. Vous revivrez les moments de doute et de joie des physiciens du CERN qui percent les secrets de la matière. Vous suivrez, des forêts de montagne au labo de génétique, les écologues qui pistent les loups... Le message de ce livre est clair : n'ayez pas peur de la science, car elle est votre alliée précieuse pour savoir quand accorder votre confiance ! Mathieu Farina est agrégé de sciences de la vie et de la terre, spécialisé en écologie et en biologie évolutive. Il est membre de la fondation La Main à la pâte. Elena Pasquinelli est spécialiste en philosophie des sciences cognitives. Associée de l'Institut Jean-Nicod, elle est membre de la fondation La Main à la pâte et du Conseil scientifique de l'éducation nationale. Elle est notamment l'auteur de Comment utiliser les écrans en famille. Tous deux travaillent à l'éducation de l'esprit critique en milieu scolaire. 

  • L'urgence climatique se heurte à un redoutable problème de financement. Aucune stratégie financière classique n'est en mesure de mobiliser rapidement les sommes considérables qui sont en jeu. Bien que libérée des contraintes matérielles, la politique monétaire ne s'est malheureusement pas encore libérée des dogmes qui la restreignent. Pourtant, l'histoire a montré à maintes reprises (reconstruction économique de l'Allemagne dans les années 1930, New Deal américain, reconstruction de la France après 1945, politique monétaire expansionniste en Chine) que les mécanismes monétaires peuvent être utilisés de manière ciblée et efficace pour répondre aux grands défis du moment. Le climat en est un et appelle un Green New Deal qui, proposent les auteurs, pourrait résulter de la création monétaire mise au service de projets écologiquement vertueux. Bousculer l'économie traditionnelle pour sauver la planète ? On commence quand ? Alain Grandjean, membre du Haut Conseil pour le climat, est président de la Fondation Nicolas Hulot. Nicolas Dufrêne, spécialiste de politique monétaire, est haut fonctionnaire et directeur de l'Institut Rousseau. 

  • L'extrémisme suscite bon nombre de questions auxquelles une éducatrice et un policier tentent de répondre dans cet ouvrage...
    Nul ne sait réellement ce qui nous pousse dans les bras de l'extrémisme : la colère contre l'injustice de la société ? Des lacunes dans la pensée analytique ? La soif de « l'ivresse des excès » et la passion pour la violence ? La haine de soi qui trouve du sens dans la destruction de l'autre ? Le besoin de se raccrocher à l'illusion d'une « solution » face aux problèmes sociétaux ? Les raisons sont complexes et les conséquences toujours dramatiques.
    Comprendre et repérer les changements de visions du monde et de comportements provoqués par l'adhésion à une idéologie radicale qui mène à l'extrémisme violent est nécessaire. Maîtriser les étapes de désengagement de la violence et de déradicalisation idéologique aussi. Quelles sont les similitudes et les différences entre les djihadistes, les suprémacistes blancs et les activistes de l'extrême gauche ?
    Une ancienne éducatrice et un ancien policier croisent leurs regards pour décrypter les mystères de ces processus de radicalisation multifactoriels. Forts de leurs recherches et de leurs expériences de terrain, Ils partagent des analyses éclairées et des témoignages inédits, des clés pragmatiques et des outils pour mesurer le niveau ou la sortie de radicalisation.
    Le lecteur découvrira tous les aspects de ces doctrines dont les adeptes refusent toute modération ou alternative !
    À PROPOS DES AUTEURS
    Dounia Bouzar est ancienne éducatrice à la PJJ, docteur en anthropologie. De 2005 à 2016, elle a réalisé des missions ministérielles et formé les équipes gouvernementales à la gestion de la radicalisation. Elle conseille désormais entreprises et institutions à ce sujet.
    Christophe Caupenne est ancien négociateur en chef du RAID, expert auprès des entreprises et des médias, sur les questions de sécurité et de terrorisme.

  • Le regret d'être mere

    Orna Donath

    Ce livre est un cri d'alarme. Oui, certaines femmes regrettent d'être mère. Elles aiment leurs enfants, mais elles ont aussi besoin de s'exprimer par elles-mêmes, de s'épanouir, de réussir. Il n'est pas toujours facile de concilier le fait d'être mère et celui d'être une femme qui se réalise. L'idée même que l'on puisse concevoir du regret d'être mère peut être troublante. Orna Donath a interrogé de nombreuses femmes pour ce livre et propose l'idée suivante : nous devons nous questionner sur la façon dont la société pousse les femmes vers la maternité et pourquoi celles qui ne sont pas prêtes à suivre ce chemin sont encore considérées comme pouvant être une menace. Un livre étayé, nouveau, qui force à réagir. « Une enquête qui défie les tabous de la société, car tout remords est toléré, sauf celui d'avoir des enfants dans le monde. » Vanity Fair. « Grâce à ses recherches et à son livre, Orna Donath a rendu visible quelque chose qui, jusqu'à aujourd'hui, était limité aux confessions entre amis ou sur le divan des psychothérapeutes. » Der Spiegel. Orna Donath est docteur en sociologie, elle enseigne à l'Université Ben Gourion du Néguev en Israël où elle mène des recherches sur les attentes sociales auxquelles les femmes sont confrontées. Le regret d'être mère est son premier livre et a déjà rencontré un écho international. 

  • Manifestation contre l'islamophobie à Paris aux cris d' « AllahAkbar », refus obstiné du président Macron de fermer lesfrontières pour protéger les Français pendant la crise sanitaire,affrontements entre Tchétchènes et Maghrébins en plein centrede Dijon, assassinats répétés de paisibles citoyens par des« jeunes », appels d'associations à déboulonner des statues età débaptiser rues et bâtiments au nom d'un anti-racisme devenufou, les événements se succèdent à un rythme de plus en plussoutenu et forment autant de signes désormais évidents de lasituation catastrophique dans laquelle se trouve la France.Relire les analyses hebdomadaires d'Ivan Rioufol depuis 2018montre à quel point les faits s'enchaînent avec logique, l'unappelant inévitablement l'autre, comme le laxisme judiciaireentraine la hausse des violences.Lors de la première manifestation des Gilets jaunes, le Peuplea su sortir de sa torpeur, les somnambules ont fait comprendrequ'ils pouvaient faire trembler les élites traîtresses. C'est ce grandréveil qu'il faut poursuivre. Il y a maintenant urgence car, ceschroniques le montrent, l'Histoire accélère.

  • Génie de la laïcité

    Caroline Fourest

    • Grasset
    • 12 Octobre 2016

    Harcelée par les intégristes et leurs provocations, caricaturée et moquée dans les médias anglo-saxons, la laïcité est devenue un enjeu mondial et passionnel.   On raconte n'importe quoi à son sujet. On lui fait dire aussi n'importe quoi. Il y a ceux qui voudraient la « toiletter », l'adapter à l'Islam, l'accommoder, l'ouvrir ou tout céder. Et ceux qui, au contraire, voudraient interdire le voile a la plage ou a l'universite .  « Ni capitulation, ni persécution », disait Ferdinand Buisson, un des pères de l'école laïque. C'est la ligne de ce livre. Il répond aux faux-procès, dévoile la guerre culturelle menée par les partisans du modèle américain, retrace l'histoire de la loi de 1905 et de l'école laïque jusqu'à nos jours, éclaire les lignes de fractures, et propose un manifeste pour une politique réellement laïque, fidèle à l'esprit de la Séparation. Lucide, limpide et indispensable, cet ouvrage défend une vision combattive et équilibrée du modèle français de laïcité, qui n'est pas un glaive, mais un bouclier.

  • Qui n'a jamais cherché à « déchiffrer » l'énigme de l'amour ? Qui ne s'est demandé s'il était voué à l'éphémère ou s'il pouvait durer toujours ? Parce que le baiser est l'image qui condense plus que toute autre le mystère de l'amour, le psychanalyste italien Massimo Recalcati explore ce moment d'intimité pour répondre à d'éternelles questions.Le désir, les enfants, la trahison et le pardon, la violence, la séparation et l'amour infini sont les sujets de ces brèves leçons qui, dans la lignée de Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes, proposent une réflexion passionnante sur le miracle d'aimer.« Une superbe analyse du couple, du premier regard à la séparation. » Donna Moderna« Si vous lisez les mots de Massimo Recalcati sur l'amour, vous tomberez amoureux... de l'amour, tout simplement. » La Repubblica

  • La lutte contre la pauvreté connaît une transformation majeure depuis la fin du XXe siècle. Longtemps au coeur d'une politique sociale inclusive, « les pauvres » sont désormais une catégorie d'individus qu'une administration tatillonne stigmatise, tout en leur dispensant d'insuffisantes prestations. Comment est-on passé d'un idéal d'insertion sociale à l'injonction de traverser la rue pour trouver un emploi ?
    Pour comprendre cette évolution, Frédéric Viguier retrace l'histoire de la cause des pauvres depuis 1945. Il décrit notamment le travail mené par des associations comme ATD Quart Monde ou la Fédération des acteurs de la solidarité dans les campements et les cités de transit de l'après-guerre et la façon dont elles ont, au fil des ans, porté cette cause sur les scènes administratives, politiques, médiatiques et scientifiques. Un combat qui s'est souvent soldé par des victoires à la Pyrrhus face aux représentants des hautes sphères de l'État social et à leur conception d'une bonne action publique.

    Normalien, agrégé de philosophie et docteur en sciences sociales, Frédéric Viguier enseigne les sciences sociales à l'Institut d'études françaises de New York University.

  • Pour beaucoup, le monde est au bord du gouffre, menacé par le terrorisme, les guerres, les migrations et les apocalypses. Pourtant, jamais l'humanité n'a vécu une période aussi paisible et heureuse : chiffres à l'appui, ce livre montre que la santé, la prospérité, la sécurité et la paix sont en hausse dans le monde entier.
    Ce progrès est un legs du siècle des Lumières, animé par des idéaux puissants : la raison, la science et l'humanisme. C'est peut-être le plus grand succès de l'histoire de l'humanité. Cependant, plus que jamais, ces valeurs ont besoin d'une défense vigoureuse. Car le projet des Lumières va à contre-courant de la nature humaine, de ses tendances au tribalisme, à l'autoritarisme et à la pensée magique : autant de biais qui nourrissent les populismes et les dérives religieuses.
    Steven Pinker remonte aux sources de la peur : les humains sont-ils intrinsèquement irrationnels ? L'avenir est-il menacé par l'épuisement des ressources ? Comment juguler les dangers climatiques ? Avons-nous besoin
    de la religion pour fonder une morale ? Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle ? Etc.
    Avec rigueur, profondeur et, souvent, humour, Steven Pinker propose ici un plaidoyer pour la raison, la science et l'humanisme. Ces idéaux sont nécessaires pour relever les défis d'aujourd'hui et avancer sur la voie du progrès. Car le catastrophisme est dangereux pour la démocratie et la coopération mondiale.

empty