Le passeur

  • La Callas fait à nouveau entendre sa voix et raconte son destin bouleversant sous la plume d'Alain Duault, merveilleux spécialiste de l'opéra et de l'art lyrique en France. 1er septembre 1977, Maria Callas est chez elle, dans son grand appartement parisien de l'avenue George-Mandel, seule. Rideaux tirés, elle regarde les photos de ses rôles, réécoute ses disques, se souvient. On a dit que le grand air de Tosca, Vissi d'arte, vissi d'amore (" J'ai vécu d'art, j'ai vécu d'amour "), résumait toute sa vie : elle a vécu d'art, c'est sûr, mais d'amour ? Le 16 septembre au matin, elle cesse de vivre. Dans ce récit, Alain Duault se glisse dans la peau de la diva tourmentée et explore son existence fascinante aux facettes multiples, souvent flamboyantes, parfois douloureuses. Des vivas sur les plus grandes scènes d'opéra du monde aux turpitudes de sa vie amoureuse, Maria Callas dévoile une partie de ses mystères. Une autobiographie (imaginaire) en forme de testament.


  • Figure emblématique de la pop-louange, Grégory Turpin évoque avec tendresse et sincérité son parcours tumultueux, de la rue aux lumières du star-system, et ses convictions. Un appel à aller vers l'autre avec bienveillance.

    Dès son adolescence, Grégory Turpin baigne dans la musique et dans la foi chrétienne. Il envisage même une vocation religieuse mais son projet sera entravé par des soucis de santé.
    Habité par la musique et la chanson, il commence à se produire dans des bars à Toulouse et plonge dans les affres de l'alcool, du sexe et des drogues dures. Après trois tentatives de suicide et un passage en hôpital psychiatrique, il décide de changer de vie et revient à la figure du Christ.
    Depuis 2005, Grégory Turpin se consacre, avec succès, à la musique. Chacun de ses albums connait un retentissement considérable et sa comédie musicale autour des poèmes de Thérèse de Lisieux est couronnée par un disque de platine. Signé par le label Universal, il se produit à l'Olympia en 2015, ce qui n'était pas arrivé à un artiste chrétien depuis 50 ans.
    Il se livre comme jamais auparavant et évoque avec lucidité ses lumières et ses ombres. Il expose de manière sincère ses convictions profondes, les valeurs qui guident son existence. Dans ce témoignage rare transparaît l'élan de vie intense qui l'anime et la certitude que le seul chemin qu'il veut suivre est celui de la bienveillance.

  • Toute sa vie, Franz Liszt s'est adonné à sa passion pour les aphorismes, pensées, maximes, ici réunis pour la première fois en un seul volume. Franz Liszt (1811-1886) ne fut pas seulement l'immense pianiste et compositeur que l'on sait. Il fut aussi un écrivain prolifique, amoureux la langue française qu'il mania avec une grande finesse. Cet humaniste romantique, curieux de tout, voyageur infatigable et ouvert sur le monde, cultivait l'esprit français et admirait les moralistes, de Chamfort à La Rochefoucauld en passant par Voltaire et Victor Hugo. Ami de la sagesse, il a parsemé ses écrits publics et sa correspondance de réflexions et de maximes. Ce livre rassemble pour la première fois ses pensées détachées, aphorismes et réflexions diverses. En véritable moraliste romantique, Liszt aborde des thèmes aussi divers que l'art, la création, la sagesse, la morale, le stoïcisme, l'amour, la foi, le christianisme, la religion en général, mais il porte également des jugements sur ses contemporains et des grandes figures de l'histoire et de l'art... Ces pensées intempestives, cueillies dans son oeuvre littéraire publiée et inédite, montrent Liszt en esprit universel : un grand européen de langue française en qui Baudelaire voyait un sage, un philosophe et un poète.

empty