Economie mondiale

  • L'économie française

    Ofce

    Chaque année, l'OFCE propose dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2021 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains, et offre une analyse inédite de la crise de la Covid-19.
    Quelles conséquences la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 aura-t-elle sur l'activité française ? Quels secteurs seront durablement impactés par cette crise ? Comment le marché du travail se transformera-t-il ? Doit-on s'attendre à une hausse des défaillances d'entreprises ? Quelles incidences ces défaillances d'entreprises auront-elles sur l'emploi salarié ? Quel impact doit-on attendre du contre-choc pétrolier sur le pouvoir d'achat des ménages et sur les marges des entreprises ?
    Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • En quelques années, le marché du cachemire a explosé. De matière de luxe, réservée à une élite, le cachemire est devenu un produit de grande consommation. Or, de la chèvre des steppes mongoles qui produit cette fibre pour se protéger du froid, jusqu'aux boutiques de luxe de Paris ou New-York, c'est toute une filière industrielle et commerciale qui s'est organisée, largement inconnue du grand public.

    Le cachemire illustre parfaitement les problématiques actuelles de la mode et du textile, stigmatisés pour leur impact écologique, les maltraitances animales et leur manque de transparence.

    Cette enquête au coeur de l'industrie du cachemire fait la lumière sur la façon dont celle-ci est organisée, sur les grands acteurs qui la dirigent, sur les problèmes auxquelles elle fait face.

    Jeune entrepreneur et voyageur, Victor Chevrillon, diplômé de HEC, appartient à cette jeune génération sensibilisée aux enjeux liés à la mondialisation. Sur la route du cachemire est son premier livre.

  • Par l'un des penseurs les plus connus aux Etats-Unis, auteur de nombreux best-sellers internationaux dont La Fin du travail (La Dcouverte, 1997) ou Une nouvelle conscience pour un monde en crise (LLL, 2011). Une analyse lumineuse et providentielle mme en ces temps de prils, de l'avenir de nos socits. Nous sommes, selon l'auteur, la fin d'une re, celle d'une conomie fonde sur les nergies fossiles, le travail temps plein, une organisation pyramidale des entreprises, une gestion exclusivement marchande du monde... Et nous entrons dans ce qu'il appelle la troisime rvolution industrielle qui va bouleverser nos manire de vivre, de consommer, de travailler, d'tre au monde. Un livre passionnant qui doit interroger nos candidats aux lections prsidentielles. L'auteur sera prsent trois jours en France pour dfendre son opus.

  • L'économie africaine

    Collectif

    Pour la deuxième année consécutive, l'AFD propose dans la collection " Repères " des analyses inédites sur les principaux enjeux économiques et sociaux qui touchent le continent africain en 2021.
    La pandémie de Covid-19 a bouleversé la planète : quels en sont les impacts en Afrique ? Les performances économiques restent à étudier au-delà du contexte immédiat : peut-on déjà parler d'une émergence du continent africain ? Pour développer le secteur privé, faut-il dépasser les seules réformes de l'environnement des affaires ? Quels sont les défis majeurs auxquels l'Afrique doit faire face pour répondre aux aspirations d'une population particulièrement jeune arrivant sur le marché du travail ? Alors qu'il est le premier pourvoyeur d'emplois dans la région, comment le secteur agricole en Afrique de l'Ouest doit-il se réinventer pour concilier deux objectifs fondamentaux : obtenir de meilleurs rendements et préserver la biodiversité et l'environnement ? À l'heure où l'ECO succède au franc CFA, se pose à nouveau la question du choix du régime de change, vers plus ou moins de flexibilité.

    1 autre édition :

  • Le néolibéralisme engage une mutation d'ensemble des rapports politiques et sociaux, et une véritable révolution anthropologique, qui voit l'émergence d'un sujet néolibéral calqué sur le modèle de l'entreprise, soumis à la logique de la concurrence. Un défi politique et intellectuel inédit.
    Il est devenu banal de dénoncer l'absurdité d'un marché omniscient, omnipotent et autorégulateur. Cet ouvrage montre cependant que ce chaos procède d'une rationalité dont l'action est souterraine, diffuse et globale. Cette rationalité, qui est la raison du capitalisme contemporain, est le néolibéralisme lui-même. Explorant sa genèse doctrinale et les circonstances politiques et économiques de son déploiement, les auteurs lèvent de nombreux malentendus : le néolibéralisme n'est ni un retour au libéralisme classique ni la restauration d'un capitalisme " pur ". Commettre ce contresens, c'est ne pas comprendre ce qu'il y a précisément de nouveau dans le néolibéralisme : loin de voir dans le marché une donnée naturelle qui limiterait l'action de l'État, il se fixe pour objectif de construire le marché et de faire de l'entreprise le modèle du gouvernement des sujets. Par des voies multiples, le néolibéralisme s'est imposé comme la nouvelle raison du monde, qui fait de la concurrence la norme universelle des conduites et ne laisse in-tacte aucune sphère de l'existence humaine. Cette logique érode jusqu'à la conception classique de la démocratie. Elle introduit des formes inédites d'assujettissement qui constituent, pour ceux qui la contestent, un défi politique et intellectuel inédit. Seule l'intelligence de cette rationalité permettra de lui opposer une véritable résistance et d'ouvrir un autre avenir.

  • L'OFCE propose un bilan annuel de l'économie européenne. Après avoir présenté l'état de la conjoncture européenne et les effets probables de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, cette édition se concentre sur les grands thèmes mis en avant par la nouvelle Commission européenne : la nécessité de faire face au changement climatique et aux transformations des sociétés européennes. À cette fin, les questions de dette climatique européenne et de qualité de l'environnement en Europe sont abordées, ainsi que les transformations des marchés du travail et le financement de la dépendance. Face aux attentes plus critiques de la part des citoyens européens à l'égard de l'Union européenne, dont les ressorts sont examinés, l'ouvrage présente deux types de politiques susceptibles de mieux protéger les Européens : une politique budgétaire d'assurance chômage européenne et une politique macro-prudentielle chargée d'assurer la stabilité bancaire en Europe. L'ouvrage inclut des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques.

    1 autre édition :

  • Comment expliquer l'insolente victoire des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que, en dépit du chaos qu'il a généré et des désastres qu'il continue de préparer, le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Pour Dardot et Laval, le néolibéralisme est tout autre chose qu'une théorie qui aurait " failli " : c'est un véritable mode de gouvernement des sociétés, en train de réaliser la sortie de la démocratie. Comment expliquer l'étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d'économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa " mort ". Ils n'ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d'un entêtement doctrinal. Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n'est pas qu'un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d'autorenforcement. Loin d'être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d'une redoutable efficacité. En montrant comment ce système s'est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite " gouvernementale " a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d'une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle. Pourtant, rien n'est encore joué. Le réveil de l'activité démocratique, que l'on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l'affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.

  • Nouvelle édition de cet ouvrage de référence sur le low cost, modèle économique qui, après avoir conquis le transport aérien, s'étend désormais à nombre d'autres secteurs d'activité.
    Très développé dans le transport aérien, le low cost se diffuse aujourd'hui dans de nombreux secteurs économiques : distribution alimentaire et non alimentaire, automobile, banque, assurances, coiffure, hôtellerie, téléphonie mobile, etc. Pourtant, en dépit de son vif succès auprès des consommateurs, le low cost alimente souvent la critique et le soupçon, accusé notamment de sacrifier la qualité des produits et l'emploi sur l'autel du bas prix.
    Ce livre pose un regard analytique sur le low cost, en prenant appui sur la théorie économique et les études empiriques, notamment dans le transport aérien. Comment définir le low cost et le distinguer d'autres modèles économiques de baisse des prix et des coûts ? Comment fonctionne ce modèle dans le transport aérien ? Quel est l'impact du low cost sur la concurrence et comment réagissent les entreprises installées à l'arrivée de ce nouveau modèle ? L'ouvrage aborde également les controverses actuelles concernant l'impact du low cost sur la qualité des produits et sur l'emploi.

  • 5 millions d'inscrits à Pôle emploi, la désindustrialisation qui s'aggrave, des inégalités qui se creusent : les Français ont le blues, souvent à raison. Guillaume Duval, qui s'est fait une spécialité de tordre le cou aux idées reçues qui traînent dans le débat économique et social, montre ici que ce déclin incontestable n'a pourtant, en soi, rien de catastrophique. la France dispose de nombreux atouts pour s'insérer positivement dans l'économie mondiale Les Français ont le blues. Avec plus de 6 millions d'inscrits à Pôle emploi, la désindustrialisation qui s'aggrave et les inégalités qui se creusent, les raisons de s'inquiéter ne manquent pas. Ce blues n'en est pas moins excessif. Il s'explique notamment par le sentiment d'un déclin ininterrompu du pays, par rapport à un " âge d'or " fantasmé où la France était un modèle pour le reste du monde. Pour Guillaume Duval, il faut se rendre à l'évidence : avec moins de 1% de la population mondiale, la France n'a aucune chance de redevenir une grande puissance. Ce déclin incontestable n'a pourtant rien de catastrophique : on peut vivre - et bien vivre - sans avoir besoin de s'imposer au reste du monde. Avec sa démographie équilibrée, ses infrastructures et sa protection sociale de qualité, ses salariés productifs et motivés, ses scientifiques bien formés ou encore ses espaces agricoles importants et ses rapports privilégiés avec le sud de la Méditerranée, la France dispose de nombreux atouts pour s'insérer dans l'économie de demain. D'autant que l'ère de la mondialisation sauvage, qui a sérieusement mis à mal le modèle social français, pourrait bien s'achever. À condition, toutefois, que la France parvienne à surmonter ses antagonismes traditionnels pour mobiliser ses énergies, réformer son État, rattraper son retard en matière d'écologie et rassembler autour d'elle pour construire une Europe plus solidaire.

  • Chaque année, l'OFCE propose dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2020 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains.
    Quelle stratégie de décarbonation pour l'économie française ? Faut-il mettre en place un bonus-malus pour lutter contre le recours abusif aux contrats courts ? Quels effets faut-il attendre de la transformation du CICE en baisse de cotisations sociales ? Quel bilan peut-on dresser des mesures socio-fiscales prises au cours de la période d'après crise ? Quels seront les effets sur la croissance et qui seront les gagnants et les perdants du budget 2019, notamment après la loi portant sur les mesures d'urgence économiques et sociales ?
    Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • "J'étais pro-européen comme tout le monde. Parce que c'est comme ça. Parce que l'on vous répète du berceau à la tombe que l'Union européenne est formidable. Parce que, aimant les autres peuples européens, l'idée d'une union pouvait paraître a priori sympathique, vue rapidement de l'extérieur. Parce que l'on vous répète que la France serait trop petite seule dans la mondialisation. Parce que l'Europe, c'est la paix. Parce qu'en sortir serait la catastrophe.

    Avec du recul et en creusant le fonctionnement de cette organisation politique, tous les arguments en faveur de l'UE sont pavloviens, basés sur des slogans et sur la peur.

    Vous allez le comprendre : lorsque l'on analyse l'UE en profondeur et que l'on décide rationnellement qu'il vaut mieux s'en libérer, c'est un combat des faits face à un dogme. C'est d'ailleurs tout l'objet de ce livre, répondre au dogme, à la religion de l'UE, par des faits."

    Ch.-H. G.

    Préface d'Idriss Aberkane

    Brexit, rejoignons les Britanniques et reprenons en main notre démocratie et notre liberté

  • Chaque année, l'OFCE propose dans la collection Repères un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2019 en présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grandes problématiques.
    Chaque année, l'OFCE propose dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2019 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes.
    Où en est la France dans la numérisation de son tissu productif ? Quel est l'impact sur la croissance et le pouvoir d'achat du premier budget du quinquennat d'Emmanuel Macron ? Quel effet redistributif auront les mesures de ce budget en 2018-2019 ? La loi " Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique " (ELAN) est-elle à la hauteur des enjeux sur le logement en France ? Où va l'assurance chômage ? À quoi va ressembler la réforme du système des retraites en France ?
    Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • La TVA bénéficie d'une réputation favorable alors que, dans le contexte des Etats de l'OHADA, son application et sa gestion s'avèrent difficiles. Devant la résistance ces Etats membres à céder une partie de leur compétence fiscale aux institutions communautaires, acteurs compétents en matière de TVA, cet instrument d'interprétation régionale au sein des Etats de l'OHADA reste dans un état de stagnation problématique compromettant l'avènement du processus d'aharmonisation.

  • La suppression des protections douanières, lancée avec un dogmatisme absolu et maintenue en dépit de l'énorme sous-évaluation du yuan, a produit un déséquilibre extrême des échanges internationaux. La Chine refusant de réévaluer le yuan, les déficits commerciaux occidentaux ne se résorbent pas, la crise se prolonge. La Chine mène une stratégie conquérante pour ravir l'hégémonie mondiale aux Etats-Unis. Face à l'agression de la Chine, les pays développés doivent se mobiliser et se tenir prêts, s'il le faut à quitter l 'OMC pour fonder une OMC bis avec les pays qui rejettent l'attitude de la Chine.

  • Que se passera-t-il lorsque la bulle obligataire mondiale éclatera ? On peut craindre, entre mille maux, des explosions sociales massives et un délitement instantané des tissus économiques. Ni l'inflation ni la croissance ne réduiront l'endettement mondial.

    Notre seule planche de salut est de mettre en place un nouveau système dès maintenant : il faut saigner la finance avant qu'elle ne nous saigne !

  • Le luxe et son savoir-faire sont inscrits dans l'ADN culturel et économique de la France. Ils sont un atout majeur de l'économie française, les entreprises françaises figurent parmi les toutes premières dans ce domaine. Comment s'explique ce succès ? Que font les marques, grandes ou petites, pour durer ? Et que peut faire l'État pour préserver et consolider cet écosystème, développer les capacités de production et filières de formation, renforcer la prise en compte des facteurs écologiques, éthiques et durables... ?

  • René Passet est l'un de nos économistes les plus éminents. Pionnier de l'approche transdisciplinaire, il le fut également en intégrant la nature dans l'approche économique. Il fut président scientifique d'ATTAC, membre du groupe des 10 et auteur de livres de référence : "L'Economique et le Vivant", "L'Illusion néolibérale"... Cet ouvrage est son grand oeuvre, aboutissement de toute une vie. Il replace l'histoire des théories économiques, depuis la Grèce antique jusqu'à nos jours, dans le long mouvement des mutations de la pensée. Ainsi interprète-t-il l'économie actuelle à la lumière des mutations techniques (émergence de l'immatériel), scientifiques (théorie du chaos, sciences cognitives), politiques ou environnementales... Un livre qui fera date et qui montre qu'il nest aucune pensée économique éternelle ou universelle, mais dépendante ou en écho à un système de représentations.

  • L'ouvrage indispensable pour tout comprendre des nouvelles règles du jeu de l'économie mondiale...

  • Avec une croissance annuelle de 5,9% sur la dernière décennie, l'Afrique suscite plus que jamais l'intérêt. Les chiffres ne doivent pas faire oublier la réalité du terrain, celle d'un continent hétérogène, insuffisamment doté en infrastructures et en capacité de formation, où il est difficile de trouver des financements. Mais on juge l'Afrique prête à entrer dans une croissance économique au service d'un réel développement social. Qu'en est-il réellement ? Le secteur bancaire et financier sur le continent est en pleine mutation et se transforme afin de tenter d'apporter une réponse aux défis de "l'émergence" économique - et sociale.

  • Cet ouvrage traite du droit de la propriété industrielle, particulièrement de la procédure de dépôts de marques à l'Organisation Africaine de Propriété Intellectuelle (OAPI) et en République Démocratique du Congo. À partir d'une étude comparative, il démontre en quoi l'accord de Bangui est plus moderne que la loi congolaise. Laquelle, non réformée depuis trois décennies, est devenue lacunaire au regard de récentes évolutions issues des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce.

  • Quoi de plus doux que le sucre... et pourtant l'humanité compte aujourd'hui plus de 400 millions de diabétiques et près de 600 millions d'obèses. Deux maladies liées à la consommation de sodas, de pâtes à tartiner et de céréales sucrées.
    En quelques décennies, l'autre poudre blanche est devenue une addiction universelle. Enlevez les produits qui contiennent du sucre sur les linéaires des supermarchés et il n'en restera, dit-on, que 20 %. Car le sucre se cache dans la plupart des offres de l'agroalimentaire, du jambon au poisson pané en passant par les soupes.
    Personne ne le dénonce car trop d'intérêts sont en jeu dans une bataille qui se chiffre en milliards d'euros et de dollars. Les groupes de pression pro-sucre à Bruxelles, les grands de la pharmacie, les médecins ou les chercheurs, payés pour apporter les « preuves scientifi ques » de l'innocence du sucre, le lobbying des betteraviers, tous s'emploient à tirer profit du sucre sans se soucier des pathologies qui lui sont liées.

  • Comment la dette de l'État s'est-elle installée au centre de la scène politique, au point d'y devenir omniprésente ? Ce livre original constitue la première enquête historique et sociologique sur les modalités concrètes qui ont peu à peu arrimé les comptes de la puissance publique aux intérêts privés de la finance. Une histoire de la dette méconnue et passionnante, qui offre une clé de lecture incomparable pour comprendre notre présent, tant français qu'européen. Pourquoi la dette publique occupe-t-elle une telle place dans les débats économiques contemporains, en France et ailleurs ? Comment s'est-elle imposée comme la contrainte suprême qui justifie toutes les politiques d'austérité budgétaire et qui place les États sous surveillance des agences de notation ? À rebours de ceux qui voient la dette comme une fatalité et une loi d'airain quasi naturelle, Benjamin Lemoine raconte dans ce livre comment, en France, l'" ordre de la dette " a été voulu, construit et organisé par des hommes politiques, des hauts fonctionnaires et des banquiers, de gauche comme de droite - parmi lesquels François Bloch-Lainé, Charles de Gaulle, Antoine Pinay, Valéry Giscard d'Estaing, Michel Pébereau, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn... Autrement dit, il fut le fruit d'un choix politique. Ce livre reconstitue la généalogie détaillée de ce choix stratégique, et prend la mesure de la grande transformation de l'État dans l'après-guerre. On réalise alors à quel point les nouveaux rapports entre finance privée et finances publiques sont au coeur des mutations du capitalisme, dans lequel l'État est devenu un acteur de marché comme les autres, qui crée et vend ses produits de dette, construisant par là sa propre prison. " Ce qui est mis en cause dans ce livre, c'est l'évidence même de la dette. " André Orléan.

  • Cet essai étudie les effets de l'hégémonie (néo)libérale. La critique conduit alors à un projet concret pour en sortir : la Garantie Inconditionnelle de Subsistance. Dans un contexte de crises économiques, d'inégalités, de destruction des solidarités et du bien commun, de mort de la démocratie, et de péril écologique, comment le libéralisme s'en prend-il au monde ? Savoirs, science, langage, tout est subordonné au marché. Cet ouvrage étudie leur zombification. En dépliant le paradigme du don maussien, menacé par le marché, on voit en ses incarnations des remèdes : peuple, décence commune, gratuité. A partir de là, un projet neuf est proposé pour assurer la subsistance alimentaire, l'accès à la culture et le lien social.

  • Comment la Grèce est-elle arrivée au bord du gouffre ? L'impasse des mémorandums, les mesures paranoïaques et criminelles imposées par la troïka, les évolutions auxquelles est attaché son sort au sein de la zone euro... Son sauvetage réside peut-être finalement dans l'abandon pur et simple de la politique meurtrière des mémorandums et le retour à la monnaie nationale. Certains ne voudraient-ils pas aboutir à une Grèce inexistante en tant que nation indépendante et souveraine ?

empty