Linguistique branches et domaines

  • Argumenter, c'est tenter d'agir sur son auditoire, lui faire partager ses raisonnements, orienter ses façons de voir et de penser. Comment la parole se dote-t-elle du pouvoir d'influencer son public  ? Par quels moyens verbaux s'assure-t- elle de sa force  ?
    La question de la parole efficace, qui est au coeur de la réflexion depuis la rhétorique antique, a été remise à l'honneur dans les sciences du langage et de la communication, mais aussi dans d'autres champs d'études comme la littérature ou les sciences politiques. Dans cet ouvrage devenu un classique, l'auteur offre une synthèse de la question. Elle propose aussi une approche originale dite de l'«  argumentation dans le discours  », dont elle précise les procédures et les enjeux.
    /> De Jaurès à Le Pen, des débats sur la guerre à l'interview électorale et au texte fictionnel, l'ouvrage se fonde sur de nombreux exemples destinés à concrétiser le propos. Il fournit ce faisant de précieux instruments d'analyse qui permettent de saisir dans leur spécificité les discours politiques, médiatiques et littéraires du passé et du présent.

  • Destiné aux étudiants de lettres de licence et de master, et aussi à ceux qui préparent les concours du CAPES et de l'agrégation, ce manuel fournit les éléments indispensables au traitement des sujets proposés de façon récurrente aux examens et concours.
    Il se compose de trois grandes parties : les deux premières sont consacrées à la morphologie (nominale puis verbale) et la troisième à la syntaxe. En morphologie, chaque question est envisagée dans la double perspective synchronique et diachronique. La section syntaxe offre des « grilles » d'analyse préétablies : chaque chapitre propose un plan d'étude précis, illustré d'exemples empruntés aux oeuvres « classiques » du Moyen Âge. Ce plan doit permettre d'identifier, de classer et de commenter toute occurrence rencontrée dans les textes inscrits aux programmes.
    Cette nouvelle édition est enrichie d'un nouveau chapitre sur le participe passé et des compléments sur la négation et les propositions relatives.

  • Présentant méthodiquement les différents niveaux de structuration et d'analyse des textes, cet ouvrage souhaite mettre en place, sous le nom d'analyse textuelle des discours, une autre distribution entre sciences du langage et stylistique littéraire (étude de texte de La Bruyère à Borges) et entre sciences du langage et sciences de l'information et de la communication (textes publicitaires, journalistiques et politiques).

  • Ce précis de grammaire décrit le fonctionnement de la langue éclairé par la réflexion linguistique. Les exposés théoriques sont assortis d'exercices corrigés qui permettent de mettre en pratique les notions à l'étude et de développer ainsi sa propre réflexion.

  • Cet ouvrage est une introduction méthodique à la lexicologie. Les deux premières parties décrivent l'organisation du lexique sur les deux plans du sens et de la forme (sémantique et morphologie). Les notions présentées sont mises en perspective théorique et illustrées par de nombreux exemples et exercices corrigés. La troisième partie présente les éléments de la lexicographie, étude des dictionnaires, avec des exemples tirés des principaux dictionnaires français.

  • La question de la traduction automatique s'est posée dès la naissance de l'informatique. Elle semblait alors accessible, mais quiconque, aujourd'hui, utilise les traducteurs automatiques disponibles sur Internet sait que, malgré les remarquables progrès effectués, on est encore loin d'une traduction toujours fidèle. La complexité du langage naturel et ses ambiguïtés sont bien faites pour dérouter les algorithmes pleinement rationnels de nos ordinateurs. Les « réseaux de neurones » qui pratiquent l'« apprentissage profond » sont la dernière en date des multiples stratégies déployées pour parler avec la machine... et s'en faire comprendre. Thierry Poibeau est directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste du traitement automatique des langues, un domaine de recherche à la frontière de la linguistique et de l'informatique. 

  • Cette étude représente un pas supplémentaire dans le décryptage du fonctionnement de l'adjectif en français et dans d'autres langues. Elle répond à des questions récurrentes, comme celle de la fonction syntaxique primaire, celle du blocage prédicatif de certains adjectifs, ou encore celle de l'instabilité typologique de la catégorie. En remplaçant la notion de classe d'adjectifs par celle d'emploi, cet ouvrage s'oppose aux théories qui attribuent au sémantisme lexical les spécificités du comportement adjectival, mais adhère en revanche aux postulats de Michele Prandi qui différencie les régimes de codage des positions épithète et attribut. À travers l'analyse des emplois conflictuels puis des emplois cohérents de l'adjectif, l'étude démontre que la position attribut est la vraie garante de la relation de qualification, assurant par là la fonction prototypique de l'adjectif, alors que la position épithète est la seule permettant de définir les contours de la catégorie, c'est-à-dire sa forme. C'est ce clivage entre forme et fonction que l'auteure définit comme le « paradoxe » de l'adjectif, qui ne serait pas une caractéristique propre au français, mais au contraire largement partagée par les langues du monde, faisant de l'adjectif une catégorie instable. Cet ouvrage s'adresse non seulement aux spécialistes en linguistique française, mais aussi aux typologues, et peut ouvrir des perspectives intéressantes pour l'enseignement du FLE.

  • Partez à la découverte des mystères du langage ! Après avoir traité l'humour, les erreurs de raisonnement, la créativité et les mathématiques, Luc de Brabandere se livre à une enquête passionnante et amusante au coeur du langage et des mo

  • Cet ouvrage présente un aperçu des différentes théories sociolinguistiques étudiées à la fois par les sociologues, les psychologues et les linguistes. Discipline transversale, la sociolinguistique, née dans les années 60, s'intéresse tout particulièrement au développement actuel des sociétés pluriculturelles.

  • Comment penser la mode ? Comment analyser un look ? Le parti-pris d'Anthony Mathé est d'étudier la mode comme une pratique quotidienne, non un idéal.
    Né d'observations, de discussions et d'un travail d'enquête, « Le corps à sa façon » est un essai de sémiotique et de communication qui analyse la profondeur des pratiques d'habillement. Chaque jour, chaque matin, la mode vestimentaire offre la possibilité d'une épiphanie : en s'habillant, on incorpore un rôle, on se métamorphose pour se révéler.

  • La notion d'auto-odi [haine de soi] est essentielle dans la compréhension des processus de substitution et d'abandon individuel et/ou collectif d'une langue en situation de domination, de minoration et d'idéologisation diglossique. Elle conduit le locuteur d'une manière radicale et définitive à l'abandon de sa langue, de sa non transmission mais aussi à un combat parfois véhément à l'égard de ses origines. Cet ouvrage mène une réflexion épistémologique autour de cette notion.

  • Cet ouvrage présente un panorama descriptif des règles de versification, illustré de nombreux exemples commentés dans une perspective littéraire. Il propose également une approche historique des grandes étapes de l'histoire du vers français, en particulier aux XIXe et XXe siècles où l'accent est mis entre autres sur l'esthétique de la poésie de Mallarmé et de Saint-John Perse. En fin d'ouvrage, des exercices systématiques de versification sont proposés, ainsi que des corrigés.
     

  • Cet ouvrage se propose d'étudier le rapport subjectif de locuteurs algériens à leurs langues du point de vue de la sociolinguistique impliquée. Après plus d'un siècle d'unilinguisme français et plus d'un demi-siècle d'unilinguisme arabe en Algérie, la langue tamazight a été reconnue en 2016 comme seconde langue officielle au terme d'une longue résistance. Ce qui apparaît au travers des discours de locuteurs algériens arabophones et/ou berbérophones interrogés en France et en Algérie, c'est que les langues officielles d'Algérie sont en contact/conflit avec d'autres langues, dont le français et les langues premières des locuteurs algériens (darija, dialecte arabe, kabyle). Ce contact/conflit s'inscrit dans le cadre de ce qui est appelé ici pluri-dieu-glossie.

  • Qu'on le veuille ou non, les habitants de la planète sont désormais appelés à y côtoyer des personnes qui ne parlent pas, qui ne pensent pas et qui ne vivent pas comme eux. Cet ouvrage interroge, à partir de points de vue linguistiques et culturels, les conditions actuelles du communiquer et du vivre avec les autres, les nouvelles modalités d'être soi, et il analyse pour ce faire aussi bien l'actualité que l'histoire, la réalité que les mythes, de Babel à Frankenstein, dont l'époque contemporaine est en train de célébrer le retour.

  • Cet ouvrage est fait pour rendre compte au lecteur de l'importance des mots d'origine arabe utilisés dans la langue comorienne, appartenant à la famille linguistique des langues bantoues. Il traite principalement du shingazidja, l'un des quatre dialectes du comorien parlé dans l'île principale de l'Union des Comores à savoir la Grande Comore. Il fournit la traduction de plus de mille mots et expressions du comorien vers le français.

  • Ce recueil comprend vingt histoires et contes originaux écrits dans les parlers des communes de Naves et de Vicq (Allier), par deux locuteurs natifs de ces parlers. Le parler de Naves appartient aux parlers du Croissant. Dans cette zone, qui correspond à la frange nord du Massif central, on pratique traditionnellement des parlers gallo-romans de transition présentant simultanément des traits typiques des variétés d'oc et d'oïl. L'ouvrage peut être mis en perspective avec les oeuvres issues de la littérature de terroir, mais aussi avec les oeuvres appartenant à la littérature en occitan auvergnat. Il présente un corpus conséquent dans des parlers aujourd'hui menacés de disparition. Outre la transcription orthographique, chaque texte est transcrit en alphabet phonétique et traduit en français.

  • Cette étude se propose de comparer certains actes de langage entre le français et l'arabe tunisien en vue de dégager et d'analyser quelques-unes des divergences qui affectent leur fonctionnement. Si les actes de langage obéissent, en partie, à des normes et à des principes universels, ils sont tout autant soumis à des variations interculturelles plus ou moins profondes. À travers la mise en parallèle, contrastive, des actes de langage examinés, cette étude porte en particulier sur le remerciement, le souhait, la salutation et le compliment, lesquels sont envisagés dans leur réalisation effective.

  • Si la transmission « naturelle » des langues régionales de France a cessé ou est sur le point de l'être inévitablement, du fait de la disparition des locuteurs traditionnels (ou locuteurs héritiers), ces langues continuent à être transmises à travers l'enseignement (scolaire ou associatif) et/ou à travers des démarches individuelles de réappropriation, ou, exceptionnellement, par une transmission familiale militante. D'où l'émergence d'une nouvelle catégorie de locuteurs généralement désignés par le terme de néolocuteur. Ce volume se propose de réunir des contributions évoquant ces problématiques, en liaison notamment avec les questions d'enseignement et de standardisation, tant du point de vue de la linguistique descriptive que de la sociolinguistique.

  • Le moins que l'on puisse dire de l'accord du participe passé français, c'est qu'il ne laisse personne indifférent : les puristes aiment à le voir appliquer comme il se doit, les linguistes voudraient pouvoir le réformer en profondeur, les pédagogues rêvent d'en trouver la formule magique, les usagers y voient soit le fer de lance de la grammaire, soit un ensemble de consignes abracadabrantesques, les journalistes titrent annuellement sur l'alarmante baisse du niveau orthographique dans les copies des examens. Le système d'accord du participe passé peut-il être sauvegardé ? Et à quelles conditions ?

  • Le Français sur Objectifs Universitaires (FOU) prépare les étudiants d'origine non francophones à poursuivre leurs études supérieures en France. Ce livre est centré sur les difficultés les plus fréquentes sur lesquelles butent les étudiants en Droit-Économie-Gestion : difficultés de vocabulaire liées aux homonymies et aux paronymies, difficultés grammaticales ou orthographiques, difficultés liées à des expressions, des usages, des unités de mesure... sources d'incompréhensions ou de confusions. Il fournit un grand nombre d'exercices permettant aux étudiants de retrouver les mots « en situation ».

  • L'objectif de ce deuxième volume est d'appréhender les mouvements contradictoires au coeur des discours prônant la "toute-mobilité", en étudiant les passages de situations d'immigrations et d'installations durables vers des mobilités multiples. Les auteurs ont tenté de répondre à ces questions : quelles stratégies sociolangagières, spatiales, relationnelles, identitaires, économiques, les acteurs ont-ils développées ? Ont-ils pu aménager des réseaux, des liens, des espaces nouveaux dans les sociétés de destination ou de passage ?

  • Avec le virage numérique, les pratiques du linguiste ont sensiblement évolué. Décrire des discours et des usages ou mettre en évidence des phénomènes linguistiques particuliers passe de plus en plus par l'exploitation de corpus numériques pour mettre à l'épreuve ses hypothèses. Cette pratique fait appel à de nombreux procédés, pour lesquels des repères méthodologiques s'avèrent indispensables : quelle méthode choisir pour quel objectif de recherche ? Pourquoi annoter un corpus ? Comment mettre au jour sa structure, ou dégager ses spécificités ? Quels sont les outils mobilisables ? L'originalité de cet ouvrage est de proposer à l'analyste, de manière pratique et située, un ensemble de repères méthodologiques en lien avec les usages et les outils d'exploration de corpus les plus mobilisés dans le champ linguistique français. Il s'appuie sur un contexte institutionnel et des réflexions collectives menées dans le cadre d'un groupe de travail sur l'exploration de corpus et balise les méthodes présentées d'exemples concrets de recherches et d'outils exploitables.

  • Cet ouvrage propose une nouvelle interprétation par rapport au bilinguisme. L'ordre déjà établi par une langue chez le locuteur bilingue n'est plus stable lors de l'insertion d'une deuxième langue. Donc, la concurrence non égalitaire se révèle entre les deux langues et l'identité du locuteur bilingue. Le bilingue français-persan, ayant immigré dans un territoire francophone à l'âge linguistiquement adulte, tâche d'insérer un autre système de comportements linguistiques, une autre manière d'être, dans un espace cognitif qui n'éprouve pas le besoin de continuer pour fonctionner normalement. Ainsi, il s'affranchit du monolinguisme persaphone, et de sa spécialisation naturelle, et opte pour le bilinguisme français-persan.

  • Traduire de la poésie amazighe est un exercice périlleux car il faut penser en plusieurs langues et sonder diverses cultures en même temps. C'est aussi une mission à haut risque car il s'agit d'aller aux confins d'une tradition poétique orale qui ignore la fixité de l'écriture. Cet ouvrage vise à jeter les bases d'une traduction poétique susceptible d'éclairer les rapports interculturels de la langue et de la culture amazighes. Il offre une réflexion traductologique sur la manière d'aborder le sens et l'essence des textes publiés dans les langues minorées.

empty