Poésie

  • L'auteure décline sur différentes tonalités la thématique inépuisable de l'amour.
    Une poésie en féminité, en douceur, en violence, en rondeur, en élégance.
    Laissez-vous envoûter par les voluptueuses musiques des mots qui vous offriront les images, les couleurs, les parfums !
    Des poèmes langoureux inspirés par l'univers musical.
    EXTRAIT DE SÉRÉNITÉ
    Un halo de lumière poudrée
    enveloppe l'intimité de ma sphère.
    Des notes pures et sensuelles
    subliment mes sentiments,
    les exaltent, les enchantent
    tandis que je me sens flotter
    au-dessus d'un lac de félicité.
    Murmures et confidences
    se reflètent en surface
    de mon âme blessée qui tente son envol
    vers la plénitude de l'instant.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née en 1948, Liliane Fauriac a enseigné dans plusieurs écoles primaires de la Haute-Vienne. Une double passion, celle de l'écriture et celle de la marche où elle puise énergie et inspiration, l'a conduite à publier son premier ouvrage en 2011.
    Son goût pour les voyages et les rencontres y est imprimé comme dans les livres suivants, à travers des descriptions poétiques. Elle l'exprime avec la sensibilité et l'enthousiasme qui l'anime. Impliquée dans la vie associative, dynamique et ouverte, elle aime partager ses émotions au fil des mots écrits le plus souvent en écoutant ses musiques.

  • Découvrez les haïkus et poèmes d'Irène Moreau d'Escrières, grande figure des haïkus.
    La première partie du recueil est composée de 58 haïkus qui constituent les titres des 54 chapitres du roman Yukio sur le chemin, publié aux Éditions Encre Rouge en octobre 2016, auxquels ont été ajoutés quatre haïkus de Ushuaia, dernier mot d'amour, précédemment publié en août 2016, et dont les 108 titres de chapitres correspondent à la symbolique du 108, subtilement déclinée dans le texte.
    Ce recueil en deux parties offre une promesse de voyages et d'évasions tout en douceur, par des mots et des images choisis avec brio par Irène Moreau d'Escrières.
    EXTRAIT
    Pour habiter la lune voilée de brume, lèvres, chevelure, je tends mon miroir à la voix du soleil que le coeur appelle, dans la nostalgie de l'oiseau-troubadour accrochant son regard aux vagues.
    Il est venu du fond des âges, la nuit est son visage, oiseau de passage qui nous convie à sonder l'obscure conscience des royaumes oubliés.
    Afin de me séduire, il descendit des laves, m'adoubant dentelière pour brûler les écrits d'hier et nourrir le phénix. Mais si le Titan déroba le feu du ciel pour l'offrir aux mortels, devenir flamme est-il permis aux humains que nous sommes ?
    Signe de l'éclair sur la balance du destin, le volcan dessinait les bracelets du firmament, tandis que l'aigle d'or survolait la montagne du cimetière d'où ruisselaient les cascades de feu du couchant.
    Alors je suis allée, au hasard de la flamme qui sait ce que veut le feu sous le souffle du vent dans la vallée.
    Je suis née de ses laves tandis que glissaient les nuages. Et des sables bleus a surgi l'étoile que j'ai suivie au ciel de son coeur. Il est dans l'air, le vent et le soleil, et m'emmène sur la montagne psalmodier les stances à la lune ailée.
    Emmène-moi au souvenir des royaumes effacés, lui ai-je dit. Alors, la cendre des palimpsestes a frémi, et j'ai respiré les étoiles que le souffle apaise en donnant l'amour près duquel plus rien n'existe.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir été lauréate du Prix Claude Roy par la Société des Poètes Français en 2018, Irène Moreau d'Escrières vient de se voir décerner le Prix du Haïku avec ces 58 haïkus. Ces nouveaux poèmes en prose, Enchantements composent la seconde partie du recueil.

empty