Littérature générale

  • Chère ; la gourmandise Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Cécile Ladjali, l'autrice de Corps et âme, pour nous raconter les délices et les délires mortifères de la gloutonnerie.
    "Marie se délecte d'admirer les participants en train de pétrir les pâtes, fouetter les crèmes, battre les oeufs, effiler les légumes, confire les fruits, concasser les noix, piler les poivres, cuire les sirops, griller les viandes, pocher les oeufs, paner les poissons, blanchir les sucres. Ce ballet la réjouit. Ce concert des goûts l'enchante. La concurrence entre les cuisiniers est rude. Et toujours déloyale.

  • Toutes les colères du monde ; la colère Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Linda Lê, l'autrice de Lame de fond, pour nous raconter la vérité et la folie du courroux.
    "À côté des bilieux qu'il faudrait seulement purger de leur humeur acariâtre, il serait instructif de placer ces tragiques figures d'une colère impuissante face à Dieu (ou à son absence), face à ce qui est perçu comme une injustice, comme une atteinte à leur liberté, leur intégrité quand elles subissent les coups de boutoir de la réalité : ces guerriers n'écrivent, ne vivent, ne s'exposent qu'à seule fin de se dresser contre ce qui les meurtrit ou les indigne.

  • Du ressentiment ; l'envie Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Mathieu Terence, l'auteur de L'autre vie, pour nous raconter les affres et les terreurs du désir de possession.
    "L'envie est, avec l'orgueil, l'un des péchés du diable.
    En suivant la carrière du Mal à travers les siècles, on comprend que l'envie se soit muée en ressentiment.
    Cet affect caractérise aujourd'hui l'ère d'uniformisation mondiale à laquelle la modernité donne lieu. Comme l'ont pressenti Nietzsche, Bernanos ou Robert Bresson, chacun envie désormais les autres pour ce qu'ils ont, pour ce qu'ils font ou même pour ce qu'ils sont. Et, paradoxe diabolique, c'est bien à cette condition ressentimentale que le monde suit sa course à l'indifférenciation.

  • La posture du pécheur ; la paresse Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Cécile Curiol, l'autrice de L'Ardeur des pierres, pour nous raconter l'indolence et la langueur de l'âme.
    "Elle pensa soudain à Melville, et à ce que l'écrivain américain avait voulu signifier par sa célèbre formule :
    "I would prefer not to'.
    Contrairement à ce que beaucoup avaient cru, son héros Bartleby n'était peut-être pas la figure d'une "résistance passive', d'un "en puissance' dépourvu d'agir, mais bien celle d'un malencontreux paresseux !

  • Mémoires d'un avare ; l'avarice Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce ne n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Louis-Henri de la Rochefoucauld, l'auteur du Club des vieux garçons, pour nous raconter la tragi-comédie de la mesquinerie.
    "De la même façon qu'il y a un bon et un mauvais cholestérol, n'y a-t-il pas une mauvaise et une bonne avarice ? Contre la mondialisation heureuse à laquelle personne ne croit plus, il y a une radinerie vertueuse. Ne me déplaçant qu'en France, je ne prenais quasiment pas l'avion. Je gardais les mêmes mocassins des années. Je ne jetais rien. Je recyclais au maximum. Je polluais peu la planète.
    Mon avarice était écologique.
    J'étais un Harpagon bio !

  • Regardez-moi jongler ; l'orgueil Nouv.

  • Figure essentielle dans la tradition française des intellectuels engagés, Jacques Julliard revient en historien, en philosophe et en chroniqueur sur la cosmogonie intime du Général pour le 50e anniversaire de sa disparition. Péguy, Bernanos et Mauriac, lui aussi décédé le même automne 1970, forment la trinité littéraire du Commandeur. Un éclairage passionnant.
    Alors que la France commémore le cinquantième anniversaire de sa disparition, et que se multiplient les interprétations occasionnelles ou opportunistes sur son héritage, c'est à Charles de Gaulle écrivain que revient Jacques Julliard. Et ce, afin de ressaisir le génie du Général dans son intimité même : là où sa parole et son action se sont nourris de ceux qui furent vraiment les siens. À savoir : Paul Claudel, Georges Bernanos, François Mauriac -; et surtout Charles Péguy.
    Pourquoi la politique a-t-elle besoin de la poésie ? Et comment réagirent certains de ces auteurs devant un si illustre lecteur ? Révélant ce pan méconnu de la généalogie spirituelle du Commandeur, Jacques Julliard entre lui-même en dialogue avec ces écrivains passionnés par les Saintes Écritures.
    Un beau remède contre toutes les réductions contemporaines.
    Une leçon inspirée de mémoire vivante.

  • Le livre de Gomorrhe Nouv.

    Voici le Sodoma médiéval. Au XIe siècle, le théologien Pierre Damien écrit au pape pour dénoncer les vices et les turpitudes du clergé. Rome le condamne au silence. Mille ans plus tard, son texte est enfin traduit. Une révélation fracassante sur la longue marche de la tolérance zéro. Un millénaire avant les révélations actuelles sur les scandales sexuels au sein du clergé, l'ermite Pierre Damien se fait déjà lanceur d'alerte. Au milieu du xie siècle, il écrit au pape Léon IX pour dénoncer, dans un rapport détaillé, les dérives des moeurs dans l'Église, singulièrement chez les évêques, moines, prêtres, diacres censés incarner l'institution et donner l'exemple. Pour encore plus de clarté, il intitule ce réquisitoire Gomorrhe, le pendant de Sodome dans la Bible. Mais ce brûlot est censuré dès son époque, et il passe encore aujourd'hui pour un livre scandaleux.
    C'est ce texte, à la fois intransigeant et prophétique et d'une surprenante actualité, qu'édite et traduit pour la première fois en français Jean-François Cottier.
    Un texte sidérant, venu du Moyen Âge, mais conduit à la manière d'un breaking news contemporain.

  • Le même automne 1970, la France célèbre coup sur coup les funérailles de François Mauriac, d'Edmond Michelet, de Charles De Gaulle. Soit le panthéon familier du jeune Patier. Cinquante ans plus tard, l'écrivain revient sur ce pays perdu qui reste à être retrouvé. Un chant de mélancolie et d'espoir.
    1970. Le 1er septembre meurt François Mauriac, la voix du catholicisme engagé. Le 9 octobre décède Edmond Michelet, la figure de la Résistance chevaleresque. Le 9 novembre s'éteint Charles de Gaulle, l'icône de la France éternelle. Âgé de douze ans, l'adolescent Xavier Patier vit en direct ces événements nationaux qui sont pour lui, en raison des liens du sang, d'abord des drames familiaux.
    2020. L'écrivain Xavier Patier se souvient. Un demi-siècle a passé, et cette séquence funèbre a inauguré une crise historique des trois vertus théologales. La foi de Mauriac a cédé la place à la tentation identitaire. La charité de Michelet, à la confusion émeutière. L'espérance de De Gaulle, au culte décliniste. Ce que je crois a tourné à " D'où suis-je ? ". Contre la guerre civile, à " Vive l'incivilité ! " Et les Mémoires d'espoir, à " La France qui dévisse ". Les élites ont dès lors beau jeu d'incriminer le populisme. Le désarroi est là.
    Et si aller de l'avant nécessitait de regarder en arrière ? Conjuguant au futur la remémoration du passé, Xavier Patier ouvre aujourd'hui les tombeaux qu'il a vu hier se fermer, afin que nous nous rouvrions aux vertus qu'ils recèlent et qui, elles, ne sauraient mourir.
    Une exhortation à l'amour du pays entrelaçant une chronique intime et une méditation historique, servies par une écriture d'exception.

  • à Marie ; lettres

    Anne Lécu

    Une femme parle à une femme. Mais pas seulement. Une soeur s'adresse à la Vierge. Tout y passe : le corps, les sentiments, l'intelligence mais aussi la foi, l'enthousiasme, l'épreuve, la détresse, la souffrance. Et l'homme, bien sûr. Pas n'importe lequel : Jésus. Bouleversant.
    Mystiques et concrètes, contemplatives et fulgurantes, adorantes et familières, paisibles et frondeuses, édifiantes et savoureuses : il faudrait réunir tous les opposés pour décrire les lettres qu'Anne Lécu adresse sur papier libre à Marie de Nazareth. En les ouvrant à tous, ce livre fait de chacune et de chacun d'entre nous un correspondant entre la Terre et le Ciel.
    Ainsi, jour après jour, une femme s'entretient avec la " femme entre toutes les femmes ".
    Portant par écrit ses pensées, ses méditations, ses attentes, ses demandes, sa prière, Anne Lécu les inscrit dans la propre histoire de Jésus, de l'Annonciation à la Résurrection. Les nouvelles du monde font écho aux plus grandes grâces et aux plus sourdes peines qu'a connues celle qui a donné chair au Verbe. L'énigme de l'iniquité s'évanouit devant le mystère de l'incarnation. Et l'infidélité, devant la merveille. C'est toute l'humanité blessée que la Vierge embrasse et étreint.
    Un plaisir de spiritualité et de littérature.

  • " Normalement, dans la vie, les parents ne voient pas leur enfant mourir. Ce n'est pas dans l'ordre des choses, et la raison en est simple : c'est infiniment trop dur à supporter. Pourtant, Gaspard nous a appris à aimer mieux, à se donner plus. Avec lui,

  • Huit millions de chiens en France. Mais ils sont nombreux aussi à apparaître dans la Bible. Et ils y manifestent Dieu ! Seraient-ce en fait les meilleurs animaux de compagnie qui accompagnent l'homme ? Un guide des relations humano-canines qui se passent de mots mais pas d'amour.
    Pour toutes celles et tous ceux qui aiment leur chien et que leur chien aime d'une fidélité à toute épreuve.
    Pour toutes celles et tous ceux qui ont compris qu'ils ne dressent pas un chien à l'obéissance, mais que leur chien les éduque à la liberté.
    Pour toutes celles et tous ceux qui plongent dans le regard de leur chien afin d'apprendre à voir plus loin qu'eux-mêmes et à se dépasser.
    Pour toutes celles et tous ceux qui pressentent que leur chien joue parfois à l'ange.
    Voici le livre qui chante en ce compagnon de vie un signe et un don de la providence divine dans l'existence de chacun.
    Un magnifique recueil où prophètes, saints et sages de toujours nous racontent comment, un jour, un chien les a sauvés.
    Un hymne à la joie tout en gambades, cabrioles et jappements.
    Un guide pour entrer, avec son chien pour compagnon, au Paradis.

  • Qui sait que Tolkien a bâti son oeuvre de bout en bout sur le christianisme ? Voici les clés qui permettent de comprendre l'ambition et le succès d'une saga mystique à l'écho planétaire. Passionné et passionnant.
    Tolkien l'enchanteur écrivait : " Mon livre, Le Seigneur des anneaux est une oeuvre fondamentalement religieuse et catholique. " Or l'arrière-fond chrétien de ce roman mythique est souvent ignoré. Il est vrai que son auteur a infusé le mystère chrétien avec tact et astuce dans les aventures de ses inoubliables personnages : Frodon le hobbit, Gandalf le magicien, Aragorn le roi errant, l'elf Legolas et le nain Gimli, le bon géant Tom Bombadil et le répugnant Gollum à la recherche de son Précieux !
    /> Le destin des héros du Seigneur des anneaux, leurs défis et leur victoire en Terre du Milieu éclairent notre propre quête spirituelle, nos tentations, notre espérance. Les personnages de Tolkien ressemblent à chacun de nous, dans nos pires trahisons comme dans nos plus beaux rêves.

  • Croire sans voir

    Vincent Michel

    Un aveugle-né peut grandir, étudier, se marier, avoir des enfants, un métier et s'engager dans la cité. Cette autobiographie bouleversante va à rebours de la compassion dont on entoure le handicap. Elle célèbre au contraire la puissance invaincue de l'humanité. Un témoignage plus que crucial, une leçon de vie et de courage.
    Comment affronter la vie quand on ne perçoit ni les formes ni les couleurs ? À quelles difficultés un aveugle de naissance est-il confronté ? Est-il possible - ou même souhaitable - de vivre " comme tout le monde " quand on ne partage pas ce que tout le monde voit ?
    C'est à un voyage bouleversant que nous invite ici Vincent Michel. Un voyage inouï de courage et de beauté. De sa naissance en 1950 dans la région du Gard, à celle de ses quatre enfants, en passant par son adolescence dans un pensionnat sordide, ses études à l'université de Nanterre, son engagement social et politique, son mariage, son parcours professionnel et ses nombreux engagements associatifs, l'auteur relate avec humour et tendresse chacune des étapes marquantes de cette existence vraiment pas comme les autres.
    Ses phrases regorgent de saveurs, d'odeurs, de sensualité - car Vincent Michel se souvient de tous et de tout grâce au toucher, au goût, à l'odorat et à l'ouïe.
    Un témoignage unique au carrefour des quatre sens, une célébration de la poésie des choses ordinaires, qui montre que la cécité n'éloigne jamais de la cité.

  • Voici la grande légende de Notre-Dame à travers les siècles. Une somme sans précédent, réunie par l'historien et journaliste Philippe Delorme, auteur d'une oeuvre remarquée sur les grandes destinées et préfacée par Lorànt Deutsch. Les homélies prononcées après l'incendie de Notre-Dame par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, concluent cette magnifique anthologie.
    Voici la grande légende de Notre-Dame à travers les siècles

    De sa fondation au xiie siècle à l'incendie qui l'a ravagée le 15 avril 2019, ce sont , entre autres, Rabelais, Victor Hugo, Jules Michelet, Paul Verlaine, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Antoine de Latour, Albert Samain, Charles Péguy, Paul Claudel, Louis Aragon, Jean Dréjac, Marcel Mouloudji, Francis Carco, Léo Ferré et Mgr Michel Aupetit qui vous racontent ici l'aventure de la cathédrale de Paris, centre spirituel de la France, joyau artistique de l'Europe et merveille du patrimoine mondial de l'humanité.
    Une somme sans précédent, réunie par l'historien et journaliste Philippe Delorme, auteur d'une oeuvre remarquée sur les grandes destinées, et préfacée par Lorànt Deutsch.

    Une partie des bénéfices sera reversée à la Fondation Notre Dame.

  • Alors que partout dans le monde des femmes se rebellent, souvent même au péril de leur vie, afin d'échapper au joug des islamistes, pourquoi en France, certaines décident-elles d'adhérer à une idéologie archaïque et mortifère ?
    Alger, Téhéran, Ryad, Djakarta : des jeunes musulmanes revendiquent le droit de ne pas porter le hijab, le tchador ou la burqa. Le prix pour cette liberté est pourtant élevé car beaucoup sont arrêtées, torturées et parfois même assassinées, comme Katia qui n'avait que dix-sept ans.
    Amsterdam, Londres, Paris : des féministes et des idéologues défendent le port du voile comme un progrès et un symbole d'émancipation. Le réguler serait une atteinte à la liberté des femmes.
    Quel odieux paradoxe ! D'où vient notre aveuglement ? Au nom de quoi passe-t-on sous silence les actes de bravoure de ces héroïnes des temps modernes qui se rebellent contre un voilement qu'elles n'ont pas choisi ?
    Donnant une voix aux victimes, décryptant les non-dits de nos politiques, Jeannette Bougrab nous exhorte à désobéir à la bienpensance.

  • Lorsque le plus grand philosophe ermite de l'Antiquité chrétienne rencontre le romancier français contemporain le plus lu, de quoi parlent-ils ? Un conte féérique et terrible sur l'implacable aujourd'hui.
    Une belle fiction ou fable, pleine de burlesque, et jamais exempte d'enseignement philosophique !
    Un après-midi de septembre 2018, Michel Houellebecq erre sur l'avenue de France. Il s'assied sur un banc, où il est bientôt rejoint par un mystérieux personnage qui affirme être Évagre le Pontique, moine du désert ayant vécu au IVe siècle après J.-C., le grand théoricien de l'acédie, "la mélancolie de l'âme". Inévitablement, une conversation s'engage. Sur la France, la société contemporaine, la littérature, le sens de l'existence. Comment être écrivain dans un monde de simulacre ? Ou plus exactement : comment être homme dans un monde qui ne croit plus en l'homme ?
    Un hommage au romancier français le plus lu au monde - ou peut-être les confessions qu'il n'a jamais livrées à personne ?

  • " Ah ! Monsieur l'Abbé, quelle peine je me serai donnée pour sauver ma foi, pour excuser Dieu du Mal du monde ! Grâce à vous qui m'avez libérée, je suis allée jusqu'au fond de ma nuit sans avoir peur et là j'ai trouvé, je ne sais comment, un petit chemin

  • Bonheur, malheur, amour, espoir, succès, échec, " tout est prédit par le dictionnaire ", disait Paul Valéry. Si c'est vrai, autant que notre dictionnaire soit le plus gros possible. Pourtant, il existe, ailleurs, des mots - et donc des idées, des pensées,

  • Avec ce roman audacieux, Élisabeth Bourgois donne la parole à Marie. Elle nous raconte simplement sa vie de femme tissée de bonheur, d'interrogations, de doutes et de Foi. Une vie de femme et de mère qui nous invite à voyager en Judée, son pays, dont on découvre les coutumes, les saveurs et les paysages d'il y a 2 000 ans.
    Avec ce roman audacieux, Élisabeth Bourgois donne la parole à Marie. Elle nous raconte simplement sa vie de femme tissée de bonheur, d'interrogations, de doutes et de Foi. Une vie de femme et de mère qui nous invite à voyager en Judée, son pays, dont on découvre les coutumes, les saveurs et les paysages d'il y a 2 000 ans.
    /> Sa relation avec Joseph et Rachel, la rencontre de Jésus et de Jean-Baptiste, les noces de Cana, la mort violente de son fils... sont autant de moments racontés qui montrent le destin extraordinaire d'une femme proche de nous dont le nom aurait été enfoui dans l'oubli du temps si, une nuit, elle n'avait accepté une incroyable mission.
    Un roman à vivre.

  • Comment la science-fiction est devenue notre réalité quotidienne ? C'est par de brèves nouvelles et saynètes qu'un philosophe nous montre ici l'inouïe transformation en cours de nos existences.
    Des gants connectés qui donnent l'impression de toucher à de très grandes distances des êtres qui n'existent peut-être même pas ; un traitement médicamenteux qui permet à ceux qui ont un numéro de sécurité sociale de conserver une fausse éternelle jeunesse ; une application sur un smartphone qui permet de continuer à dialoguer avec les défunts ; un appareil qui nous indique en permanence et sans ambiguïté l'humeur, l'état d'esprit de ceux qui nous entourent, et notre propre état d'esprit lorsque la machine nous vise ; des conseils personnalisés (sous forme de notifications sur l'écran de nos téléphones) qui nous donnent une parfaite maîtrise sur nos corps et nos esprits... dans la mesure où il y a du réseau !
    C'est parce que la technologie contemporaine modifie nos vies que son sens doit être interrogé.
    Les nouvelles rassemblées dans ce recueil mettent en scène des personnages hauts en couleur, dont un couple Marcel et Albertine, et leur vie dans plusieurs univers possibles.

  • Pour s'évader du camp de consommation qui nous soumet à la grande distribution, financiarise notre alimentation, ruine nos artisans, éradique notre agriculture paysanne et empoisonne notre environnement.

  • Léon Bloy (1846-1917) a une légende. Celle du mendiant ingrat, du pèlerin de l'absolu, du vieux de la montagne. Cette légende de l'écrivain prophète, annonçant l'espérance à coups de marteau, Bloy l'a lui-même patiemment construite. Elle vise à réveiller

  • " Son secret, c'est d'avoir toujours voulu aimer. Elle n'a jamais rien souhaité d'autre. Elle n'a jamais rien tenté d'autre. Elle est devenue une spécialiste, une professionnelle de l'amour. Elle a compris qu'aimer n'est pas d'ordre sentimental, cette cho

empty