Sciences humaines & sociales

  • "La volonté d'indépendance de la Kabylie n'est pas le fait d'un éveil accidentel ou passager de son peuple à un rêve de liberté. Elle constitue une donnée permanente et irréductible de sa personnalité et de sa culture depuis la nuit des temps. La Kabylie ne renoncera jamais à son existence, quel qu'en soit le prix, quel qu'en soit le contexte historique, et quelle que puisse être la puissance militaire de son négateur ou de son agresseur." F. M.
    Ce livre qui accompagne le Mémorandum d'autodétermination que la Kabylie a déposé le 28 septembre 2017 à l'ONU, nous apprend que pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, le temps ne fait que commencer, n'en déplaise aux géostratèges chagrins qui, jusqu'ici, pensent qu'il est révolu.
    Il en va des bouleversements géopolitiques comme des phénomènes météorologiques : assez prévisibles mais inévitables. Pour en finir avec la violence qui abime l'Afrique et l'Asie, une reconfiguration du monde issu de la colonisation est un impératif. Les frontières qui divisent un même peuple ou qui forcent des peuples à l'intérieur d'un même État à se haïr sont à réajuster au plus près des réalités identitaires.

  • La Première guerre mondiale sépare Emilienne de toute sa famille. À 14 ans, elle se retrouve seule dans son village lorrain situé à l'est de Verdun, occupé par les Allemands. En février 1917, les Allemands, craignant un recul du front, expulsent les civils français de la zone. Commence alors pour la jeune fille un long voyage de rapatriement vers la France non occupée, avec l'espoir de retrouver sa mère dont elle n'a plus de nouvelles depuis deux ans.

    En s'appuyant sur le journal d'Emilienne, Claudie Lefrère-Chantre éclaire le sort de ces réfugiés - pour la plupart français ou belges - qui, en quittant pour la première fois leurs villages, découvrirent la géographie de la France et expérimentèrent de nouveaux genres de vie.

    Un document pour mieux comprendre comment, dans le cadre de ces amples déplacements de population, la France a pris conscience d'elle-même, et qui soulève la question suivante : l'épreuve de l'exil peut-elle devenir source d'émancipation ?

  • Osons l'engagement ! lettre ouverte à Emmanuel Macron Nouv.

    L'engagement est partout, exemplaire mais trop souvent solitaire, délaissé depuis si longtemps par nombre de politiques alors que les associations, fondations, syndicats, collectivités locales et autres corps intermédiaires oeuvrent chaque jour au plus près des réalités les plus concrètes du terrain. Gardant espoir en un rapprochement salvateur entre élus et citoyens à travers l'engagement des hommes et femmes de bonne volonté, cette lettre ouverte au président Emmanuel Macron interroge et encourage plus que jamais la promesse présidentielle d'une « réconciliation » assise en partie sur les corps intermédiaires, premiers outils du collectif mais aussi derniers filets de secours de notre démocratie menacée par l'anomie, l'indifférence et l'addition délétère des colères. Cet hymne à l'engagement doit nous permettre d'affronter tous nos enjeux ; ceux-ci rendent urgent et surtout possible de rassembler les Français autour d'une méthode associant enfin chacun à la destinée collective de notre pays. Donnons de nouveaux buts à l'action commune, osons l'engagement !

empty