Littérature générale

  • Comédie en 2 actes. Présentée au théâtre du Gymnase, pour la première fois, le 1er septembre 1832.

  • Olympe de Gouges fait revivre dans ses comédies de nombreux personnages du XVIIIe siècle (Voltaire, Montesquieu, Rousseau, les soeurs Ferning, la mort de Mirabeau, l'entrée de Dumouriez à Bruxelles), des problèmes cruciaux comme ceux des "voeux forcés" et les nouveaux droits civiques des femmes. Révoltée contre toute forme de discrimination, d'esclavage, elle rêve d'une authentique révolution sociale. Son théâtre politique témoigne de sa vitalité et ses préfaces apparaissent comme de brillants plaidoyers.

  • "Noli me tangere" c'est, dans l'évangile selon Saint Jean, ce que

  • Ce roman met en scène quatre femmes chiliennes aux trajectoires différentes. Frôlant la quarantaine, elles se retrouvent après le retour de la démocratie dans leur pays, pour faire le bilan de leurs vies, de leur époque. Elles évoquent leurs amours et leurs désamours, leurs militances et leurs désillusions politiques. Maria, une journaliste branchée, Ana, professeur d'université, Sarah, une provinciale, ingénieur civil, et Isabelle, docteur en pédagogie. Ces vies composent un roman provocateur qui dévoile l'intimité d'une nouvelle génération de femmes.

  • A la parution des Réflexions nouvelles sur les femmes, Anne Thérèse de Lambert craignait d'éveiller une riposte violente des hommes, aussi acheta-t-elle toute l'édition pour la détruire ; mais cela produisit l'effet contraire : « -Je crus les anéantir en achetant toute l'édition, cela n'a fait qu'augmenter la curiosité... » Cette femme qui, confiait à M. D*** en 1673 à propos de ses écrits : « -J'allais passer à vingt-six ans pour une vieille folle », se révolta contre les principes inculqués inlassablement aux femmes : vocation à l'amour et à la maternité, faiblesse, passivité, nature éternelle...

  • C'est le mystère d'une conjonction thématique très particulière qui a réuni les six auteurs de ce livre autour de six thèmes privilégiés par la littérature espagnole, inextricablement apparentés et revenants : le Manuscrit, l'Objet (de l'écriture et de sa quête), le Maître, la Maison, l'Enfant et le Voyage. Rares sont en effet les oeuvres littéraires en Espagne qui ignorent ces six territoires et leur conjonction amoureuse. Celle-ci s'impose depuis les textes d'autrefois qui nous ont tous nourris jusqu'aux créations d'aujourd'hui. Parmi cette constellation thématique privilégiée, certains objets, certaines étoiles peuvent briller plus que d'autres, leurSorchestration n'est jamais la même.

  • Comédie inéditeSEn annexe le fac-similé du manuscrit de George Sand.

  • La galerie des reptiles est fermée à l'heure du déjeuner est une autre façon de signifier l'injonction du "Circulez, il n'y a rien à voir" par laquelle la Police conseille aux badauds trop curieux d'abandonner leurs quêtes et enquêtes. Pour les pouvoirs autoritaires, le secret est une nécessité et d'autant plus lorsqu'il s'agit de la gestion de populations qu'on va priver de leurs territoires et de leurs ressources ou d'une accumulation toujours plus grande et plus sauvage, d'avoirs financiers. Mais ce secret est d'autant plus occulté qu'il est masqué par le leurre d'une exhibition permanente qui transforme les citoyens en voyeurs et en proies, quitte à augmenter la férocité du cannibalisme ambiant pour maintenir l'excitation. C'est sur ce paradoxe qu'est construit ce recueil de nouvelles.

  • Un jeune homme retourne dans sa ville natale, Puerto Perdido, sur la côte Nord du Pérou, pour assister à l'enterrement de son père - de son « paternel », comme l'appelle le narrateur tout le long du livre. Selon la tradition, la veillée funèbre dure trois jours et trois nuits. Pendant ces nuits, le narrateur évoque avec tendresse, sans se laisser envahir par le ressentiment, l'image quelque peu idéale de son progéniteur. Les souvenirs de sa famille, des amis, des amours du père, ravivent le passé, les non-dits et les fêlures.

  • On attend robert

    La Belle épine n'a pas toujours été le plus grand centre commercial d'Europe. Au voisinage de l'aéroport d'Orly et de l'usine Técalémit, dans les années cinquante, c'est un simple carrefour avec une gendarmerie en meulière et un stade dont le grand père de l'auteure a la garde. C'est là que l'été 1944, la Quatrième Division d'Infanterie américaine du Général Barton a cantonné la veille d'entrer par la porte d'Italie pour libérer Paris. Mais si les vainqueurs sont parvenus à imposer un armistice quelques jours après la naissance de la narratrice, dans ce biotope industriel, légal et sportif, le bohu-bohu demeure.

  • Krystal city

    Voilà l'histoire de deux femmes solitaires plongées dans le chaos Scomme dans une foire aux atrocités ; et le fantôme tombe Samoureux de la Lune d'Avril dans la Cité des Anges de la mélancolie. SL'Apollon de Cambridge ignore tout lorsqu'il rencontre la Vénus comme Spar hasard... Marchande... païenne... folle... ignorante ? Morte mille fois, Sla brève lumière de minuit pénètre dans une atmosphère feutrée ; mais Soù est passée la raison d'exister de cette belle lumière de minuit ?

  • C'est dans cet espace de flottement entre deux langues où surgit l'image, et se dénouent les refoulements ordinaires du langage révélant les tracés mémoriels qui hantent l'écriture, qu'Anne-Marie Smith-Di Biasio, tel un "passeur", lit et interprète le texte de la langue-mère qu'elle partage avec Virginia Woolf ; et, comme dans le chuchotement d'une conversation ininterrompue et intemporelle avec Woolf, elle re-traduit et re-questionne à l'infini en les découpant et les déconstruisant avec sa palette à elle des extraits : Ondes, Au phare, La Chambre de Jacob, Une Ebauche du passé.

  • Escritura y oralidad en América latina son los temas de las actas del coloquio "Vida y obra de escritores latinoamericanos en París" y "Tradición oral indígena Sy mestiza de América latina" que tuvieron lugar en mayo 2006. Los veinte artículos aquí reunidos, muestran la influencia de Francia y la importancia de su capital para los creadores que desde mediados del siglo XIX, llegan de las naciones latinas de América. París se vuelve un lugar de encuentro, de inspiración y de consagración de la escritura. Esta ciudad mítica es la cuna de los movimientos literarios latinoamericanos del siglo XX.

  • Le gouffre

    Palma Milagros

    Dans un pays en révolution d'Amérique Centrale à la fin du XXe siècle, Fernanda Rosales Cantero fait partie d'une brigade culturelle qui se rend sur le front pour soutenir le moral des troupes. Pendant le trajet, les langues se délient, le dialogue s'instaure et la mémoire éclabousse les passagers. A l'issue d'un parcours initiatique, ce n'est que dans la luxuriante forêt tropicale en pleine zone des combats que Fernanda trouvera les réponses à ses questions et qu'elle rencontrera enfin son destin

  • Mephis t.2

    Dans le premier tome, Maréquita, la belle et talentueuse cantatrice espagnole, rencontre Méphis, le prolétaire. Dans le deuxième tome, Flora Tristan projette ses deux héros dans la dimension légendaire. Malgré la souffrance des amours maudits, Maréquita s'accomplit dans un destin messianique. Dans Méphis, Flora Tristan (1803-1844), la militante rebelle, donne libre cours à son rêve : l'avènement d'une société où la femme serait associée à la marche du monde et deviendrait guide de l'humanité.

  • Et si l'on prenait Don Quichotte au sérieux lorsqu'il nous parle de l'aveuglement psychique et de son lien avec l'idéal et le désir ? Le roman de Cervantès peut utilement nous éclairer sur l'idéalisation de la Nation espagnole. A partir de la question des approches subjectives de la démocratie, la dimension sociale de l'aveuglement psychique se traduit par l'opposition des évidences des uns et des autres et les difficultés dont elle est la source.

  • Cet ouvrage est un hommage à une voix majeure de notre temps. Neruda humanise tout ce qu'il voit, ainsi la mer, tel un personnage, entre dans l'Histoire. Dialectique de la matière qui prolonge en la transformant celle des éléments. Chantre de la nature, de lui l'on peut dire ce que Victor Hugo disait du poète archétypal : Neruda est un monde enfermé dans un homme. Désormais l'océan, en vérité, s'appelle Pablo. (Ouvrage paru en 2004, à nouveau disponible).

  • D'un être, d'un endroit aimés que reste-t-il dans nos souvenirs ? Dans nos rêves ? Où se forgent, comment évoluent leurs légendes ? Et la tendresse qui les accompagne ? Quelqu'un le sait-il ?

  • Avec son théâtre Olympe de Gouges réussit à mettre en scène cette nouvelle image de la femme, forte et solidaire, consciente d'elle-même et de sa valeur. Ce témoignage féminin, authentique et subjectif est coloré du tempérament et des émotions de son auteure, embrassant les six années (1788-1793) les plus bouleversées de toute l'époque révolutionnaire.

  • À partir de l'histoire du roi de Siam et des aventures d'Almoladin, le prince philosophe nous fait voyager dans un Orient imaginaire où pullulent les intrigues du Sérail. Mais le monarque et son fils sont des nobles éclairés, au comportement paternaliste, soucieux du bien-être de leur peuple. Dans tous les pays qu'ils visitent, ils suscitent l'admiration et le respect. Après un long périple et de multiples aventures, nos deux héros reviendront au Siam, enrichis par leur quête initiatique.

  • Por primera vez en Sorbona un coloquio internacional fue consagrado en marzo de 2011 a dos escritores gallegos contemporáneos de renombre internacional que ocupan un sitio privilegiado en su país: Manuel Rivas y Suso de Toro. Los textos que se presentan en este volumen fueron elaborados a partir de las comunicaciones de los actuales especialistas universitarios que se consagraron al estudio de estos dos eminentes representantes de las letras gallegas. y españolas. Los mismos autores nos ofrecieron su contribución después de haber participado a todas las sesiones del coloquio en las cuales intervinieron con el talento que se les conoce.

  • Quiconque s'intéresse au Brésil, à son histoire et à la structuration de sa société, connaît l'importance de la vallée du fleuve Paraïba do Sul, qui depuis l'Etat de São Paulo, s'infléchit vers le Nord-est entre Rio de Janeiro et Minas Gerais. C'est là que le café, qui a dominé l'économie du pays pendant si longtemps, a commencé à être cultivé à grande échelle, en complète dépendance de l'importation en masse de travailleurs esclaves depuis l'Afrique. Actuellement, le visiteur de passage aurait besoin qu'on le mette au courant de cette histoire, car l'enfilade de collines arrondies dénudées des arbres qui autrefois les recouvraient, ne garde aucune trace des caféiers qui les ont remplacés.

  • Y Donfu será un desconocido muerto hace tiempo, cuyo recuerdo persiste en Slos templos petrificados. Una estatua de yeso o mármol prisionera en unS sepulcro blanqueado... mientras tanto en Luna Llena misteriosa ave astral en vueloSiba hacia el Infinito... a la búsqueda de una fórmula en Atlantis, utopía basada sólo Sen el infinito recuerdo de lo finito... Naturalmente, que la imagen de une mujer X...Sno es la mujer misma. El paraíso perdido puede ser recobrado en cualquier instante...S de luz y tinieblas en un juego que a veces puede producir una sucesión de sonidosSincitados por un perfume embriagador, espíritu del humo azul embrujador de las Spraderas sagradas. El prodigio de un viaje a las tórridas regiones dionisíacas donde Sel placer apolíneo anida... ainda entre reminiscencias simples de luces y sombras Sque se deslumbran. Y así descansará en un silencio sepulcral en paz por los siglos de Slos siglos. Amén.

  • Alors que nous vivons, parlons, travaillons ou dansons, à chaque instant, quelque part, une femme, des quantités de femmes, parfois très jeunes, parfois des enfants, subissent ce qu'aucun être ne devrait affronter. Elles sont nulle part, car personne ne les voit, personne ne parle d'elles. elles sont partout, car si nombreuses. Dacia Maraini porte ce message dans toute l'Europe, avec A pas furtifs, livre et pièce de théâtre. Sous la plume délicate de l'auteur affleure toute la misère du monde ; avec pudeur, mystère et même, poésie. loin de dévoiler crument les affres de la souffrance physique et morale, Dacia Maraini nous entraine doucement jusqu'au bord du gouffre, nous tenant la main par ses mots choisis, jusqu'à la prise de conscience ultime, qui nous est propre, et s'imprime donc profondément en nous.

empty