• Le néolibéralisme est un corps idéologique, prolongé par une organisation de l'économie mondiale, qu'il s'avère urgent de dépasser, si l'espèce humaine souhaite préserver l'équilibre de ses rapports avec la planète, condition nécessaire de sa survie. Les trois auteurs envisagés ici se font remarquer par l'acuité de leurs analyses des conséquences particulièrement négatives du néolibéralisme sur le paysage français. Emmanuel Todd décrit l'appauvrissement général de la France dû à l'Europe de Maastricht, Vincent Jauvert la corruption légalisée au sein même de la démocratie par une véritable noblesse d'État, François Morin l'échec des nationalisations de 1981 dû à la division des socialistes entre réformateurs et conservateurs. De dix mille pages de lectures annotées, de vingt-neuf auteurs, résulte la formulation en trente-six points d'un véritable programme alternatif de gouvernement.

  • La théorie de valeur-travail suscite toujours de vifs débats. Tiraillée entre progrès technique, nouveaux modèles d'organisation du travail et reconfiguration de l'entreprise capitaliste, cette théorie reste actuelle et s'adresse au bon sens du chercheur. La recherche très récente contenue dans cet ouvrage accomplit une rupture épistémologique majeure en donnant une réponse très convaincante à la transformation des valeurs en prix de production. L'auteur démontre que la double égalité recherchée à l'échelle du système est vérifiée : d'une part, la somme des profits est bien égale à la somme des plus-values et, d'autre part, la somme des valeurs produites est bien égale à la somme des prix de production. L'explication est conduite en tenant compte de montants différents de capital fixe dans chacune des branches de l'économie, ce qui fait de cette démonstration une première mondiale. Cette présentation permet de donner une assise extrêmement forte et scientifique à la théorie de la valeur-travail.

empty