Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE)

  • Quel que soit leur secteur d'activité, les entreprises sont exposées à différents types de risques : économique, réglementaire, financier, informatique, naturel, opérationnel, et bien sûr sécuritaire.
    Avec une activité à l'étranger, des collaborateurs amenés à se déplacer, des sites parfois implantés dans des pays « exposés » à des problèmes sécuritaires, l'entreprise en s'internationalisant s'expose à un ensemble de risques nouveaux.
    Si entreprendre à l'international, c'est s'ouvrir à de nombreuses opportunités, il n'en demeure pas moins que ce développement doit être accompagné par l'action de professionnels de la sûreté.

  • Face à la diversification des menaces et des risques (cyber, terrorisme, géopolitique), les enjeux de sécurité et de sûreté sont intégrés pleinement à la stratégie des entreprises. Cette diversification s'accompagne d'une complexité croissante, qui accentue le besoin de spécialisation et d'expertise des métiers de la filière. Confrontées à ce double phénomène, les directions Sécurité-Sûreté en entreprise adaptent leur organisation et un travail important d'harmonisation de la communication sur ces métiers est mené. Par ailleurs, suite à une étude métier effectuée par le Club des Directeurs de Sécurité et de Sûreté des Entreprises (CDSE), celui-ci dresse un panorama de la filière des métiers de la Sécurité et Sûreté en entreprise, répartis en 12 fonctions identifiées, de la gouvernance au conseil ou au déploiement opérationnel. Ainsi, pour le CDSE, ce référentiel des métiers inédit doit permettre de faire émerger un positionnement collectif de la filière, au service de la sécurité globale des entreprises.

  • Ce numéro a pour objectif de mettre l'accent sur les processus et logiques qui ont mené les Etats, les organismes internationaux et les individus à adopter de nouvelles technologies de sécurité pour lutter contre les risques et anticiper de potentiels dangers. En France, c'est la loi d'orientation et de programmation relative à la sécurité du 21 janvier 1995 qui relance le déploiement de plusieurs technologies de surveillance parmi lesquelles la vidéo surveillance. Face à l'augmentation et la diversification des risques et des menaces, les technologies de rupture représentent pour les forces de sécurité intérieure l'opportunité de disposer de moyens d'action modernes et adaptés. Ainsi, le paysage de la sécurité s'apprête à connaître de nouveaux bouleversements.

  • Sommaire
    DOSSIER La gestion des événements traumatiques en entreprise
    La gestion des événements traumatiques en entreprise - Docteur Gérard Lopez
    Le stress post-traumatique : comprendre pour le prévenir et éviter le handicap - Docteur Paule Nathan
    Interview : Retours d’expériences au sein d’une direction sûreté, Jean-Louis Fiamenghi, directeur sûreté du groupe Véolia et Jérôme Simon, chargé de mission au sein de la direction sûreté du groupe Véolia - Annick Rimlinger
    Appréciation judiciaire de l’état de stress post-traumatique (ESPT) lié à la mobilité internationale - Monica Goncalves
    Et si la gestion de crise devenait notre quotidien : Retour d’expériences - Patricia Cadre
    Interview : Regards croisés sur le dispositif de gestion d’événements traumatiques et sa déclinaison locale, Denis Lauretou, directeur sûreté de la Banque de France et Didier Collet, directeur départemental de la Banque de France - Nice - Annick Rimlinger
    UN AUTRE REGARD SUR LA SÉCURITÉ
    Sécurité et liberté : discussion entre un philosophe anglais et un philosophe français, Hobbes et Rousseau - Emmanuelle Rousset
    INTERNATIONAL
    Mais que se passe-t-il en Côte d’Ivoire ? - Expert d’ONG, spécialiste de l’Afrique
    ACTUALITÉS DU CDSE
    Retour sur le baromètre de la sûreté à l’international
    Présentation du jeu “Mission sécurité à l’international”
    Le CDSE a du talent
    Note aux auteurs

empty