Editions du Cerf

  • Le grand avocat parisien revient sur ses doubles racines insulaires, la Corse et les Antilles. Contre les tentations communautaristes, un magnifique cri du coeur sur la gloire du métissage à la française. Une confession poignante, une alerte saisissante. Un grand livre.
    Un ministre de la Marine de Guerre, des faux-monnayeurs, des Antillais en Picardie, des Corses partout ailleurs, un magistrat comme patriarche, des soeurs sans compter, et surtout une mère toute de beauté pour animer la chronique magique d'une famille recomposée, se moquant des continents et des mers...
    Des joueurs de poker, des juges récusés, l'Afrique et l'affaire de l'Angolagate, la France et l'affaire Buffalo Grill, des clients fameux et des victimes anonymes, pour peupler le roman vrai d'une existence consacrée à défendre la loi contre elle-même...
    Une mémoire méditative des grands conflits militaires passés, une contemplation mélancolique de la " Question Noire ", une redécouverte émue de poèmes oubliés, un renversement éclairé de deux tabous majeurs, et un retour fracassant sur l'erreur judiciaire du siècle, pour dire une vie résolument inscrite dans l'Histoire...
    Déjouant les règles et les pièges de l'autobiographie, Jean-Pierre Versini-Campinchi offre ici, dans une leçon sans leçon, un hymne citoyen et enchanteur à la volonté et à la persévérance.
    Contre la tentation communautariste, une plaidoirie iconoclaste pour un métissage à la française.

  • Qu'est-ce que la criminologie ? Cet ABC répond pour la première fois de façon exhaustive et critique à cette question en offrant un panorama sans précédent de cette discipline en plein développement en France. On y trouvera : un dictionnaire fondamental pour comprendre les concepts ; plus de 40 notions, allant d' « anthropologie criminelle » à « victimologie », en passant par « justice », « technique de neutralisation », « prévention » ; une anthologie des écrits essentiels, certains traduits pour la première fois, pour comprendre les sources ; pus de 50 textes d'auteurs de toutes nationalités, des Lumières à aujourd'hui, de Cesare Beccaria à Michel Foucault en passant par Émile Durkheim ou encore Gabriel Tarde. Un guide intuitif, érudit, riche, dans lequel Alain Bauer démontre ses talents de pédagogue et livre les clés de cet univers dont il est l'un des pionniers.

  • Smartphone, réseaux sociaux, objets connectés, TV numérique, Internet, jeux vidéo : ces nouveaux médias sont aujourd'hui tout aussi omniprésents qu'envahissants. Et leurs effets négatifs, dans la vie professionnelle, sociale, familiale, flagrants : entre appauvrissement et illusion, nuisance et vide, destruction et épuisement, l'humanité se désincarne, l'espace et le temps disparaissent dans cette virtualité toute-puissante. Qu'en est-il de la richesse et du sens de nos existences dans une société avide de vitesse, de proximité, d'immédiateté, d'information tous azimuts et de performance en tous genres ? Quel diagnostic poser sur le corps et l'esprit de l'homo connecticus ? Quelles inquiétantes pathologies gangrènent sa nature même ? Et comment lutter contre cette lente et insidieuse dislocation ? Jean-Claude Larchet poursuit dans ce nouvel essai très documenté sa série d'études sur les différents types de maladies et les thérapeutiques adaptées. Une réflexion critique et salutaire à propos de nos systèmes de communication. Une incitation à nous protéger et à retrouver notre identité psychique et spirituelle.

  • Fille, femme, mère ou épouse, la femme musulmane intrigue et représente un sujet de perpétuel questionnement. Les amalgames et les aprioris sont nombreux en ce qui la concerne, et par voie de conséquence, l'appréciation de l'islam s'effectue souvent par ce seul prisme. S'intéresser à la répudiation musulmane, c'est s'intéresser à la femme musulmane et à l'islam au sein du couple. D'origine essentiellement religieuse, la répudiation est la rupture unilatérale et discrétionnaire du mariage décidée par l'époux. En droit musulman, elle permet au mari de mettre un terme à la relation maritale sans avoir à se justifier. En France, cette institution est critiquée et même rejetée tant elle paraît étrangère à la civilisation européenne. Pourtant, à y regarder de plus près, la rupture unilatérale et discrétionnaire du couple existe également en droit français avec le divorce pour altération définitive du lien conjugal ou la rupture unilatérale s'agissant du PACS et du concubinage. Alors que la répudiation ne peut être mise en oeuvre que par l'homme, les ruptures unilatérales résultant du droit français peuvent être décidées par l'homme ou la femme. Toutefois, fondamentalement, les effets sont les mêmes : l'un décide, l'autre subit. Refuser de reconnaître l'existence de modes de ruptures unilatéraux et discrétionnaires, c'est faire preuve de cécité. Sous couvert de liberté individuelle, nombre de conjoints, de partenaires et de concubins sont « répudiés » par la volonté d'un seul. Dans ce cas, et comparativement, pourquoi les répudiations musulmanes sont-elles si décriées ? Peut-on avoir une position critique à l'égard de la répudiation musulmane lorsqu'il existe au sein même de son dispositif législatif des modes de ruptures ayant une très forte filiation avec la répudiation musulmane ?

  • Les droits de l'homme ? Après la Seconde Guerre mondiale, ils apparaissaient comme une promesse universelle de paix et de justice. Aujourd'hui, ils sont devenus un champ de bataille idéologique, le terrain sur lequel se confrontent les civilisations en lutte. Car les droits de l'homme sont d'abord le reflet de notre conception de l'homme. Or, celle-ci a beaucoup changé depuis la rédaction de la Déclaration universelle, en 1948. Alors que cette déclaration d'après-guerre s'inspirait encore des droits naturels, l'affirmation de l'individualisme a généré de nouveaux droits antinaturels, conduisant aujourd'hui à l'émergence de droits transnaturels qui promettent le pouvoir de transformer la nature. À l'oeuvre au coeur de cette transformation : la réduction de la dignité humaine à la seule volonté individuelle, au mépris du corps. Au-delà, les droits de l'homme accompagnent discrètement le transhumanisme, oeuvrant au dépassement de la démocratie représentative.

  • «À l'origine de la crise de l'Union européenne se trouve l'euro. Exacerbant les oppositions entre pays, il en corrode les fondations et met à mal la démocratie en suscitant la montéede pouvoirs tyranniques.» J. S.

empty