Les Presses de l'Université de Montréal

  • Pierre Noreau est professeur titulaire au Centre de recherche en droit public de l'Université de Montréal où il travaille depuis 1998. Emmanuelle Bernheim est professeure au Département des sciences juridiques de l'Université de Montréal. Tous deux ont dirigé en 2016 aux Presses de l'Université de Montréal La thèse. Un guide pour y entrer... et s'en sortir.

  • Être sinologue, c´est chercher à comprendre et à faire comprendre les multiples facettes de la société et de la culture de la Chine. Par son isolement physique et culturel à l´autre bout de l´Eurasie, la Chine se donne comme l´Autre du monde indo-européen. Il incombe au sinologue de « traduire » cette différence pour à la fois comprendre et respecter la spécificité chinoise, enrichir l´esprit et le coeur de l´Occident, et favoriser la communication la plus ouverte entre deux pôles incontournables de la planète. C´était bien là les valeurs que préconisait Jean Pierre Abel-Rémusat (1788-1832), titulaire de la première chaire d´études chinoises en Occident au Collège de France en 1814 et fondateur de l´étude scientifique de la Chine : la sinologie.
    Charles Le Blanc est professeur émérite de philosophie chinoise à l´Université de Montréal. Aux PUM, il dirige la collection « Sociétés et cultures de l´Asie », il a publié Le Wen zi (2000) et a traduit Confucius (2004) et La population chinoise (2006). Il a aussi publié, avec Rémi Mathieu, Philosophes taoïstes II : le Huainan zi (Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2003).

  • « Les langues vivantes se modifient en synergie avec leur environnement, avec les découvertes, les innovations, les transformations économiques et sociales. La langue française se modifie et s'enrichit au rythme de l'évolution des modalités de création d'entreprise, et il nous incombe à tous de suivre cette transformation dans un esprit innovateur et progressiste. » - La directrice générale adjointe des services linguistiques de l'Office québécois de la langue française, Danielle Turcotte Ce livre présente : o Les concepts et les termes fondamentaux de la création d'entreprise par essaimage o La terminologie de la restructuration par scission o Un lexique bilingue français-anglais Denyse Létourneau est linguiste-terminologue à l'Office québécois de la langue française. Elle a mené à bien les recherches terminologiques nécessaires à la rédaction du Vocabulaire avec la collaboration exceptionnelle de Louis Jacques Filion, professeur et titulaire de la Chaire d'entrepreneuriat Rogers-J.-A.-Bombardier à HEC Montréal, avec le concours de certains de ses collaborateurs du Québec et de la France, experts du domaine de la création d'entreprise. En collaboration avec l'Office québécois de la langue française

  • La prise de décision est au coeur du travail de gestionnaire. Or, la toute première étape de ce processus semble être la moins bien maîtrisée : formuler clairement le problème à résoudre. Tout comme l´on ne saurait prendre une décision éclairée sur un problème mal circonscrit, on ne peut attendre la collaboration de toutes les parties concernées que si chacun s´accorde à reconnaître la situation à rectifier. Sans cette participation, la meilleure des solutions restera lettre morte.
    Comment, donc, exposer au mieux un problème à l´ensemble disparate des acteurs impliqués ? Voici un guide d´accompagnement conçu précisément pour aider à formuler les problèmes organisationnels complexes. Fondé sur les meilleurs travaux menés dans le domaine mais résolument pragmatique, il soutiendra les gestionnaires et les consultants dans cette démarche fondamentale de leur profession.

  • Qui n´a jamais entendu parler de cliques ou de clans dans un milieu de travail? Dans toute organisation, des affinités poussent certaines personnes à nouer avec d´autres des liens privilégiés qui ne dépendent pas de la structure formelle du groupe. Ces groupes qui émergent sans avoir été planifiés par l´autorité légitime se distinguent nettement de l´organigramme officiel.

    Bien que parfois difficile à cerner, ce phénomène a des incidences multiples sur le fonctionnement organisationnel d´une entreprise. Les groupes informels peuvent engendrer les synergies positives qui permettront d´atteindre certains objectifs en dépit de circonstances difficiles, tout comme ils peuvent rendre inefficaces les stratégies les mieux pensées. Leur importance dans la vie de toute organisation est donc cruciale, comme le démontre ce livre.

    Cet ouvrage utile et informatif apporte des connaissances précieuses sur un domaine encore peu abordé dans le champ des théories de l'organisation. Il s'adresse aux étudiants, universitaires et chercheurs mais il n'en demeure pas moins destiné aux gestionnaires, aux professionnels de la communication organisationnelle et aux consultants d'entreprise.

    Luc Brunet est professeur titulaire au Département de psychologie de l'Université de Montréal. Il est psychologue du travail et des organisations. Il a publié de nombreux ouvrages sur le climat de travail et l'efficacité scolaire .

    André Savoie est professeur titulaire au Département de psychologie de l'Université de Montréal. Il est responsable de la formation doctorale en diagnostic, en développement et en consultation organisationnels.

  • Quel que soit le domaine dans lequel le consultant en entreprise est appelé à travailler - ressources humaines, ingénierie, finances ou autre -, son objectif est de trouver une solution durable aux problèmes de l´organisation qui fait appel à ses services. Bien entendu, cette solution ne saurait être qu´une théorie brillante : elle doit pouvoir être efficacement mise en pratique. Mais comment donc en arriver à une nette amélioration de la situation d´origine ? Francine Roy, pra ticienne d´expérience et professeure, offre les clés d´une consultation efficace. Inspiré du savoir-faire de consultants chevronnés et dosant savamment théories, stratégies et conseils pratiques, ce livre sera profitable tant aux étudiants qu´aux consultants et aux dirigeants d´entreprise.

    Francine Roy a pratiqué dans le domaine de la consultation pendant plus de 20 ans. Elle détient un certificat en administration, une maîtrise et un doctorat en psychologie du travail et des organisations. Elle est professeure au Département de psychologie de l´Université de Sherbrooke.

    O Prix du livre d´affaires, catégorie meilleur livre d´affaires spécialisé, HEC Montréal (2009)

  • La question de l'emploi est cruciale pour tous les pays en développement, en particulier, pour les pays africains. Poussée par une démographie galopante, la population en âge de travailler augmente à un rythme exponentiel; celui des économies à générer des emplois décents est beaucoup plus lent. De manière générale, l'Afrique est un endroit où il est difficile de trouver un poste de qualité et la situation peine à s'améliorer. Les jeunes et les femmes font face à des problèmes d'employabilité, à de longs délais et à la précarité du travail disponible.

    L'entrepreneuriat peut jouer un rôle important non seulement dans l'insertion professionnelle des jeunes et des femmes, mais aussi dans l'essor économique de l'Afrique francophone. D'où l'intérêt grandissant porté à cette question tant par le monde universitaire que politique.

    Si les États savaient comment mettre à profit la volonté entrepreneuriale des jeunes et des femmes, ils pourraient s'engager dans une véritable transformation économique qui mènerait à un développement durable. Pour y arriver, ils doivent s'attaquer aux obstacles à l'initiative privée. Cet ouvrage présente des études à la fois descriptives et analytiques pour aider à comprendre ce que les gouvernements peuvent faire pour améliorer la situation de l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes en Afrique francophone.

  • O 101 règles regroupées selon le déroulement naturel d'une séance d'assemblée.

    O Un guide simple et pratique pour la conduite des assemblées délibérantes et l'organisation des travaux des comités.

    O Une liste précise des documents nécessaires au bon déroulement d'une séance d'assemblée.

    O Tout l'art de rédiger, de présenter et de classer les procès-verbaux.

    O Un grand tableau récapitulatif et un index exhaustif pour s'y retrouver rapidement.

  • Les organisations, qu'elles soient privées ou publiques, locales ou globales, diversifiées ou non, fonctionnent dans des environnements constamment en évolution, ce qui rend cruciales l'analyse et la gestion des relations risques-performance.
    La gestion des risques exige l'adoption de mesures financières, technologiques et organisationnelles en vue de modifier la relation entre la turbulence dans l'environnement et la variabilité dans les résultats. D'où l'importance d'une vision intégrée des risques organisationnels.
    Le défi de l'intégration est d'élargir les zones d'utilisation des techniques existantes, d'en identifier les lacunes et de développer de nouveaux outils de mesure. C'est dans ce courant que s'inscrit cet ouvrage qui présente d'abord les mesures utilisées dans différents domaines avant de traiter successivement des risques financiers, des risques reliés à la gestion de projet, des risques contractuels, des risques industriels majeurs, des risques en santé humaine et des risques en environnement.
    Après avoir présenté les différents modes d'intégration, les auteurs décrivent et analysent le cas d'une entreprise qui doit évaluer un projet d'agrandissement, en tenant compte de ce concept et de cette pratique de la mesure intégrée du risque.

  • Les projections démographiques au Canada et dans d'autres pays inspirent de vives inquiétudes concernant l'avenir des « sociétés vieillissantes ». Ces préoccupations font souvent l'objet d'intenses débats, les arguments et contre-arguments se retrouvant dans les disciplines universitaires qui touchent à la démographie, la sociologie, la psychologie...

    Ce qui prédomine souvent aussi bien dans les médias que dans le public, c'est une vision plutôt alarmiste basée entre autres sur les projections concernant l'accroissement des coûts des régimes de pension et des soins de santé alors que la proportion de la population active et productive diminue.

    Cet ouvrage remet en question cette perception en présentant plusieurs perspectives différentes qui résultent en une vision plus nuancée de la réalité. Les auteurs démontrent que les implications des projections démographiques doivent être examinées dans un contexte plus large qui comprend des éléments économiques, politiques, sociaux, familiaux, culturels et temporels.

    Réalisé sous la direction de David Cheal, professeur de sociologie à l'Université de Winnipeg, cet ouvrage fait appel aux collaborateurs suivants : Krista Abbott, du Child and Family Centre de Toronto, Ingrid Arnet Connidis, professeure de sociologie à l'Université Western Ontario, Susan A. McDaniel, professeure de sociologie à l'Université de l'Alberta, Joan E. Norris et Joseph Tindale professeurs au Département des relations familiales et de la nutrition appliquée de l'Université de Guelph, Joel Prager, professeur en sciences économiques à l'Université de Calgary, Marty Thomas, professeure au Département des sciences humaines appliquées de l'Université Concordia, Douglas Thorpe, professeur en études anglaises à l'Université de la Saskatchewan et Rosemary A. Venne, professeure de relations industrielles à l'Université de la Saskatchewan.

  • Un pays peut-il avoir une main-d'oeuvre très syndiquée, percevoir des taxes élevées et offrir de généreux programmes sociaux tout en maintenant une croissance économique hors pair - surpassant celle d'États néolibéraux - et un niveau d'égalité sociale exceptionnel? Oui: c'est la social-démocratie 2.1, et les pays scandinaves en sont les champions. Le Québec est l'endroit en Amérique du Nord le plus syndiqué, le plus taxé et celui qui offre le plus de services publics; il est aussi de plus en plus confronté à des choix difficiles en raison du vieillissement de sa population et de la précarité de ses finances publiques. Il s'agit d'une situation semblable à celle des pays scandinaves qui, dans les années 1990, ont entrepris la réforme de leurs systèmes de santé, d'éducation et de retraite; une réforme si importante, en fait, que l'on peut réellement parler de social-démocratie 2.1. Comment le Québec se compare-t-il aux pays nordiques? Face aux problèmes actuels, peut-il vraiment s'inspirer de leurs politiques sociales et économiques? Les auteurs de cette seconde édition, revue et augmentée de plusieurs nouveaux chapitres, spécialistes des sociétés scandinaves et du Québec, répondent à ces questions de façon éclairée.

  • Depuis les années 1970, les États occidentaux connaissent tous d´importants problèmes de gouvernance liés à la hausse des dépenses systémiques, au creusement des déficits budgétaires et de la dette et aux transformations structurelles de la société. Ces tendances ne donnant aucun signe de s´inverser, les politiques de l´État sont désormais élaborées, mises en oeuvre ou modifiées dans ce contexte difficile.

    L´analyse des politiques publiques a une double fonction : mieux comprendre les interventions de l´État dans la société et proposer des moyens pour les améliorer. Certes, l´objectif est de rendre l´État plus efficace. Mais jusqu´à quel point est-il possible de faire autant - voire mieux - avec moins ? Chose certaine, il est indispensable de bien connaître les mécanismes des politiques publiques et le rôle des nombreux agents qui interviennent dans leur conception et dans leur implantation. C´est à cette fin que ce livre d´introduction présente les divers modèles et théories qui permettent d´analyser l´État en action.

  • Quel citadin ne s'est jamais interrogé à propos des interdictions hebdomadaires de se garer sur des tronçons de rue pour en assurer le nettoyage ? Comment élabore-t-on le trajet que suivra un véhicule blindé entre ses différents points de dépôt et de cueillette ? Cet ouvrage s'attache à montrer que ces décisions ne sont pas le fruit du hasard et qu'elles sont dictées par un souci de rationalisation. Ce manuel est destiné aux étudiants en techniques de transport, en gestion, en génie industriel et en recherche opérationnelle. Les méthodes mathématiques sont présentées grâce à des exemples et des exercices soigneusement choisis pour frapper l'imagination afin que les concepts décrits soient mieux saisis. Les premières sections des différents chapitres présentent de façon élémentaire les algorithmes utilisés dans la pratique et les concepts requis pour les décrire et les expliquer ; les développements théoriques, les modèles mathématiques abstraits, les preuves de la validité des algorithmes sont en général placés dans une section complémentaire réservée aux étudiants plus avancés. Dans cette deuxième édition, les auteurs ont fait de nombreuses mises à jour, notamment en ce qui a trait à la modernisation des outils informatiques. Le site Internet relié au livre a lui aussi été enrichi et permet aux lecteurs de résoudre la grande majorité des exercices à l'aide d'Excel. Yves Nobert est professeur titulaire au Département de management et technologie de l'UQÀM. Roch Ouellet et Régis Parent sont professeurs agrégés aux HEC Montréal.

  • La politique canadienne d´aide au développement n´a pas échappé aux bouleversements qui ont marqué la vie internationale au cours des vingt dernières années. Cherchant à s´adapter à la complexification des enjeux, le Canada a-t-il été à la hauteur des défis qui se posent avec de plus en plus d´acuité dans le domaine de l´aide au développement ? Quelles sont les grandes tendances de l´aide canadienne, de ses débuts à aujourd´hui ? Qui en sont les principaux acteurs ? Quel est son impact réel pour les pays récipiendaires ? Autant de questions, et bien d´autres, auxquelles répondent les auteurs de ce livre.
    Textes de François Audet, Megan Bradley, Stephen Brown, Dominique Caouette, Yvan Conoir, Sébastien Dallaire, Marie-Eve Desrosiers, Myriam Gervais, Jean-Michel Labatut, Eric Marclay, Judith Meltzer, Gisèle Morin-Labatut, Alain Noël, Stéphane Roussel, Philip A. Tanner, Jean-Philippe Thérien, Brian Tomlinson.
    François Audet est Chef de Délégation régional au Programme des Mascareignes de la Croix-Rouge canadienne. Marie-Eve Desrosiers est professeure adjointe à l´École de développement international et mondialisation de l´Université d´Ottawa. Stéphane Roussel est professeur agrégé au Département de science politique de l´Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes ; entre autres, il est coauteur de Politique internationale et défense au Canada et au Québec (pum, 2007).

  • Parmi les socialismes utopiques du XIXe siècle, une école pratiquement oubliée, mais dont la doctrine s'avère pourtant extrêmement révélatrice.
    Jean-Hyppolite Colins (1783-1859) fait partie de ces socialistes utopiques qui ont marqué la première moitié du XIXe siècle. Le premier à parler de « science sociale », Colins a laissé une oeuvre considérable, qui a inspiré une religion scientifique dont les publications et les activités se sont poursuivies jusqu'en 1914.
    Marc Angenot s'est intéressé à ces socialistes soi-disant rationnels. Il montre que cette pensée marginale, aujourd'hui renvoyée dans les limbes de l'histoire, malgré - ou à cause de - toutes ses aberrations, est en réalité caractéristique de la pensée du XIXe siècle affrontée au mal social. En outrant jusqu'à la caricature les traits de cette pensée, le colinsisme s'avère plus qu'une amusante curiosité intellectuelle : un révélateur des tendances de toute pensée qui refuse le scandale du monde.
    Marc Angenot est professeur à l'université McGill. Auteur de plusieurs livres d'histoire des idées et de théorie littéraire, il a obtenu de nombreuses distinctions, dont le prix des sciences humaines de l'ACFAS pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Petits enfants réprimés dans leur curiosité, étudiants vivant leur échec scolaire comme une responsabilité personnelle, employés aspirant vainement à des apprentissages significatifs dans l'entreprise, aînés exclus de la vie éducative... Les traumatismes et les dommages éducatifs subis par les individus tout au long de leur vie abondent. Pour l'auteur de cet essai, l'avenir de nos sociétés passe pourtant par une citoyenneté active et réfléchie. Dans ce sens, le développement continu du potentiel individuel et collectif des populations devient une nécessité économique, sociale et culturelle. Et si on commence à reconnaître que les transgressions et les agressions du corps ont des conséquences souvent dramatiques, la question mérite également d'être posée à propos du parcours éducatif : qu'en est-il de l'intimité blessée des individus dépossédés de leur projet de vie ou des moyens de le réaliser ? Afin de mieux comprendre ce que signifie, pour nos sociétés, la construction continue de soi, Paul Bélanger passe en revue les théories, les pratiques et les politiques liées à l'éducation entendue dans son sens le plus large et montre, imposante documentation à l'appui, que la reconnaissance de l'intimité dans l'acte d'apprendre est, au sens fort du terme, un véritable enjeu social. Paul Bélanger est un spécialiste de l'éducation des adultes reconnu internationalement. Il est professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM.

  • Entièrement remanié et mis à jour, cet ouvrage s'intéresse d'abord à la microéconomie du travail et à la formation de l'emploi et des salaires dans une économie de marché. Il est donc question ici de l'offre et de la demande, de la théorie de la détermination de l'emploi, des incitations au travail et à l'effort, des imperfections de marché, des théories du salaire ainsi que du syndicalisme et de la négociation collective. L'auteur présente aussi les grands thèmes de la macro-économie et aborde des notions importantes comme le bien commun, l'efficacité, l'équité et la justice sociale, sans oublier l'analyse de l'efficacité gouvernementale en matière d'emploi et de répartition de revenus. La présente édition compte de nouvelles études de cas et des questionnaires permettant d'approfondir les sujets. Jean-Michel Cousineau est économiste et professeur titulaire à l'École de relations industrielles de l'Université de Montréal. Il a écrit de nombreux volumes et articles scientifiques en économie du travail et en politiques publiques.

  • De plus en plus, nos sociétés sont marquées par des bouleversements qui remettent en cause nos repères. Les phénomènes liés à la mondialisation, la multiplication des tentatives de démocratisation, les changements des formes de protection sociale ou la diversification des formes de participation politique nous obligent à nous interroger sur la pertinence des catégories d'analyse traditionnelles que sont l'État, le développement ou encore la démocratie. Comprendre, dans l'espace et dans le temps, les dynamiques des forces politiques, l'ampleur de leurs conséquences sur nos vies et les voies nouvelles dans lesquelles elles nous engagent, tels sont les enjeux de la politique comparée. Le livre fournit un panorama de ce champ transversal de la science politique, en montrant ses objets et ses approches théoriques. Dans cette optique, les auteurs se concentrent sur trois thématiques incontournables : - l'émergence de l'État moderne, ses institutions et les processus qui s'y sont élaborés ; - la problématique du développement et le changement politique ; - le débat sur la démocratie, la démocratisation et le rapport entre la démocratie et le développement. Mamoudou Gazibo est professeur titulaire au Département de science politique de l'Université de Montréal. Jane Jenson est professeure titulaire au Département de science politique de l'Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche en citoyenneté et en gouvernance. Elle est également boursière principale de l'Institut canadien de recherche avancée / Programme Bien-être collectif.

  • Un vieil adage, souvent repris, veut que « le droit mène à tout ». Si l'on peut déceler dans cette affirmation une certaine part d'exagération - après tout, le droit et la biologie moléculaire demeurent des disciplines bien distinctes -, une formation en droit ouvre en effet de nombreux horizons de carrière, en plus de contribuer à l'épanouissement intellectuel des personnes qui y ont accès. En outre, cette formation a parfois des effets secondaires, en façonnant la personnalité de celles et de ceux qui la suivent. Beaucoup de familles ou d'amis ont ainsi été surpris de constater les transformations, souvent pour le meilleur mais parfois pour le pire, que subissent les personnes qui étudient en droit : le scepticisme s'accroît, les exigences quant à la qualité des raisons données pour justifier telle ou telle action deviennent plus strictes, l'art de l'argumentation s'affine ; dans le pire scénario, l'égo enfle. Mais le propos de ce petit ouvrage n'est pas, tant s'en faut, de faire la psychanalyse de l'apprenti juriste ; il s'agit plutôt de se pencher sur ce que signifie, aujourd'hui, être juriste. Cela oblige à aborder la question de la formation de celles et de ceux qui aspirent à le devenir.

    Quel est le rôle, dans la Cité, des chercheurs, des intellectuels, des professeurs, des universitaires en général ? Qui sont-ils et que font-ils exactement ? Quel a été leur parcours intellectuel ? La collection « Profession » répond à ces questions.

    Jean-François Gaudreault-DesBiens et Marie-Claude Rigaud sont professeurs à la Faculté de droit de l'Université de Montréal.

  • Menées en contexte réel, les recherches qui visent à aider les praticiens et les organisations à résoudre des problèmes de gestion complexes dans un monde en pleine effervescence sont des outils précieux et de plus en plus incontournables. Mais pour générer des connaissances à la fois pertinentes sur le plan pratique et probantes sur le plan scientifique, le chercheur se doit de connaître et de maîtriser les diverses approches de recherche qualitatives en gestion. Cet ouvrage, unique en son genre en français, traite en profondeur des méthodes susceptibles de répondre aussi bien aux questions des étudiants que des chercheurs expérimentés face à un problème organisationnel. Il nourrira également la réflexion de ceux et celles qui travaillent dans le domaine plus général des sciences humaines et sociales. Paul Prévost est professeur émérite à la Faculté d'administration de l'Université de Sherbrooke ; il a été doyen et vice-doyen à l'enseignement et aux affaires internationales. Mario Roy est titulaire de la Chaire d'étude en organisation du travail (CÉOT) et professeur au Département de management et gestion des ressources humaines de l'Université de Sherbrooke. Avec la collaboration de Madeleine Audet, directrice du programme de DBA et professeure au Département de management et gestion des ressources humaines de l'Université de Sherbrooke, et Jean-François Lalonde, également professeur à cette même faculté.

  • On connaît « la Corriveau », sa légende sulfureuse, les grincements de sa cage et les exploits sanguinaires que lui attribue la tradition. Mais on connaît beaucoup moins les crimes illustres du « docteur l'Indienne » (1829), la terreur inégalée qu'ont semée à Québec les « brigands du Cap-Rouge » (1834-1837) et le meurtre inoubliable (1839) par lequel George Holmes a durablement ébranlé la société seigneuriale du xixe siècle.

    C'est l'histoire culturelle de ces figures marquantes, aujourd'hui méconnues mais longtemps obsédantes, que raconte ce livre. On y découvre un ensemble de biographies légendaires : interrogeant le processus par l'entremise duquel ces figures criminelles deviennent célèbres, Alex Gagnon analyse la généalogie de leurs représentations et met en lumière, autour de chacune d'elles, la cristallisation et l'évolution d'une mémoire collective. Au croisement entre le discours médiatique, la tradition orale et la littérature, l'imaginaire social fabrique, à partir de faits divers, de grandes figures antagoniques, incarnations du mal ou avatars du démon. La perspective est historique, l'analyse, littéraire et l'horizon, anthropologique. Toute société a ses crimes et criminels légendaires : entrer dans ce panthéon maudit, aller à la rencontre de cette communauté du dehors, c'est aussi éclairer et questionner la dynamique fondatrice de nos sociétés, qui produisent de la cohésion sociale en construisant des figures de l'ennemi et de la menace. En ce sens, cet ouvrage ne révèle pas seulement un pan inexploré de l'histoire et de la culture québécoises ; il poursuit, en s'appuyant sur des bases historiques concrètes, une réflexion générale sur ce que Cornelius Castoriadis appelait « l'institution de la société ».

    Docteur en littérature de l'Université de Montr.al, où il a aussi été chargé de cours, Alex Gagnon est chercheur postdoctoral à l'Université du Québec à Montréal. La communauté du dehors est son premier livre. Il publiera, en 2017 chez Del Busso éditeur, un recueil d'essais sur la société et la culture contemporaines tiré de ses interventions sur le blogue Littéraires après tout, auquel il collabore activement depuis 2010.

  • Située à l´intersection des sciences sociales, de la médecine, de la psychologie et du droit, la criminologie empirique fait l´étude scientifique du phénomène criminel. Depuis sa première édition en 1985, dirigée par Denis Szabo et Marc Le Blanc, ce traité se pose comme l´ouvrage de référence par -excellence de la discipline et rend compte de l´ensemble des approches de la criminologie empirique des cinquante dernières années. Cette nouvelle version porte la signature de plus de vingt chercheurs, dirigés par Marc Le Blanc et Maurice Cusson.
    Cette quatrième édition, publiée dans le cadre du 50e anniversaire de l´École de criminologie de l´Université de Montréal, explique les récents développements des divers domaines de la criminologie et propose des textes dans un ouvrage complètement restructuré.
    Marc Le Blanc est professeur émérite à l´École de criminologie et à l´École de psychoéducation de l´Université de Montréal. Maurice Cusson est directeur et professeur émérite à l´École de criminologie de l´Université de Montréal.
    Ont collaboré à cet ouvrage :
    Jean-Luc Bacher, Nathalie Beaulieu, Serge Brochu, Claire Chamberland, Gilles Côté, Marie-Marthe Cousineau, Anne Crocker, Fabienne Cusson, Chantal Fredette, Claudine Gagnon, Jean-Pierre Guay, Stéphane Guay, Mylène Jaccoud, Denis Lafortune, Nadine Lanctôt, André Normandeau, Marc Ouimet, Jean Proulx, Bastien Quirion, Catherine Rossi, Marc Tourigny, Marion Vacheret, Jo-Anne Wemmers.

  • De Jacques Ferron on connaît bien sûr les écrits (romans, contes, poèmes, pièces de théâtre) et les prises de position politique (Parti Rhinocéros). Dans cet ouvrage, Richard Patry a choisi d'étudier l'oeuvre de cette figure marquante du paysage littéraire québécois selon deux angles bien précis: le vocabulaire francisé et les écrits polémiques. Le premier, qui avant aujourd'hui n'a jamais fait l'objet d'une étude exhaustive, est ici analysé en détail (« Nouillorque » [New York], « chéquenne » [shake hand]), tant de façon quantitative que qualitative. Le second se présente sous forme d'études de cas et regroupe les écrits à caractère historico-politique et les essais moins connus de l'auteur.

  • De Jacques Ferron on connaît bien sûr les écrits (romans, contes, poèmes, pièces de théâtre) et les prises de position politique (Parti Rhinocéros). Dans cet ouvrage, Richard Patry a choisi d'étudier l'oeuvre de cette figure marquante du paysage littéraire québécois selon deux angles bien précis: le vocabulaire francisé et les écrits polémiques. Le premier, qui avant aujourd'hui n'a jamais fait l'objet d'une étude exhaustive, est ici analysé en détail (« Nouillorque » [New York], « chéquenne » [shake hand]), tant de façon quantitative que qualitative. Le second se présente sous forme d'études de cas et regroupe les écrits à caractère historico-politique et les essais moins connus de l'auteur.

empty