Yves Michel

  • Nouvelle mode pour bobo branche ? Parade à la crise ? Monopoly éthique ?
    En fait, plus qu'un effet de mode ou qu'un outil anti-crise, nous parlons d'un mouvement mondial, signe d'une incroyable transformation de la pensée humaine et de la société au plan

  • Un ouvrage accessible pour comprendre les enjeux de la mise en service d'une monnaie nationale complémentaire pour financer tout ce qui relève du Bien Commun (éducation, santé, justice, transition écologique etc).

  • Les femmes sont l'avenir créatif de l'entreprise ! La créativité est un moteur d'innovation essentiel aux entreprises. Anne Lang-Bringer et Rémi Saint-Péron la définissent et s'appuient sur leurs observations de la mixité afin de dénoncer les stéréotypes qui freinent l'élan créatif dans les entreprises. Comment dépasser la domination du rationnel, généralement associée au masculin ? Et pourquoi grâce aux femmes ? Parce qu'elles se servent spontanément de leurs qualités d'adaptation à un monde d'hommes, et ce depuis des millénaires ! Or, ces qualités favorisent l'émergence de la créativité !L'entreprise, qui est un monde d'hommes, obéit au principe masculin, le YANG. Il faut qu'elle puisse s'ouvrir davantage au principe féminin, le YIN.our innover et être créatifs, il faut les 2, du Yang ET du Yin. Cela suppose un changement de mentalité. Partant de cette idée, les auteurs ont créé le concept de Créamixité®, qui permet aux femmes et aux hommes de partager leurs qualités respectives, afin de vivre des relations d'équilibre dans le travail collectif et de mettre toute leur énergie créative au service de l'entreprise.

  • La Nef est une coopérative de finances solidaires largement atypique dans le paysage bancaire français, en raison de son exigence de transparence et de la finalité sociale, culturelle et écologique de son projet. Elle est devenue, au fil du temps, l'un des principaux acteurs de l'économie solidaire.

  • Le monde devient un camp planétaire, dans lequel une proportion de plus en plus grande de la population est enfermée, en raison de la raréfaction et du mauvais partage des ressources. La multiplication actuelle des camps de réfugiés est un des premiers signes de cette tendance. Que le monde tende à fonctionner selon la logique des camps est le dernier tabou. Un monde où les pratiques s'uniformisent. Un monde où les chefs de camp, pour assurer leur luxe, pillent et détruisent les ressources de la planète. Un camp planétaire où les conditions de vie se dégradent chaque jour un peu plus et où la survie de tous n'est pas l'objectif. Un sursaut est nécessaire pour éviter la soumission et démanteler le camp. Comment résister ? Sur quoi ne devons-nous pas transiger ? Comment rebâtir une société humaine ? L'auteur propose ainsi de se révolter de manière efficace et rebâtir ensemble une société d'humains selon nos propres règles. Pour cela, il invite à se construire de la manière suivante : vouloir être libre, refuser l'exclusion, raisonner notre consommation et notre production, éclairer nos peurs, mettre les experts au service des citoyens, participer aux lois et aux systèmes de régulation. Une invitation à reprendre le pouvoir.

  • "Il faut réduire la dette !". On crie à la faillite ! Tel un père qui demande instamment à ses enfants d'aller ranger leur chambre, notre gouvernement nous dit : "assez de cette gabegie ! il est temps de devenir sérieux, remettez vos prétentions sociales au tiroir, l'heure est au travail et aux économies".

  • Imaginez : Une idée simple, transposable aux autres pays du monde, qui permettrait de répondre de façon satisfaisante à l'immense défi humain et écologique de notre siècle, en proposant de nouvelles activités épanouissantes et socialement utiles, sans impôts supplémentaires, sans endettement et sans s'opposer aux intérêts en place... Impossible ?
    Si vous vous demandez comment nous dépêtrer de la contradiction qui prône d'un côté la croissance pour guérir l'économie et de l'autre la décroissance pour l'écologie ?
    Lisez ce livre : ce rêve est à portée de main, car "rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue" (Victor Hugo).

empty