Armand Colin

  • Pour permettre aux étudiants en DEUG, prépas et IUFM de s'initier à ce domaine de l'économie, préparer leurs exposés et leurs dossiers, réviser leurs partiels et leurs examens.

  • Pour permettre aux étudiants de DEUG, prépas et IUFM, de s'initier à la nouvelle monnaie européenne, préparer leurs dossiers et leurs exposés sur ce sujet, réviser leurs partiels et leurs examens.

  • Selon les indicateurs financiers habituels, Wall Street est actuellement plus « surévalué » qu'il ne l'a jamais été au cours des 150 dernières années. En septembre 1929, juste avant le krach boursier, le price-earning ratio de l'indice composite de Standard & Poor's, calculé sur la base de la moyenne mobile des gains sur les dix années précédentes, atteint la valeur record de 33, c'est-à-dire nettement plus que durant les deux autres pics des marchés boursiers du siècle dernier, en 1901 et 1966. Cet ouvrage : - montre que la Grande Dépression, qui commence en réalité fin 1930, est d'origine américaine. C'est la politique monétaire de la Réserve fédérale qui est largement responsable du déclenchement et de l'approfondissement de la crise ; - analyse l'extension mondiale de la tourmente qui est favorisée par des facteurs structurels spécifiques, en particulier, le régime de l'étalon-or ; - prouve que la Grande Dépression ne représente pas un retournement cyclique normal. Sa sévérité et sa durée extraordinaires sont clairement dues à ce que Schumpeter appelle des « circonstances adventices », des événements qui ne peuvent à l'évidence plus se reproduire. Même si les économistes sont sceptiques quant à la capacité des décideurs à retenir les leçons de l'histoire, la Réserve fédérale n'a pas commis les mêmes erreurs lors du krach d'octobre 1987. Il n'y a donc pas de raison objective pour qu'une correction boursière brutale à New York déclenche une récession profonde et durable.

  • La chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989 et de l'Empire soviétique en décembre 1991 a fait basculer le monde dans le XXIe siècle avec une décennie d'avance sur le calendrier. La fin du système des blocs et la disparition de l'ordre bipolaire issu de Yalta et de Potsdam annonçaient l'avènement d'un Nouvel Ordre international. Six ans après, l'après-Guerre froide se caractérise plutôt par un Grand Désordre international. Ce n'est pas la « fin de l'Histoire » (F. Fukuyama), mais celle d'une période de l'histoire des Relations entre les États. La bipolarité a cédé la place à un monde multipolaire en pleine mutation. Cet ouvrage clarifie et explique sous l'angle sociologique et juridique les problématiques de l'après-Guerre froide. Quels sont les caractères spécifiques de cette nouvelle ère ? Les crises et les conflits sont-ils de même nature que ceux qui opposaient les deux Supergrands pendant le conflit Est-Ouest ? L'ONU, réactivée par la disparition du veto soviétique, a-t-elle la capacité de prévenir, gérer et réguler les conflits ? Comment peut-on analyser la recomposition de l'espace européen, la réorganisation du système de sécurité occidental, les nouveaux rapports Est-Ouest et Nord-Sud ? Autant de questions posées par le nouvel environnement géopolitique et géostratégique sur lesquelles les étudiants des Facultés de Droit, de Lettres et des Instituts d'Études politiques trouveront des informations synthétiques et une grille de lecture qui leur permettra de comprendre le « grand village planétaire » privé de repères et de systèmes régulateurs, à la recherche d'un autre équilibre et d'une architecture globale pour relever les défis du XXIe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pour permettre aux étudiants en DEUG, prépas et IUFM de s'initier à ce domaine de l'économie, préparer leurs exposés et leurs dossiers, réviser leurs partiels et leurs examens.

empty