Champ social

  • Cet ouvrage de Sylvie Canat propose une lecture des troubles du comportement et du caractère et de ses expressions dans le lien éducatif et pédagogique. les enfants troublés demandent une attention très particulière car ce type de présence au monde et à l'institution déstabilise encore plus les professionnels que tout autre type de handicap. Quelles lectures institutionnelles et subjectives du trouble scolaire et psychique peuvent aider l'enseignant à comprendre et à installer une autre pratique? Quels besoins scolaires spécifiques et quelle attention particulière requièrent les enfants souffrant de troubles de comportement et du caractère?

  • C´est un fait de discours contemporain dont il convient de prendre la mesure : en ce début de XXIe siècle marqué par l´extension du libéralisme dans divers domaines de l´économie humaine, les ITEP accueilleraient des enfants de plus en plus difficiles. S´agit-il de nouveaux symptômes ? Ou l´expression symptomatique a-t-elle gagné en intensité ? Toujours est-il que ces enfants et ces adolescents présentent des troubles perturbant gravement leur socialisation et l´accès aux apprentissages. Ils tissent des liens où les conflits agis et le passage à l´acte témoignent d´un trouble dans les échanges symboliques, quand, en particulier, les paroles qui pourraient les arrêter se révèlent inefficientes. Comment, dans les ITEP, les éducateurs, enseignants et psy conjuguent-ils leurs interventions pour se faire partenaires de ceux qu´ils accompagnent et de leurs parents ? Quelles réponses nouvelles ont-ils à inventer, qui soient au plus près de la singularité de chacun de ces enfants et adolescents ? À nouvelles expressions symptomatiques, nouvelle clinique ? C´est à déployer ces questions et à travailler quelques éléments de réponses que les XIIes Journées d´étude, de recherche et de formation de l´AIRe ont convié près de 550 participants du 12 au 14 décembre 2007 à Nancy.

  • L´auteur en  s´appuyant sur son expérience et sa réflexion, nous propose un regard sur l´éducation et les phénomènes de violence. Pour lui l´éducation consiste à guider, à conduire vers un projet (de vie). C´est amener une personne de sa naissance (sociale) à son autonomie. Il s´agit de l´accompagner le chemin durant. Qui plus est, l´éducation, c´est aussi la sphère des valeurs, qui prend en compte toutes les virtualités de l´individu. Vers une pédagogie éducative ? Pédagogie (éducative) Martiale ! Il propose un gestion de la violence à travers l´enseignement et la pratique d´art martial.

  • « Il faut considérer la poésie comme un cadeau unique que reçoit celui à qui on la donne à entendre... La poésie aide à la construction d´une forme de pensée, d´une attitude générale face aux choses, face aux êtres. Heureuse la classe où l´enseignant

  • Fernand Oury (1920-1998) se pose en innovateur pédagogique original dès avant sa rencontre avec Célestin Freinet (1949), qui voit ses intuitions et expérimentations de jeune enseignant confirmées par les élaborations du fondateur de la pédagogie coopérative. La pédagogie frontale et sa concrétisation quasi-caricaturale dans l´organisation de l´école-caserne sont une impasse non seulement pédagogique mais anthropologique. Mais les pédagogies « libertaires » le sont tout autant, qui laissent la « liberté ensauvagée » à sa propre pente autodestructrice. Marqué dès les années 50 par les nouvelles voies de compréhension de la vie psychique ouvertes par la psychanalyse, il réélabore au profit de l´école les concepts et outils forgés par la psychothérapie institutionnelle (François Tosquelles, Jean Oury). De la collaboration avec son frère Jean et avec ses partenaires d´abord parisiens de l´École Moderne vont naître, avec Aïda Vasquez, Jacques Pain, Catherine Pochet et Françoise Thébaudin un ensemble d´oeuvres qui exposent les implications d´une nouvelle figure de l´« instituteur » : le créateur ou l´initiateur des « institutions », dispositifs d´articulation concrète du Désir avec la Loi.

empty