FeniXX réédition numérique (PIE)

  • Moderniser et démocratiser l'école, disent-ils... Est-il devenu moderne, au pays de l'école gratuite, laïque, obligatoire, de retrouver le taux d'analphabétisme des années 1870 ? Est-il devenu moderne de renvoyer des adolescents sans diplôme à l'exploitation, sous le nom « d'alternance école entreprise » ? Est-il devenu démocratique, dans un pays où, depuis un siècle, les instituteurs laïques ne relevaient plus « ni du maire, ni du château, ni du curé », de les rendre à la tutelle des notables et tyranneaux locaux, au moyen des « conseils d'écoles », de la décentralisation ? Les ouvriers, les enseignants, les militants laïques ont voulu, en 1981, préserver l'école publique de ses naufrageurs. Ils attendaient que soient abrogées les fameuses lois anti-laïques, anti-instruction de la Ve République : lois Haby, Debré, Guermeur... M. Chevènement (qui sait pourtant lire) a proclamé la loi Debré « profondément républicaine » ; M. Chevènement (qui sait écrire) a signé le décret d'achèvement des écoles normales d'instituteurs ; M. Chevènement (qui sait compter) a fermé 9 000 classes d'écoles publiques en un seul budget. Tous les décrets, depuis 1981, commencent par « Vu la loi du 11 juillet 1975 » : la loi Giscard-Haby... Des écoles à « projets éducatifs » différents, selon leur clientèle sociale ? L'inégalité devant l'instruction érigée en règle ? Ils ont poursuivi les contre-réformes de la droite, de la Ve République. Ils ont voté des budgets, des lois préparant le retour de la droite. Qui, désormais, défendra la laïcité de l'école, institution de la démocratie ? Qui dira la vérité sur les périls qui menacent une génération ? Quelle république sauvera l'école républicaine ?

empty