Les Presses de l'Université de Montréal

  • Cet ouvrage indispensable accompagnera les étudiants tout au long de leur parcours universitaire. Il propose un ensemble de méthodes simples et efficaces qui facilitent la rédaction d'un travail de recherche en sciences humaines, plus particulièrement (mais pas exclusivement) en musique, permettant ainsi de sur­monter les embûches conceptuelles, formelles et méthodologiques que rencontrent les auteurs de travaux d'étude et de recherche.

    Structuré en trois parties et foisonnant d'exemples, ce guide s'attache aux différents aspects du travail intellectuel et du métier d'étudiant. Du choix d'un sujet de recherche à sa documentation, sa rédaction et sa présentation, en passant par la préparation d'un exposé oral, les autrices démystifient avec humour et finesse l'ensemble du processus et contribuent à lutter - autant que faire se peut - contre l'angoisse de la page blanche chez les étudiants universitaires.

  • Existe-t-il une culture pédagogique partagée par les enseignants en management au-delà des particularités des contenus à enseigner, des formations disciplinaires et des contextes institutionnels? L'auteur de ce livre croit que oui, et il en retrace les fondements épistémologiques par une synthèse interprétative critique des livres et des articles les plus cités du domaine. Il propose des «conversations pédagogiques» novatrices et riches de possibilités en ce qui concerne l'enseignement et l'apprentissage de la gestion. De la nature des savoirs en passant par les modèles éducatifs de référence et les transformations des écoles de gestion, il met méthodiquement au jour une expertise particulière au management. Sa rigueur intellectuelle et la capacité qu'il a d'offrir une vision d'ensemble apportent à ce livre très bien documenté un éclairage nuancé sur une question somme toute assez peu analysée.

    Ces conversations s'adressent aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs en sciences de la gestion et de l'éducation, mais aussi aux conseillers et aux ingénieurs pédagogiques, directeurs de départements et de programmes et, enfin, aux gestionnaires universitaires ou en entreprise.

  • Qui peut dire ce que sera le paysage universitaire de demain ? Une chose est certaine : les Massive Online Open Courses, ou MOOCs, en feront partie. Encensés ou décriés, les cours en ligne ouverts et massifs - cette petite révolution dans le contexte en pleine ébullition de la transformation des universités - participent d'ores et déjà à la nouvelle configuration de l'enseignement supérieur.
    En replaçant ces cours dans l'histoire de l'enseignement, l'auteur évalue leur influence actuelle, future ou probable, sur les universités. Il montre en particulier que, loin d'étouffer les formations en présence d'un professeur en chair et en os, ils peuvent au contraire s'articuler avec celles-ci afin de les rendre plus personnalisées, plus séduisantes et surtout plus efficaces. Si ce phénomène touche avant tout l'enseignement, il est de plus en plus souvent associé à de nouvelles formes de recherche, dont la science participative n'est sans doute qu'une des illustrations.

    Après un doctorat en physique des particules au CERN et à l'Université de Genève (UNI GE), puis cinq années de recherche en neurosciences computationnelles en France, en Belgique et aux États-Unis, Pablo Achard est revenu à l'UNI GE en 2008. Au rectorat depuis 2009, il a successivement été responsable de plusieurs domaines dont la planification stratégique et prospective, l'évaluation de la recherche et la mise en place des MOOCs.

  • Être contemporain c'est, au premier chef, être de son temps (ou en avance sur lui) et produire une oeuvre qui puisse être reçue parmi celles qui constituent le coeur vivant de la période la plus actuelle. Cet ouvrage se penche sur la question du contemporain, aussi bien du point de vue du discours critique qui le définit que des pratiques littéraires qui s'y rattachent, en prenant pour objet le discours narratif tel qu'il s'est déployé au Québec et en France depuis le tournant des années 1980.

    Les auteurs rendent d'abord compte des thèmes et des mécanismes de valorisation qui marquent la critique littéraire, puis présentent des oeuvres qui exemplifient certaines concrétisations esthétiques et poétiques d'un nouvel art narratif. En se situant au confluent des réflexions françaises et québécoises, ils font dialoguer ces deux corpus et tentent de répondre aux questions suivantes : la notion de contemporain désigne-t-elle un même phénomène en France et au Québec ? Recoupe-t-elle la même réalité là-bas et ici ? Ces acceptions « nationales » se contaminent-elles, s'influencent-elles ? Entre vision panoramique et attention aux particularités des oeuvres, cet ouvrage soulève des points de contact et de divergence entre les deux littératures.

  • N´importe qui - à condition d´avoir du talent et un peu d´instinct - peut interroger une autre personne dans le but de diffuser une information. Mais si l´on fait de l´interview son métier, connaître les règles et les techniques fait la différence entre l´échec et la réussite.
    Ce livre s´adresse aux intervieweurs comme aux interviewés, aux professionnels comme aux étudiants, bref à tous ceux et celles qui entretiennent des liens avec les médias et l´information. Il expose des concepts et des procédés permettant de comprendre les mécanismes de l´interview à toutes ses étapes, de la recherche jusqu´à la conclusion. Intervieweur chevronné, Claude Sauvé illustre son propos d´exemples réels, tirés d´émissions d´information récentes, et tient compte des moyens les plus avancés du monde des communications.

    « Le présent ouvrage couvre très bien tout ce qui peut être appris. Claude Sauvé ne s´est pas assis sur ses lauriers ! » - Jacques Languirand Claude Sauvé enseigne le journalisme à l´Université de Montréal. Il a longtemps été journaliste à la radio et à la télévision de la Société Radio-Canada (SRC). Tour à tour rédacteur, reporter et animateur à des émissions quotidiennes et hebdomadaires, il a contribué à la formation de journalistes en techniques d´interview à la SRC et dans divers médias. Il a animé des cours de récit télévisuel à l´École des médias de l´Université du Québec à Montréal. Il a été lauréat du Prix Judith-Jasmin et boursier de la Fondation Asie-Pacifique.

  • Quand Richelieu fonda l´Académie française en 1635, il demanda aux membres de cette auguste assemblée de dicter le bel usage. Aujourd´hui, les lexicographes décrivent-ils le bon usage ou tout simplement l´usage ? Leur revient-il de définir la norme d´une langue ? Comment établissent-ils cette représentation de la langue qu´est le dictionnaire ? Ce texte qui décortique la pratique lexicographique et les défis des lexicographes montre comment le dictionnaire reste le radar de la langue puisque les lexicographes doivent observer les usages lexicaux et tenir compte à la fois du travail de leurs prédécesseurs, des auteurs, des journalistes et de l´émergence de nouveaux mots et de sens nouveaux.
    Marie-Éva de Villers est chercheuse agrégée à HEC Montréal. Elle a écrit notamment : Le multidictionnaire de la langue française (4e édition, 2003), La nouvelle grammaire en tableaux (4e édition, 2003), Le vif désir de durer. Illustration de la norme réelle du français québécois (2005).

  • Peu de rapport gouvernementaux ont provoqué autant de discussions et de controverses que le Rapport Parent. Ce dernier ne visait pas moins que de restructurer de fond en comble le système d´éducation québécois. L´intérêt que suscita la Commission royale d´enquête sur l´enseignement dans la province de Québec, oeuvrant entre 1961 et 1966, et la mise en place ultérieure d´une majeure partie de ses recommandations font en sorte que son rapport final, nommé d´après le président de la Commission, Mgr Alphonse-Marie Parent, constitue un des documents fondateurs de la société québécoise contemporaine.

    Cette anthologie révèle le travail complexe de la Commission et l´actualité de ses convictions même quarante ans après. Un choix judicieux, parmi le 1485 pages et les 576 recommandations de l´original, permet de saisir la nouvelle philosophie de l´éducation dont le souci principal était une démocratisation du système scolaire et universitaire. La Commission recommande non seulement la création de nouvelles institutions devenues depuis part entière de l´éducation québécoise, comme le ministère de l´Éducation ou le cégep, mais elle réclame aussi une uniformisation des droits d´accès à la formation et à l´éducation.

    Claude Corbo présente le Rapport Parent dans le contexte de l´époque. D´une façon succincte et précise, il retrace dans l´introduction l´arrière-plan du système de l´éducation avant la création de la Commission, sa mise en place ainsi que son fonctionnement et son impact. Les textes choisis, regroupés en 25 chapitres qui sont précédés chacun d´une note explicative, permettent de replonger dans les débats majeurs qui transformeront la société québécoise et dont les répercussions sont encore palpables.

    Claude Corbo est professeur de science politique à l'Université du Québec à Montréal, dont il a été recteur de 1986 à 1996. Il enseigne notamment l'histoire de la pensée politique.

  • Rares sont les sociétés contemporaines qui ne sont pas pluriculturelles et plurilingues, en raison notamment de l'émergence de l'anglais comme nouvelle lingua franca et de l'augmentation des flux migratoires des quarante dernières années. Dans un contexte de mutations sociales et économiques mondiales sans précédent, les défis posés par les politiques linguistiques et culturelles font désormais partie intégrante de notre quotidien. Mais quels sont leurs véritables enjeux - juridiques, politiques, culturels et symboliques - ainsi que leurs incidences sur l'éducation, la traduction ou les langues autochtones? Dans une perspective résolument interdisciplinaire, ce livre fait état de la recherche collective sur la question du plurilinguisme officiel dans plusieurs pays et de solutions concrètes à des problèmes communs. Sa pertinence et son originalité résident autant dans l'actualité que dans la ferme volonté de réfléchir aux réformes à envisager afin que chaque citoyen ait la possibilité, selon l'idéal de la diversité universelle prôné par l'UNESCO, de s'exprimer, d'apprendre et d'exercer ses droits civiques dans la langue de son choix.

  • Le livre Conçu pour sadresser aux professionnels en formation et aux cliniciens dexpérience, cet ouvrage, présenté en deux parties, porte sur les approches cliniques de la délinquance sexuelle des mineurs. La première partie traite dévaluation, la seconde de traitements: prévention, gestion des émotions, éducation, réinsertion sociale et rapports familiaux, entre autres sujets. Il sagit du premier tome du collectif.

    Les auteurs Emmanuel Aubert, Nathalie Auclair, Ian Barsetti, Stéphanie Blondeau, Carole Boucher, Julie Carpentier, Yves Claveau, Anne Dallaire, Martine Jacob, Benoît Leclerc, Denis Lafortune, Samuel Lemitre, Gina Madrigrano, Jean Proulx, Robert Quenneville, Véronique Sion et Monique Tardif, Marc Tourigny.

    Le public cible : les étudiants en criminologie, les professionnels en formation et les cliniciens dexpérience dans les disciplines en sciences humaines et de la santé qui sont rattachés à différents milieux de pratique.

  • Les grammaires du français recèlent tant de renseignements que l´on pourrait être tenté de croire que tout a été dit aujourd´hui des complexités de la langue. Or, fait étonnant révélé par trente années d´études générativistes, certaines constructions restent encore presque entièrement ignorées, voire absentes des grammaires actuelles.
    Constructions méconnues du français rassemble, pour la première fois, des faits de langage que les recherches en linguistique moderne ont permis de caractériser, de décrire et de découvrir. L´ouvrage, divisé en dix chapitres, présente de façon singulière dix de ces constructions du français, parmi lesquelles la négation de phrase, l´inversion du sujet et la syntaxe de « en ». Pour chaque construction présentée, les auteurs font état de ses propriétés, de son fonctionnement, des restrictions auxquelles elle est soumise et, le cas échéant, des liens qu´elle entretient avec d´autres constructions en apparence non reliées.
    Cet ouvrage est le parfait complément pour tout étudiant ou chercheur s´intéressant à la linguistique et à la traduction ou souhaitant parfaire sa compréhension de la langue et de la grammaire.
    Christine Tellier et Daniel Valois sont professeurs au Département de linguistique et de traduction de l´Université de Montréal.

  • Dans les sociétés démocratiques, les libertés fondamentales telles que la liberté de la presse et la liberté d´expression nous paraissent désormais assurées et bien protégées par des lois et des chartes de droits. Pourtant, avec la multiplication des médias de diffusion et de distribution dans les dernières décennies, ces acquis semblent être remis en question, ce qui soulève de vives inquiétudes.
    En effet, appartenant à un nombre de plus en plus réduit de conglomé rats, la plupart des médias - de la presse écrite à Internet - sont désormais soumis à la marchandisation et à l´homogénéisation des contenus.
    Dans cet ouvrage, on trouvera des analyses contrastées portant principalement sur les médias communautaires et une réflexion à la fois théorique et pratique sur les rapports entre médias et démocratie. Les auteurs, chercheurs et professionnels des médias, en appellent à une nécessaire vigilance pour que les médias demeurent un service public accessible à tous, permettant de tendre vers l´exercice de la démocratie.
    Isabelle Gusse est professeure au Département de science politique de l´Université du Québec à Montréal.

  • Quel est l'avenir de notre mémoire à l'ère du numérique ? Notre passé, revisité par la séquence binaire, est-il toujours intelligible ? Tout semble désormais accessible dans ce nouvel environnement technologique, mais cette disponibilité assure-t-elle une véritable compréhension des contenus anciens ?

    À partir d'un cas précis, celui de l'archive audiovisuelle diffusée sur la toile, Matteo Treleani pose une série de questions sur la mise en ligne de notre mémoire et la reconfiguration - ou recontextualisation - de celle-ci. Appuyé par une riche variété d'exemples parfois cocasses, il jette un regard critique sur la gestion du passé, qui relève autant de la philosophie que de l'histoire des médias et de l'archivistique.

  • Seize journalistes canadiennes, à l'été 1904, font le voyage en train pour visiter la Foire universelle de Saint-Louis. Au cours de ces dix jours riches en péripéties, elles fondent le Canadian Women's Press Club (CWPC), premier du genre au pays.
    S'appuyant sur des lettres et des entrevues, mais surtout sur les articles de journaux produits dans le sillage de l'événement, Linda Kay dresse un portrait saisissant de ces femmes qui avaient en commun de n'avoir que peu de droits civiques, et met en lumière les divergences culturelles entre les membres francophones et anglophones du groupe. À la faveur d'une analyse minutieuse des prises de position individuelles et des dynamiques collectives, elle évoque avec brio les luttes menées par ces femmes, et nous permet de mesurer l'ampleur du chemin parcouru.

    Linda Kay est professeure au Département de journalisme de l'Université Concordia.

  • Guy Taillefer est journaliste et éditorialiste à la section internationale du Devoir depuis la fin des années 1990. Il a passé cinq années en Inde où il a pu constater le dynamisme politique et l'énergie délirante de cette démocratie plus grande que nature. Dans ces chroniques au ton personnel et parfois incisif, il rend compte, entre autres choses, de l'avancée de la condition des femmes, de la grande liberté d'expression des Indiens et de la question du développement durable. Il raconte aussi l'état de délabrement du système de santé, l'obésité - cadeau des sauces au ghee autant que des pizzas de Domino et des poulets de Kentucky -, la pollution de l'eau, ou sa rareté, ou encore les centaines de milliers de waste pickers et de junk dealers, humains bas de gamme dans le système de castes toujours en vigueur dans une Inde qui évolue entre tradition et modernité.

  • Concevoir la question des drogues illicites en dehors de leur contexte criminel est difficile. Certaines questions reviennent immanquablement: prendre de la drogue pousse-t-il vraiment à la délinquance? Existe-t-il des drogues aux propriétés criminogènes ? Pourquoi un toxicomane se tourne-t-il vers la criminalité ? Quelles sont les meilleures façons d'intervenir auprès des personnes qui ont de graves problèmes de consommation?
    Cette troisième édition présente la relation complexe entre drogue et criminalité, évitant les énoncés sommaires qui voudraient que l'usage de substances psychoactives mène nécessairement au crime. Elle met ainsi en lumière les contextes politiques et légaux liés aux drogues et fait une synthèse exceptionnelle des résultats de la recherche des vingt dernières années. Les auteurs rendent compte de l'importance accrue qu'on accorde désormais aux usagers de drogues illicites ainsi qu'aux personnes dépendantes et ils décrivent les différentes formes d'aide qui leur sont proposées.

    Serge Brochu, Ph. D. psychologie, est professeur titulaire à l'École de criminologie de l'Université de Montréal et président honoraire de la Société internationale de criminologie de même que président de l'Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ). Il est chercheur régulier au Groupe de recherche et intervention sur les substances psychoactives-Québec (RISQ) et au Centre international de criminologie comparée (CICC). Il est le directeur scientifique de l'Institut universitaire sur les dépendances (IUD).
    Natacha Brunelle, Ph.D. criminologie, est professeure titulaire au Département de psychoéducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les trajectoires d'usage de drogues et les problématiques associées. Elle est chercheuse régulière au RISQ, au CICC, ainsi qu'à IUD.
    Chantal Plourde, Ph.D. criminologie, est professeure titulaire au Département de psychoéducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières et chercheuse régulière au RISQ et au CICC. Elle dirige également l'antenne UQTR du CICC.

empty