Presses de l'Université du Québec

  • La mondialisation est une notion théorique et une réalité, celle de l'après-guerre froide. Elle domine à la fois une grande partie des analyses en sciences sociales et les rapports économiques et politiques qui se tissent continuellement entre ses principaux acteurs, comme les États, les firmes multinationales et les organisations internationales. Malgré cette domination, jamais la mondialisation n'a été aussi sévèrement critiquée - souvent par les pays riches, les mêmes qui, a priori, devaient en retirer le plus de bénéfices. Elle a créé de vastes inégalités et des maux qui nous imposent la réflexion sur la conceptualisation de ce phénomène qui est toujours difficile à cerner.

    Le présent ouvrage rassemble les contributions de chercheurs du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) portant sur la mondialisation et trois de ses enjeux : le commerce, l'investissement et le travail. Il se présente comme un bilan des recherches des auteurs, mais aussi comme un outil visant à inciter et à faciliter l'établissement de liens de complémentarité entre les nombreuses études faites sur le sujet. La mondialisation est une réalité dont l'essence est globale. De son analyse effectuée dans cet ouvrage se dégagent de multiples liens interdisciplinaires.

    Éric Boulanger est codirecteur de l'Observatoire de l'Asie de l'Est (OAE) et chargé de cours en politique asiatique et en relations internationales au Département de science politique de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Il se spécialise dans l'économie politique asiatique et la politique intérieure et étrangère du Japon.

    Éric Mottet est professeur de géopolitique au Département de géographie de l'UQAM, codirecteur de l'OAE et directeur adjoint du Conseil québécois d'études géopolitiques. Ses recherches portent principalement sur les concepts, les méthodes et les outils de la géopolitique ainsi que sur les dynamiques géopolitiques en Asie du Sud-Est et de l'Est.

    Michèle Rioux est professeure titulaire au Département de science politique de l'UQAM et, depuis octobre 2011, directrice du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM). Elle s'intéresse, notamment, aux organisations internationales et à la gouvernance globale, aux firmes transnationales, à la concurrence, à la société de l'information, au régionalisme et à l'intégration économique.

  • Pour plusieurs individus, les symptômes liés au trouble de déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH) persistent à l'âge adulte, entraînant d'importantes atteintes fonctionnelles. L'un des obstacles majeurs au bon fonctionnement des adultes ayant un TDAH est que, bien qu'ils sachent ce qu'ils ont à faire, ils arrivent difficilement à se mettre en action. Cette difficulté a des répercussions sur plusieurs sphères de leur vie et affecte leur aptitude à trouver l'aide dont ils ont besoin au quotidien et à utiliser les stratégies proposées dans les manuels et les thérapies psychosociales.

    Spécialistes de l'évaluation et du traitement des adultes vivant avec un TDAH, les auteurs du présent ouvrage sont des figures de proue du développement des soins psychosociaux adaptés à ce groupe de patients. Mieux vivre avec le TDAH à l'âge adulte fournit, sous la forme d'un guide, des stratégies efficaces à appliquer dans la vie de tous les jours, par soi-même ou avec l'accompagnement d'un praticien. Les auteurs y traitent, entre autres, des défis liés à certains contextes (travail, école, etc.), à la santé ainsi qu'à l'hygiène de vie, et démystifient le traitement pharmacologique.

    J. Russell Ramsay, Ph. D., est cofondateur et codirecteur du programme de recherche et de traitement du TDAH chez l'adulte et professeur agrégé de psychologie clinique au Département de psychiatrie de l'École de médecine Perelman à l'Université de Pennsylvanie. Il copréside également la commission professionnelle consultative de l'Attention Deficit Disorder Association.

    Anthony L. Rostain, M. D., est cofondateur et codirecteur du programme de recherche et de traitement du TDAH chez l'adulte et professeur titulaire de psychiatrie et de pédiatrie à l'École de médecine Perelman à l'Université de Pennsylvanie, où il est aussi directeur de l'enseignement au Département de psychiatrie. Il est le président de l'American Professional Society of ADHD and Related Disorders.

  • Le présent ouvrage traite de l'analyse réflexive en éducation.Il s'adresse principalement aux professeurs et aux enseignants qui oeuvrent en formation professionnelle et technique, ainsi qu'à ceux qui se dirigent vers ce domaine d'enseignement. En outre, les étudiants actuellement inscrits dans un de ces programmes y trouveront leur compte, puisque la réalisation de ce livre s'inscrit dans une volonté de les sensibiliser à l'analyse réflexive en leur proposant des textes accessibles en lien direct avec leur cheminement.

    L'analyse réflexive en enseignement professionnel et technique met en lumière le fait que les enseignants sont profondément habités par la nécessité de penser et de réfléchir à leur propre pratique pédagogique. Ce livre répond à un besoin maintes fois répété et ouvre la voie à une meilleure compréhension des enjeux propres à la formation professionnelle et technique, ainsi qu'à la manière dont l'analyse réflexive contribue à faire progresser ce secteur essentiel au développement socioéconomique du Québec.

    Alliant théorie et pratique, les différents chapitres contiennent des témoignages d'enseignants, de futurs enseignants et de praticiens. Ils tentent de répondre à des questions fréquemment soulevées par les acteurs de ce milieu et proposent des réflexions issues du travail de reconnaissance des acquis disciplinaires spécifiques à ce type de formation.

    Sylvain Beaupré a été responsable du programme de la formation professionnelle à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. La méthodologie qualitative et l'étude du monde du travail figurent parmi ses intérêts de recherche.

    Julie Lefebvre est professeure au Département d'éducation et formation spécialisées à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Spécialiste de l'initiation à la profession enseignante, elle s'intéresse au développement de la pratique réflexive.

    Yves de Champlain est professeur au baccalauréat d'enseignement en formation professionnelle et technique à l'UQAM. Il se spécialise en explicitation des savoirs pratiques et en reconnaissance des acquis de l'expérience.

  • Attendez-vous à la dernière minute pour effectuer vos travaux scolaires?

    Passez-vous trop de temps à visionner des téléséries ou à naviguer sur les réseaux sociaux au point où cela nuit à vos études?

    Avez-vous tendance à vous dire: «je serai plus en forme demain»?

    Si vous avez répondu par l'affirmative à l'une de ces questions, vous faites peut-être partie d'une majorité d'étudiants qui a une difficulté de procrastination, c'est-à-dire qui repousse inutilement les travaux au lendemain.

    Écrit sur un ton humoristique et chaleureux par trois experts en psychologie, ce guide pratique s'adresse aux étudiants de niveau collégial et universitaire ainsi qu'aux intervenants qui gravitent autour d'eux. Il propose une approche innovante et concrète basée sur les plus récentes découvertes scientifiques : la thérapie d'acceptation et d'engagement ou « ACT ».

    Ce guide vous apprendra à :
    · Découvrir vos valeurs et réfléchir sur vos objectifs de vie.
    · Vous défaire de l'emprise de certaines pensées négatives.
    · Mieux accepter les ressentis difficiles reliés aux études.
    · Vous ancrer dans le moment présent, notamment grâce à la méditation de pleine conscience.
    · Passer à l'action pour atteindre vos buts et persévérer dans l'adversité.

    Frédérick Dionne est titulaire d'un doctorat en psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Psychologue clinicien et professeur-chercheur au Département de psychologie à cette même université, il est également formateur ACT reconnu par l'Association pour une science contextuelle et comportementale (ACBS); chercheur régulier au Groupe de Recherche et d'Intervention sur la Présence Attentive (GRIPA); directeur de l'Institut de formation en thérapie comportementale et cognitive (IFTCC) et auteur du livre Libérez-vous de la douleur par la méditation et l'ACT aux Éditions Payot. Ses intérêts de recherche portent entre autres sur la thérapie d'acceptation et d'engagement, la pleine conscience et la procrastination académique.

    Joël Gagnon est titulaire d'un doctorat en psychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Sa thèse doctorale portait sur les bienfaits des actions engagées comme facteur de protection des comportements de procrastination chez les étudiants universitaires. Il effectue actuellement un stage postdoctoral à l'Université Laval dans le domaine de la santé connectée. Ses intérêts de recherche portent entre autres sur la mesure et l'évaluation de phénomènes psychologiques, l'étude des facteurs de risque et de protection à la persévérance scolaire ainsi que l'utilisation des nouvelles technologies pour améliorer la qualité et l'efficacité des services offerts aux étudiants.

    Guillaume Raymond est professeur au Département de psychologie du Cégep Marie-Victorin et doctorant en psychologie clinique, profil recherche et intervention à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Sa thèse doctorale porte sur l'évaluation d'un programme d'intervention autoadministré basé sur le Web pour diminuer la procrastination scolaire et favoriser l'engagement scolaire.

  • Qu'est-ce que l'éducation non formelle (ENF) ? Cet ouvrage permet de le découvrir et de comprendre en quoi l'ENF se distingue de l'enseignement scolaire officiel dans les domaines de la culture et de l'éducation.

    L'éducation non formelle prend la forme d'actes volontaires effectués dans la période de loisirs, sans programme imposé et sans contrôle ni évaluation. Elle est un irremplaçable moyen d'enrichissement intellectuel et affectif chez les individus et les groupes sociaux. Elle couvre un secteur extrêmement large et dispose de moyens remar­quables, tels ceux des industries culturelles, ce qui permet au livre, au cinéma, à la télévision, aux musées et bien sûr au réseau Internet de toucher une masse considérable de personnes et d'exercer, parfois implicitement, un effet continu d'acculturation.

    Ce volume, rédigé par des chercheurs en communication, s'adresse aux professionnels de l'éducation non formelle et notamment à ceux de la médiation, aux ensei­gnants, aux amateurs autodidactes et aux spécialistes de la pédagogie. Premier ouvrage en français sur le sujet, il ouvre de nouvelles voies de réflexion aux étudiants et aux chercheurs.

  • Depuis quelques années, un nombre croissant de chercheurs en neuro­sciences et en éducation s'intéressent à la neuroéducation, un domaine de recherche en émergence qui étudie les relations entre le cerveau, l'apprentissage et l'enseignement. Cependant, ces chercheurs sont souvent freinés par le fait qu'un projet de recherche en neuroéducation nécessite une expertise à la fois en neurosciences et en pédagogie. Fruit d'une collaboration entre deux laboratoires de recherche, l'un consacré à l'éducation et l'autre aux neurosciences, le présent ouvrage a pour objectif de guider le chercheur et l'étudiant-chercheur à travers le processus d'une recherche en neuro­éducation. Le chercheur en éducation y trouvera de l'information technique (concernant notamment l'utilisation de l'imagerie cérébrale), et le chercheur en neurosciences y trouvera quant à lui des points de repère pédagogiques (lui permettant entre autres de comprendre comment les techniques des neurosciences peuvent s'appliquer à la résolution des problèmes de recherche liés à l'éducation).

  • La transition de la formation initiale à l'insertion professionnelle s'inscrit dans le continuum du développement professionnel des enseignants. Or, trop souvent, le manque de continuité entre ces deux phases rend difficile le processus de transformation identitaire qui permet de se sentir plus à l'aise dans la profession. D'année en année, les enseignants débutants se disent peu préparés à la vie réelle en classe et à l'intégration au système scolaire dans le cadre de leur formation initiale, qui se déroule alternati­ve­ment à l'université ou en haute école pédagogique et dans le milieu scolaire.

    Le présent livre plaide en faveur du renforcement d'activités préparatoires à l'insertion professionnelle en enseignement. Les auteurs se penchent sur les enjeux de la préparation et sur les actions initiées par les universités et par le milieu scolaire pour faciliter le passage du statut d'étudiant à celui d'enseignant. Cet ouvrage collectif aborde les thèmes suivants : les besoins des futurs enseignants quant à leur préparation à l'insertion professionnelle, les acteurs de cette préparation ainsi que les dispositifs formels et informels qui mènent à une insertion ­professionnelle harmonieuse.

  • Les usages du numérique à l'école sont diversifiés. Si certains de ces usages n'apportent pas de plus-values pédagogiques, d'autres permettent aux élèves de s'engager dans des processus de cocréation. Le présent ouvrage apporte un éclairage sur les approches créatives du numérique en enseignement et sur leur potentiel et leur contribution à l'éducation personnelle, sociale et professionnelle des citoyens du XXIe siècle.

    Par une approche critique, cet ouvrage analyse les enjeux éducatifs du numérique, en tenant compte de sa complexité, de l'interdisciplinarité de ses apports et des compétences dites « du XXIe siècle ». Parmi ces com­pétences, la créativité et la résolution collaborative de problème sont présentées de manière plus approfondie à partir d'exemples de défis technocréatifs ludiques qui favorisent l'engagement des apprenants. Les auteurs abordent également différentes approches des usages créatifs du numérique, de l'apprentissage par les jeux à la robotique pédagogique en passant par les approches liées aux laboratoires de création numérique. Enfin, ils se penchent sur la mise en oeuvre des compétences numériques des enseignants et d'un leadership pouvant favoriser l'intégration des usages créatifs du numérique dans l'ensei­gnement. Tout au long du livre sont présentés des témoignages qui illustrent de manière concrète les différentes idées pédagogiques étudiées. Ces idées pratiques sont le résultat de recherches visant à fournir des outils aux différents acteurs de l'éducation du XXIe siècle : super-héros enseignants et parents, sans oublier les conseillers pédagogiques et les décideurs politiques.

  • La nécessité pour les organisations de définir des terrains d'entente avec les groupes, les organismes et les individus qui peuplent leur environnement est aujourd'hui devenue très évidente. Ce domaine d'expertise est celui des relations publiques. Le présent essai est le premier qui, en français, fait le pont entre les prescriptions de la théorie et les réalités de la pratique en relations publiques. Il jette les bases d'une vision - voire d'une philosophie - moderne de cette sphère.

    L'auteur explore la définition même des relations publiques, énumère les types de pratiques dans ce champ et la relation ambiguë qu'il entretient avec le marketing. À partir d'un portrait de l'évolution de l'importance des relations publiques depuis un siècle, puis des obligations éthiques et professionnelles inhérentes à cette profession en émergence, il soutient qu'il n'existe pas de relations publiques efficaces qui ne soient éthiques. La dernière partie de ce livre se penche sur la relation aussi essentielle que difficile entre les relationnistes et les journalistes. L'auteur conclut avec un appel aux relationnistes afin qu'ils prennent leur place dans un contexte où les relations publiques sont plus nécessaires que jamais.

    Cet ouvrage saura intéresser les relationnistes, les universitaires et les étudiants de toute la francophonie.

    Au fil de quelque 40 années de pratique, Guy Versailles, ARP, FSCRP, a développé une expertise en stratégie et planification des relations publiques et des communications. Il a travaillé comme secrétaire de presse et chef de cabinet pour différents ministres du gouvernement du Québec, a été responsable des relations de presse et de la gestion des communications de crise à Hydro-Québec, de même que vice-président Affaires publiques et membre du comité de direction au Fonds de solidarité FTQ. Il a également été président du conseil d'administration de Relations publiques sans frontières. Il agit actuellement à titre de consultant. En 2011, il a reçu le prix Yves Saint-Amant, la plus haute distinction décernée par la Société québécoise des professionnels en relations publiques.

  • Devant le foisonnement de nouvelles approches pédagogiques, des besoins des apprenants et de l'intégration des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans le contexte postsecondaire (cégep et université), une question demeure : en quoi et comment l'hybridité d'une formation améliore l'apprentissage? Cet ouvrage présente un état des lieux sur la formation à distance (FAD) et, plus spécifiquement, sur l'hybridité de celle-ci du point de vue de la recherche en contexte postsecondaire. Que ce soit de la formation bimodale, comodale ou autre, la multiplicité des combinaisons possibles en « mode hybride » appelle à une planification pédagogique réfléchie et systémique.

    Ce livre rassemble des textes de professeurs, chargés de cours, conseillers pédagogiques et autres professionnels de l'éducation, dont certains textes sont issus d'une collecte de données ou encore d'expérimentations appuyées par des références scientifiques et de données probantes. On y présente des conditions à mettre en place pour favoriser le développement de cours hybrides dans un programme de formation en enseignement supérieur, des modalités d'une formation hybride en recherche qui favorise le développement professionnel des enseignants au postsecondaire ou encore l'application de la comodalité pour vivre une expérience universitaire hybride.

    France Lafleur est titulaire d'un doctorat en formation à distance de l'Université de Sherbrooke. Dans le cadre de ses fonctions de professeure au Département des sciences de l'éducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), ses travaux de recherche portent notamment sur le numérique et le développement de la technopédagogie des formateurs en enseignement supérieur.

    Ghislain Samson est titulaire d'un doctorat en didactique des sciences au secondaire de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Après avoir occupé les fonctions de professeur au au Département de pédagogie de l'Université de Sherbrooke (2004-2008), puis au Département des sciences de l'éducation de l'UQTR (2008-2017), il occupe actuellement le poste de doyen de la gestion académique des affaires professorales à l'UQTR.

    Avec la collaboration de Marie Alexandre, Dominique Amyot, Jean Bernatchez, Fabrice Bouquet, Marc Briot, Marie-Noël Bêty, Caroline Cormier, Hédia El Ourabi, Thierry Eude, Vincent Grenon, Julie Houle, France Lafleur, William Menvielle, Claire Moreau, Josyane Pinard, Anne-Dominique Salamin, Ghislain Samson, Bruno Voisard, Saïd Zouiten.

  • L'analyse des données textuelles (ADT) permet d'explorer et de visualiser les recueils de textes les plus divers : oeuvres littéraires, transcriptions d'entretien, discours politiques, dossiers de presse, documents d'archives, enquêtes en ligne avec questions ouvertes, fichiers de réclamations, sondages de satisfaction. Le présent ouvrage procède à une présentation rigoureuse des méthodes de l'ADT, qui combinent statistique exploratoire, visualisations, procédures de validation quantitative et approche qualitative (retour au texte). Plaçant le texte au centre de l'analyse, l'ADT répond pleinement aux attentes des humanités numériques. Plusieurs niveaux de lecture sont possibles : les développements plus techniques paraissent dans des encadrés, tandis que des programmes illustratifs simples (en Python et R) sont donnés en annexe. Le propos est systématiquement illustré par des applications concrètes issues de corpus variés (données d'enquête, romans, discours politiques) et réalisées avec des logiciels en libre accès.

    Ludovic Lebart, ex-directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est statisticien et enseignant- chercheur à Télécom ParisTech. Ses sujets de recherche sont la statistique multi­dimensionnelle, la qualité des enquêtes socio- économiques, l'inférence statistique en analyse des données et les logiciels d'analyse des données qualitatives et textuelles. Il est l'auteur de nombreux livres sur ces thèmes traduits en plusieurs langues.

    Bénédicte Pincemin est chargée de recherche en linguistique au CNRS, au sein de l'Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités de l'École normale supérieure de Lyon. Elle est membre du projet Textométrie, qui développe le logiciel TXM. Ses travaux portent sur la modélisation de la textualité et de l'activité interprétative pour l'analyse sémantique de corpus.

    Céline Poudat est linguiste et maître de conférences en analyse du discours à l'Université Côte d'Azur à Nice. Elle étudie les typologies textuelles et les genres de la communication médiée par les réseaux, qu'elle explore avec les méthodes de l'analyse de données textuelles et de la linguistique de corpus. Elle codirige le consortium national français Corpus, Langues et Interactions.

  • Devant les nombreux changements qui touchent l'école, le rôle de la direction d'établissement se complexifie. Simultanément, le nombre de problèmes éthiques vécus dans les milieux scolaires s'accroît, et il devient nécessaire que les directions d'établissement développent leur agir éthique pour faire face à ces nouveaux défis. Le développement de l'agir éthique ne s'effectue cependant pas de manière spontanée ; il est plutôt le fruit d'une pratique réflexive. Il est donc souhaitable d'accompagner et de guider les professionnels dans ce processus afin d'éviter qu'ils évoluent seuls dans un contexte instable et dans des situations habitées d'enjeux éthiques parfois difficiles à cerner.

    Le présent ouvrage propose des idées de formation conçues à la suite de diverses recherches menées au cours de la dernière décennie auprès de professionnels de l'éducation. L'auteure souhaite aider la direction d'établissement scolaire à développer son agir éthique, et ce, en abordant différents angles : l'introduction à des fondements théoriques en éthique, la mise en évidence de quelques enjeux dominants actuels dans les écoles afin de mieux circonscrire la source de certains problèmes éthiques ainsi que la présentation de stratégies et d'outils à utiliser dans la formation et dans la pratique.

  • L'encadrement des étudiants aux cycles supérieurs fait partie des tâches des professeurs universitaires. Le fait d'avoir soi-même réussi une maîtrise ou un doctorat ne prépare cependant pas nécessairement ces derniers à accompagner des étudiants qui entreprennent de telles études. Les directeurs de recherche ont souvent à faire face à des difficultés qui dépassent largement les expériences qu'ils ont eux-mêmes vécues ou pour lesquelles ils ont été formés.

    Encadrer aux cycles supérieurs: étapes, problèmes et interventions expose ces situations et les contextes qui les provoquent. L'ouvrage décrit les étapes du processus d'accompagnement - du premier contact avec l'étudiant jusqu'au dépôt du mémoire ou de la thèse -, les problèmes liés à chaque étape et les façons de les éviter, de les contourner ou de les résoudre. Des anecdotes et des cas concrets illustrent les propos de l'auteur. L'ouvrage aborde aussi les relations entre le directeur et l'étudiant, prônant des rencontres de travail les plus profitables possible. Il s'agit là d'un sujet jusqu'à maintenant peu discuté de manière explicite parce que la relation d'encadrement est souvent perçue comme étant de nature privée entre le directeur et l'étudiant - dimension qui peut aussi présenter son lot de difficultés.

    Cet ouvrage sera utile à tous les professeurs universitaires, mais il intéressera aussi les professionnels et les cadres universitaires qui désirent comprendre les difficultés inhérentes au processus de formation et d'encadrement aux cycles supérieurs.

  • Ce collectif vise à présenter des expériences d´échanges de connaissances menées au Québec par des chercheurs et des praticiens de la petite enfance et issus de divers contextes éducatifs, tels que des services de garde, des écoles, des milieux communautaires et des services sociaux.

  • L'éducation n'est pas une activité circonscrite aux institutions scolaires. La famille, tout comme les maisons des jeunes, les écoles d'arts et les équipes sportives, sont tous des milieux de développement personnel et social pour l'apprenant. La présence et l'essor de ces communautés d'apprentissage et des nouvelles configurations éducatives qui en découlent, notamment sur le plan virtuel avec les blogues et les forums de discussion, bouleversent les modèles éducatifs traditionnels. La coéducation, qui cherche à dépasser la stricte relation duale avec l'éduqué en mobilisant différents porteurs de savoirs dans des contextes variés, est-elle un modèle prometteur? Si chaque éducateur peut se nourrir de l'apport des autres acteurs impliqués dans cet espace éducatif partagé, la démultiplication des approches et des intervenants comporte des risques, dont celui de noyer les élèves dans un flot d'informations anomiques. Ce sont donc les tenants et aboutissants de cette co-intervention complexe qu'éclaircissent pour nous les auteurs de ce livre.

  • Cette introduction aux perspectives critiques présente un large éventail d'approches théoriques élaborées en sciences sociales ou en philosophie, allant du XVIIIe siècle, avec la philosophie critique de Kant, jusqu'aux développements les plus contemporains en économie critique de la communication, en études de genre ou encore en philosophie sociale, en passant par Marx, Engels, Foucault, Habermas, Bourdieu et Honneth pour ne nommer que ces derniers. Ces approches accordent toutes une place centrale à l'analyse des pathologies sociales, que ce soit les inégalités économiques, les phénomènes de domination coloniale ou postcoloniale, la privation des droits politiques, le mépris à l'endroit des minorités culturelles, les maux du travail, les rapports de pouvoir de genre ou la surveillance de masse. Elles sont abordées ici par une quinzaine d'auteurs comme autant de ressources conceptuelles pour appréhender des objets de recherche communicationnels comme le journalisme, la propagande politique, la publicité politique, les médias sociaux, les industries culturelles ou les relations publiques.

    De quoi parle le théoricien critique ? Quelles sont les finalités des perspectives critiques ? Quels phénomènes sociaux, culturels, politiques ou économiques retiennent l'attention des chercheurs critiques ? Quelles sont les limites de ces approches ? Quelles formes prennent-elles ? Résolument pédagogique, cet ouvrage se donne pour triple objectif de contextualiser des constructions conceptuelles a priori peu accessibles, de les exposer clairement afin d'en faciliter l'appropriation, mais aussi de démontrer leur pertinence pour la réalisation de recherches empiriques dans le domaine de la communication.

  • Le présent ouvrage s'attache à examiner les tendances communicationnelles à l'ère des bad buzz, des situations de communication sensible et des polémiques dans les médias socionumériques. L'auteur analyse les facteurs déclencheurs de ces crises de même que leurs foyers de développement et leurs mécanismes de diffusion. Il étudie également les stratégies de réaction que les entreprises élaborent pour y faire face. Quelles erreurs ces organisations ont-elles commises, et quels échecs ont-elles subis? Quelles ont été les pratiques et les approches optimales? Le livre, in fine, offre une réflexion sur ce qu'est la rhétorique du Web social.

  • Dans un contexte médiatique hybride, où cohabitent les médias traditionnels et numériques, l'accélération du rythme de production et de diffusion de l'information impose une forte pression sur les gouvernements aux prises avec une crise politique. Pour arriver à coordonner leurs messages et à imposer des cadres d'interprétation, les partis politiques québécois au pouvoir opèrent depuis 15 ans une centralisation de la gestion stratégique de leurs communications. Cette transformation de la communication gouvernementale, désormais ancrée dans un esprit de campagne permanente et pilotée par le Bureau du premier ministre au sein du ministère du Conseil exécutif, vise, entre autres, à mieux gérer les crises en recourant aux ressources de l'administration publique.

    Les auteurs du présent ouvrage se demandent si, dans ce contexte médiatique où domine la pression de l'instantanéité de l'information, il est toujours judicieux pour un gouvernement de réagir rapidement à une crise communicationnelle. Ils analysent trois cas de gestion de crises gouvernementales qui ont été largement médiatisées et qui ont marqué les dernières années au Québec : l'adoption de la loi 78 dans le cadre du conflit étudiant de 2012, le déraillement ferroviaire de Lac-Mégantic en 2013, et les événements menant à la démission de l'ancien ministre Yves Bolduc en 2015. Ce livre montre que la centralisation des opérations communicationnelles ne permet pas d'endiguer tous les types de crises gouvernementales et révèle également une participation asymétrique de l'administration publique lorsqu'une crise ébranle un gouvernement.

    Véronique Prince détient une maîtrise en science politique de l'Université Laval. Journaliste depuis 15 ans, elle est correspondante parlementaire à l'Assemblée nationale du Québec depuis 2013. Elle s'est jointe en 2017 au bureau de la Société Radio-Canada de l'Assemblée nationale et a assumé en 2018-2019 la présidence de la Tribune de la presse du Parlement du Québec.

    Thierry Giasson est professeur titulaire et directeur du Département de science politique de l'Université Laval. Il est le chercheur principal du Groupe de recherche en communication politique et membre du Centre pour l'étude de la citoyenneté démocratique. Ses recherches portent sur les modes numériques de communication politique, les transformations du journalisme, l'amplification médiatique et l'incidence des pratiques de marketing politique et électoral sur la vie démocratique.

  • La formation et l'insertion professionnelle des nouveaux enseignants donne naissance à de nouveaux enjeux : la distribution des responsabilités de la formation de la relève enseignante entre l'université et les acteurs de terrain; la professionnalisation des enseignants associés et des superviseurs; les changements identitaires entraînés par les «nouveaux» métiers d'accompagnement; les relations entre théories et pratiques; et le paradoxe entre l'évaluation contrôle et l'évaluation formatrice.

  • L'adaptation des institutions scolaires aux technologies appliquées à la communication et à l'apprentissage passe obligatoirement par une redéfinition de la littératie. Les auteurs du présent ouvrage ont formalisé les finalités de la littératie contemporaine à partir d'une position épistémologique commune, s'inspi­rant de leur connaissance des enjeux sociaux et éducatifs et s'ajustant constamment aux nouvelles réalités pédagogiques. Plus qu'un concept à redéfinir, la littératie médiatique multimodale s'insère dans la mission même de l'école et s'applique à toute la programmation des cursus scolaires, de la maternelle à l'université. Cet ouvrage présente de nouveaux objets d'étude tels que les genres, la lecture et l'écriture numériques ou des applications scolaires sous forme de designs didactiques originaux issus de méthodologies aussi diversifiées que complexes. Il vise autant à aider l'enseignant à repenser sa pratique qu'à renforcer un domaine de recherche novateur : la littératie médiatique appliquée (LMM@) à la classe, à la société, à la vie.

  • L'apprentissage par projet, en plaçant le focus sur l'apprenant en action, vient instaurer avec plus de force une dynamique interactive dans l'enseignement. Cette formule stimule en outre la confiance de l'apprenant en ses habilités et la fierté devant ses réalisations. En cela, elle devient une ressource complémentaire de premier plan pour l'enseignant qui continue à assumer globalement sa responsabilité d'éducateur.

  • Les archives et l'archivistique se sont transformées au cours des dernières années, notamment sous l'influence des nouvelles technologies de l'information et de la communication. C'est ainsi qu'ont émergé de nouvelles problématiques exigeant une adaptation des bases théoriques de la discipline et une révision de ses pratiques. La profession d'archiviste s'est développée au rythme de ces changements, tant par l'institutionnalisation de la formation que par le renforcement de liens à travers la mise en place et la vitalité des associations d'archivistes.

    S'inspirant de leurs recherches, de leurs pratiques et de leurs réflexions, une vingtaine de spécialistes, dont plusieurs archivistes, provenant du Québec, du Canada et de l'étranger, font le point sur diverses thématiques liées aux archives elles-mêmes, à la discipline archivistique et à la profession d'archiviste. Les professionnels de l'archivistique, les étudiants en sciences de l'information et toute personne s'intéressant à ce domaine y trouveront une synthèse des problématiques qui jalonnent la discipline.

    Cet ouvrage constitue un hommage à la carrière de Carol Couture qui, à la fois comme archiviste, administrateur et professeur, a consacré sa vie professionnelle à la reconnaissance des archives, au développement de l'archivistique et à la promotion de la profession d'archiviste.

  • Comment gérer l'anxiété et le plaisir associés à l'apprentissage ? Comment favoriser la confiance et l'engagement nécessaires à l'apprentissage ? Quel impact les relations parents-enfant ont-elles sur l'apprentissage ? Voilà autant de questions sur lesquelles se sont penchés des spécialistes préoccupés par la formation à l'enseignement afin de prendre en compte les réactions émotives des élèves par rapport à l'école.

  • Les cadres scolaires assument la responsabilité de nombreux changements dans les services et les établissements qui leur sont confiés ; ils doivent également s'adapter eux-mêmes à tous ces changements. C'est pourquoi le présent ouvrage met l'accent, non seulement sur leurs actions, mais aussi sur le gestionnaire lui-même, sur sa prédisposition au changement et sur le rôle qu'il joue auprès de son équipe et de la communauté scolaire. Les apports théoriques, les perspectives des auteurs et les activités d'intégration l'amèneront à mieux concevoir et accompagner divers types de changement en éducation, qu'ils soient imposés, choisis ou émergents, mineurs ou majeurs, pédagogiques, culturels, technologiques ou administratifs.

    La gestion du changement à l'école : petit manuel à l'intention des cadres scolaires rassemble les meilleures trouvailles pédagogiques pour motiver, éclairer, stimuler la réflexion et l'action des cadres scolaires en formation ou en exercice, et de toute personne intéressée au changement en éducation.

    Christine Brabant est chercheuse et professeure agrégée en fondements et administration de l'éducation à l'Université de Montréal.

    Jean Bernatchez est chercheur, politologue spécialisé en éducation et professeur à l'Université du Québec à Rimouski.

    Christiane Caneva est chargée d'enseignement à la Haute école pédagogique Vaud, à Lausanne.

empty