Sciences du langage


  • Les hommes-lézards dirigent-ils le monde en secret ? Le concombre espagnol est-il un serial killer ? Votre supermarché vous connaît-il mieux que vos parents ?

    Face à la complexité du monde, le Manuel d'autodéfense intellectuelle, drôle, original, accessible et intelligent, propose en neuf chapitres une véritable initiation à l'esprit critique. Du discours complotiste à celui des publicitaires en passant par ceux des politiciens, des scénaristes de séries télé, des pseudo-scientifiques ou des extrémistes de tout poil, ce livre nous invite à décrypter toutes les formes de rhétorique susceptibles de nous influencer à notre insu. Depuis sa sortie, il s'est imposé comme une référence auprès des jeunes lecteurs, mais aussi des parents ou des enseignants désireux de combattre efficacement langue de bois, intox, amalgames, fausses rumeurs et autres psychoses.
    " Excellent. Un tour de force. Sophie Mazet nous entraîne, avec grâce et légèreté, à penser les sujets les plus complexes. " Olivier Postel-Vinay (directeur du magazine Books), Libération.

    " Un humour décapant ! " Nathalie Perrier, Le Parisien.

  • Pénétrez dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde !
    Qui décide des règles de Wikipédia ? Certains articles peuvent-ils être censurés? Y a-t-il un rédacteur en chef ? Quel est le modèle économique qui la régit ? Combien y a-t-il d'articles à ce jour ? Qu'est-ce qu'un wikipédien ?
    Nous l'utilisons tous les jours, et pourtant elle reste très mystérieuse à nos yeux. Certains en sont adeptes, d'autres l'accusent de tous les maux. En 2020, l'encyclopédie Wikipédia fêtera ses 20 ans, avec plus de 2 millions d'articles publiés. Rémi Mathis, président du conseil scientifique de Wikimédia France de 2014 à 2017, connaît l'encyclopédie mieux que personne. Il répond dans ce livre à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur l'encyclopédie libre.

  • Nous le constatons tous les jours: la nouvelle économie numérique qui carbure aux algorithmes et aux mégadonnées (Big Data) pose des défis de plus en plus préoccupants à nos sociétés, surtout en ce qui a trait à la protection de la vie privée, au travail ou au vivre-ensemble. Au-delà des promesses de progrès et de liberté que nous chantent ses principaux laudateurs, dont Google, Amazon et Facebook, quelles logiques, quels intérêts se cachent dans la lumière de nos écrans? Qui possède nos donnée? Quels dangers recèle la rencontre de l'automatisation du travail, de la cybernétique, de la quantification et du néolibéralisme à travers le Big Data?
    Ces logiques numériques capitalistes participent à l'amenuisement, voire à la suppression de l'espace politique, à l'érosion de la pertinence économique et sociale du travail humain et à la destruction de la société comme lieu de mutualisation des activités, des projets et des risques. Les moindres aspects de nos existences sont paramétrés en données, c'est-à-dire en marchandises ou en outils de surveillance. Il s'agit de tout mesurer, de numériser le réel et de réduire la vie à des indicateurs: seul ce qui est compté compte. Qui plus est, ces dynamiques accélèrent la mise en place d'oligopoles de la donnée d'une puissance financière et technologique sans précédent. En un mot, elles menacent ni plus ni moins nos sociétés de dissolution.
    Pierre Henrichon déploie une analyse percutante des dynamiques sous-jacentes à ce véritable complexe sociotechnique et financier qu'est le phénomène du Big Data, mais offre également un vibrant plaidoyer contre cette tendance à réduire l'humain à une forme de capital dont il faut uniquement mesurer le rendement.

  • Certains parents sont confrontés à des enfants réfractaires à l'autorité et rencontrent des difficultés pour les éduquer...
    Comment asseoir son autorité sans pour autant être tyrannique ? Comment être indulgent sans être laxiste ? Si ces questions vous tourmentent et que vous éprouvez certaines difficultés à imposer votre autorité à vos enfants, cet ouvrage est fait pour vous !
    Catherine Schwennicke y aborde autrement le concept d'autorité. S'appuyant sur les recherches et les méthodes de l'approche neurocognitive et comportementale (ANC), elle explique pourquoi certains enfants sont réfractaires à l'autorité et semblent difficiles à éduquer. Grâce à de nombreux témoignages, l'autrice expose des problématiques claires, et donne des conseils concrets et efficaces pour vous guider et vous accompagner dans votre mission d'éducation.
    Si vous avez tout essayé en vain, ce livre vous donne une chance ultime de reprendre la main dans l'éducation de vos enfants. Saisissez-la !
    « En accompagnant des enseignants et des parents, j'ai réalisé à quel point comprendre les causes des comportements "difficiles" était important pour agir de manière plus adaptée. » (Catherine Schwennicke)
    Cet ouvrage expose des problématiques concrètes et des solutions efficaces en fonction de ces dernières !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Catherine Schwennicke est psychologue, formatrice et thérapeute. Formée, entre autres, au modèle de l'ANC auprès du docteur Jacques Fradin, elle accompagne les parents, les enseignants, les soignants et les dirigeants. Lors de ses ateliers, formations, conférences et entretiens individuels, elle enseigne une meilleure compréhension du comportement humain et donne des clés pour mieux gérer leurs automatismes et réagir avec plus de calme et d'efficacité.

  • Pédagogie pour des temps difficiles ; cultiver des liens qui nous libèrent Nouv.

    Le futur est dans l'enfance. Pas seulement parce que le futur appartient aux enfants, mais surtout parce que l'enfance est le seul état dans lequel l'humain fait profondément alliance avec l'univers qui l'entoure. Or, en ces temps difficiles que nous traversons, notre principale possibilité d'un futur émancipé réside précisément dans cette alliance avec l'univers que portent en eux les enfants. Si la pédagogie est le soubassement essentiel à toute entreprise d'émancipation de l'enfant, elle doit l'accompagner dans sa création de liens avec tout ce qui vit autour de lui. Autrement dit, la pédagogie doit cultiver des liens qui libèrent. Ce n'est pas seulement une question de formation des nouvelles générations, c'est toute notre culture et notre futur qui sont en jeu.

  • Depuis les années 1950 la sexualité des jeunes inquiète les autorités. À l'heure d'internet, l'accès facilité à la pornographie, l'exposition de la sexualité sur les réseaux sociaux ou le cyberharcèlement angoissent car ils s'exerceraient dans des espaces incontrôlables.Mais sait-on vraiment ce que les jeunes font sur internet en matière de sexualité ? Et en quoi ces pratiques influent sur leur vie ? C'est à ces questions que répond ce livre, fruit d'une enquête menée auprès de 1 500 Français de 18 à 30 ans. Prenant en compte l'âge, la classe ou le genre des personnes interrogées, il en résulte une analyse des relations que les jeunes entretiennent avec la sexualité qui va souvent à l'encontre des préjugés. Une réflexion passionnante sur les frontières de l'intime à l'heure du numérique.

    Yaelle Amsellem-Mainguy est chargée de recherche à l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (INJEP). Elle a publié l'Atlas des jeunes en France (Autrement, 2012) et Enqueter sur la jeunesse (Armand Colin, 2018, avec Arthur Vuattoux).Arthur Vuattoux enseigne la sociologie à l'Université Paris 13 et est chercheur à l'INJEP. Il a travaillé sur le genre et la sexualité et a notamment traduit Raewyn Connell, Masculinites. Enjeux sociaux de l'hegemonie (Amsterdam, 2014).

  • « Il ne s'agit pas d'une révolution numérique, mais d'une civilisation numérique ». Cette phrase prononcée par Irina Bokova, directrice de l'Unesco, résume à elle seule l'importance des humanités numériques. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, celles-ci ne sont pas l'affaire de quelques geeks lettreux, mais, traitant de notre patrimoine et de nos identités, elles nous concernent tous et nous accompagnent déjà au quotidien.
    Dématérialisation du savoir, démocratisation de la culture, mais aussi mort du livre et création de nouvelles inégalités, les humanités numériques font débat : quelles limites fixer à la collecte et l'exploitation des données ? Quel rapport voulons-nous entretenir avec notre passé et les autres communautés ? Comment réguler les usages délictueux ?
    Au travers d'une analyse précise et d'exemples concrets, Dominique Vinck montre que les humanités numériques vont bien au-delà de la bonne maîtrise de l'informatique. Elles sont un défi posé à notre société pour la nouvelle humanité que nous voulons construire.

  • Rêvée depuis la nuit des temps, imaginée avant l'informatique, nommée dans les années 50 (du 20ème siècle), l'Intelligence Artificielle a traversé des moments difficiles depuis mais connaît ces dernières années une expansion grâce à l'augmentation des performances des ordinateurs et surtout les masses de données générées par une civilisation de plus en plus numérisée. Cette omniprésence de l'IA est la promesse de jours meilleurs pour certains mais le début de la fin de l'humanité pour d'autres. En adoptant, dans les deux parties de ce livre, ces points de vue diamétralement opposés, les auteurs ont cherché à présenter les multiples facettes de cette technologie et ses conséquences sur nos vies, notre relation au travail mais aussi nos choix de société et notre environnement. Qui, des prophètes de malheur ou des technophiles heureux, a raison ? Chacun pourra se faire une opinion, peut-être grise, à la lecture du livre blanc et du livre noir de l'IA. Ce n'est qu'en connaissant les bons et les mauvais côtés de sa créature que l'humanité pourra la maîtriser.

  • Des enfants vivent jour après jour des malaises liés à leur fréquentation de l'école sans que de réels troubles d'apprentissage soient diagnostiqués. Que faire ?

  • Les jeunes et même les moins jeunes accueillent aujourd'hui avec enthousiasme l'arrivée de Netflix, de Youtube, demain de Disney. Ils sont la nouvelle télévision, la télévision en mieux.
    Or ces offres restructurent en profondeur tout l'écosystème de l'audiovisuel. La publicité a perdu 10 000 emplois au cours des dernières années, les chaînes commerciales privées ne vont pas bien, certains pays européens se demandent s'il leur faut encore une télévision publique, le cinéma français craint que les bonnes années ne soient derrière lui. Et Netflix ne passe pas ses films en salles, mais obtient des prix partout dans le monde, sauf à Cannes.
    Comment en est-on arrivé là ? Quels sont les mécanismes cachés qui animent ce nouveau monde audiovisuel ? Au moment où l'Amérique de Donald Trump s'éloigne de l'Europe, où la consommation de vidéo engendre des monceaux de big data personnelles qui partent outre-Atlantique, comment faire pour ne pas perdre complètement cette guerre éclair au terme de laquelle la majorité des médias européens risquent de passer sous pavillon américain ?

  • Aujourd'hui, les mots « éducation » et «école» sont devenus quasiment synonymes. Pourtant, l'école ne représente qu'une infime partie de l'histoire de l'éducation. Comment cet amalgame a-t-il pu se produire? Pourquoi en sommes-nous arrivés à croire que l'éducation de nos enfants devait relever de la responsabilité de l'État? Quelles logiques sont à l'oeuvre derrière cette vaste entreprise de normalisation des masses ?
    Une éducation sans école, qui se présente comme une longue lettre à Ivan Illich, porte un regard critique sur l'institutionnalisation de l'éducation. À la lumière des grandes théories de la pédagogie (Sébastien Faure, Célestin Freinet, Edgar Morin, David Sobel...), Thierry Pardo soutient que les parents sont souvent les mieux placés pour éduquer leurs enfants et il examine diverses alternatives éducatives: la transmission du savoir dans les sociétés traditionnelles et autochtones, l'«éducation à domicile» (unschooling) et celle prodiguée par le biais du voyage. Cet ouvrage au souffle poétique et libertaire est traversé par la métaphore du pirate, alliance de l'imagination et de la révolte, de l'utopie et de l'aventure. Sa proposition, inscrite dans le champ de l'éducation relative à l'environnement, s'appuie notamment sur le contact avec la nature et l'insertion dans un réseau social fécond.

  • La série n'est pas simplement un genre télévisé en vogue, c'est d'abord une forme. C'est du neuf esthétique, et on sait que les inventions de formes sont rares. Pour la décrire, il faut se lancer dans une anatomie comparative et la confronter à d'autres formes, au cinéma, évidemment, mais aussi à des formes plus anciennes, fondamentales dans notre civilisation?: au mythe, au roman, aussi au tableau. La question de la série se pose depuis toujours, dans la littérature, avec le feuilleton par exemple, ou dans l'art, avec les Nymphéas de Monet, la reproductibilité technique selon Walter Benjamin ou la collection, notamment. Mais la forme-série n'est pas qu'un problème esthétique, et cette forme n'est pas seulement nouvelle, elle est profondément actuelle. La forme-série pourrait être le langage du monde comme il est?: en crise. La série serait une forme de crise. Elle serait structurée comme le monde en crise, ou le monde serait lui-même structuré comme une série. D'où l'interrogation qui anime le propos?: de quoi la série est-elle la forme?? La série symptôme du monde comme il va, ou comme il ne va pas. Une forme témoin du malaise dans la civilisation. Cela conduit, pour finir, à la question de savoir pourquoi les femmes occupent le devant de la scène des séries.

  • Les textes utilisent différents ressorts et s'appuient sur plusieurs thèmes chers aux enfants de cet âge : détournement de contes, pièce policière, jeux de mots et de langage, voyage dans le futur, légendes chinoises...

    De longueur et de distribution variables, ces petites comédies peuvent être aisément montées en classe ou en atelier théâtre.
    Liste des pièces :
    - La brousse a le blues Françoise Lambert-Bellanger (8/10 ans) - Saynètes inspirées de légendes chinoises Sabine Jourdain (8/11 ans) - La pêche miraculeuse Sylvie Reynard (8/11 ans) - Le grenier de grand-mère Didier Barthe (8/11 ans) - Vacances de Ouf Sylvaine Hinglais (9/11 ans) - Disparition dans les Highlands Anne-Marie et Sylvie Mésa (9/11 ans) - Comment le Petit Chaperon rouge devint le Grand Méchant loup... ou presque René Gouichoux et Olivier Ka (9/11 ans) - Alice au pays enfantasmique Cylia Ribano (9/11 ans) - J'accuses Marjorie Fabre (8/11 ans)

  • " On est plus motivé quand on apprend avec le numérique ", " Les vidéos et informations dynamiques favorisent l'apprentissage ", " Le numérique permet d'adapter les enseignements aux élèves "... Autant d'affirmations que l'on entend régulièrement. Mais s'appuient-elles sur des résultats d'études sérieuses ?
    L'ouvrage est organisé en onze chapitres traitant chacun d'une attente, ou d'un mythe, autour des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement.
    Chaque chapitre :
    - présente le mythe : développement des attentes et des arguments généralement avancés justifiant ces attentes ;
    - dresse un rapide bilan des travaux scientifiques examinant ce mythe ou permettant d'évaluer la validité des attentes : présentation des derniers travaux et revues de questions dans la littérature scientifique ;
    - décrit concrètement plusieurs études pertinentes illustrant la réalité des TICE en lien avec le mythe, pour aider à la compréhension des apports et des limites du numérique ;
    - présente une conclusion sous forme de réponse au mythe et de propositions pour la mise en oeuvre dans la classe.

  • Jamais les premiers apprentissages numériques n'ont fait l'objet d'autant de recherches scientifiques. Le savoir dans ce domaine évolue vite : travaux sur le rôle de la langue d'apprentissage (suivant que les enfants sont anglophones ou francophones), recherches sur les difficultés durables en mathématiques, etc.En s'appuyant sur les résultats les plus récents, ce livre a trois ambitions :- présenter les conditions de la réussite à l'école maternelle : comment favoriser la compréhension des nombres et le progrès vers le calcul ?- aider les parents et les enseignants à prévenir l'échec en mathématiques ;- permettre aux enseignants et aux formateurs de se situer face à une pluralité de propositions pédagogiques.Depuis longtemps, les pédagogues s'élèvent contre l'idée qu'il y aurait des enfants doués en mathématiques et d'autres qui ne le seraient pas. Et pourtant, cette idée persiste dans l'opinion. La raison de cette discordance nous est révélée par les recherches sur les difficultés durables en mathématiques chez les enfants de 8 à 12 ans dont les procédures de calcul sont très déficientes : ces enfants ont mal compris ce qu'on leur enseignait quand ils étaient tout petits à l'école maternelle ; ils ont mal compris le comptage des objets. L'explication de leur échec en mathématiques remonte donc si loin dans leur passé scolaire que certains sont tentés de le faire remonter plus loin encore, jusqu'aux gènes...Mais au lieu de décréter que ces enfants sont peu doués pour les mathématiques, considérons plutôt qu'ils n'ont pas réussi leur première rencontre avec les nombres et essayons d'aménager autrement cette première rencontre.

  • Un ouvrage nécessaire pour comprendre la révolution à l'oeuvre dans l'information aujourd'hui.
    Fakenews, vérification des faits, consommation des écrans et du numérique par les jeunes, irruption des plateformes numériques mondialisées dans l'univers des médias traditionnels...Les médias et
    l'information sont aujourd'hui en pleine transformation,et tout le monde crie à l'urgence d'une éducation critique à et hors l'école pour faire face à des évolutions que le «numérique»semble accélérer. Partant d'une question d'actualité brûlante(comment et à quoi faut-il éduquer les jeunes dans le domaine des médias et de l'information?), l'ouvrage de Laurent Petit est une synthèse montrant, à travers l'évocation de précurseurs et d'expériences fondatrices, l'héritage complexe des rapports entre l'éducation et les médias. Il dévoile les enjeux du champ de l'EMI, dans lequel s'affrontent des intérêts contradictoires. Il propose enfin de repenser une approche critique qui rend possible une mise en perspective et une compréhension des enjeux politiques contemporains.

  • On sait l'impact des grands récits fondateurs sur la construction de la personnalité chez les enfants et pré-adolescents. Cet ouvrage exploite un thème riche, incontournable et très souvent traité par les enseignants ou animateurs de théâtre en CM et en début de collège : la mythologie.


    Destiné aux enfants de 8/12 ans, ce recueil met en scène de célèbres personnages de la mythologie gréco-romaine comme Hercule, Zeus, Apollon, Thésée, Ariane... ainsi que d'autres, moins connus, comme Polydectès, Diodore, Danaé... à travers une dizaine de saynètes.En plus de favoriser le jeu des acteurs, de privilégier les jeux de langage et de faire appel à l'imaginaire grâce aux références mythologiques omniprésentes dans ce recueil, les enfants enrichiront leur culture littéraire tout en jouant.Toutes ces saynètes, à interpréter en petits ou en grands groupes, peuvent être aisément mises en scène et représentées en classe ou en atelier théâtre.Les jeunes comédiens prendront plaisir à revêtir costumes et accessoires pour interpréter ces personnages mythiques !

  • L'objectif est de donner à tous des outils pratiques pour mettre en place une sensibilisation théâtrale.
    Optique de travail :
    - accorder une place centrale au corps ;
    - apprendre à gérer l'espace : celui des autres (avec les exercices collectifs), celui de l'autre (quand les exercices se font 2 par 2), le sien (dans les exercices individuels) ;
    - découvrir la notion de contact et tout ce qui s'expérimente avant même l'approche du texte au sein d'un groupe.



    Respiration, relaxation, lâcher-prise, improvisation et imagination sont les points forts de ces 50 exercices.
    Pour guider son choix, l'utilisateur trouvera des pictogrammes en regard de chaque exercice, indiquant leur spécificité et le nombre de participants.
    Enfin, des précisions sont fournies sur le déroulement d'une séance et le calendrier d'une semaine-type.

  • Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, difficultés de l'inclusion scolaire, etc., les refus d'école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. Ce livre propose de revenir sur ce long processus, qui prend ses racines dans un siècle et demi d'histoire. Il donne ainsi les clés pour comprendre et analyser les problématiques actuelles. Ponctué d'exemples concrets et de données chiffrées, il propose une approche globale qui prend en compte la totalité des acteurs : refus de l'éducation nationale, refus des élèves, des familles.

  • Les médias et leurs productions, les médiatisations, ont envahi notre quotidien. Dans nos espaces privés, professionnels ou publics, nous avons affaire à leurs offres, qu'il s'agisse d'informations, de propositions de divertissement, de préconisations ou d'injonctions. Porteurs
    d'enjeux multiples, politiques, socioculturels, économiques, les médias sont aujourd'hui tellement discutés - souvent décriés - qu'il est urgent de poser un regard distancié sur les réalités médiatiques contemporaines.
    Comment les analyser ?
    Cet ouvrage apporte les clés pour se poser les bonnes questions, connaître les approches et recherches en ce domaine, et bénéficier de conseils méthodologiques.

  • Cet ouvrage propose, pour les élèves de maternelle, environ 69 jeux d'entraînement à l'expression corporelle rythmée.Les jeux sont répartis selon les thèmes suivants :

    - Connaître son corps : apprendre à respirer, à se concentrer, à se relaxer, à maîtriser le schéma corporel et l'équilibre ;

    - Travailler ensemble : jeux de présentation et de familiarisation au groupe ;

    - S'approprier et maîtriser l'espace : grand espace, espace réduit ;

    - Rythme et musique : travail de l'écoute, bouger en rythme, improviser sur une musique, interpréter...Chaque activité prend en compte les objectifs spécifiques de l'école maternelle et propose des consignes précises.Deux spectacles sont également présentés ("Ensemble", "Sous la pluie"). Ils sont accompagnés de conseils pédagogiques et techniques, ainsi que de nombreuses explications chorégraphiques.

    En annexes : un dictionnaire scénique, une musicographie et une bibliographie.

  • Dans cet ouvrage, André Ouzoulias remet en cause les progressions et les didactiques actuellement en oeuvre en fin de maternelle et début d'élémentaire, et propose de développer des pratiques alternatives dans 4 domaines :
    - Le langage oral : l'auteur défend un authentique enseignement de la langue orale en maternelle, premier palier vers l'acquisition de la lecture ; l'objectif est qu'en fin de maternelle, tous les enfants s'expriment avec à propos et clarté.
    - La compréhension graphophonétique : il est plus efficace de commencer par faire comprendre l'idée de graphophonologie au niveau de la syllabe.
    - La production écrite : l'auteur défend la nécessité de consacrer à l'écriture une pédagogie active, appuyée sur la production de textes courts à l'aide de référentiels, dans des situations qui rendent les enfants autonomes et créatifs.
    - L'orthographe : afin de permettre aux enfants d'écrire beaucoup sans trop d'erreurs, il est indispensable de les outiller et de développer chez eux, dès le CP, la conscience orthographique.
    L'objectif est de permettre à tous les élèves d'apprendre à lire-écrire, et notamment à ceux qui n'ont que l'école pour apprendre.

  • Qu'est-ce que le langage ? Une question qui a fait l'objet de nombreuses études, théories et réflexions au cours des siècles...
    Le langage est l'une des capacités majeures des êtres humains. Mais qu'est-ce que le langage ? Cette question n'a cessé d'être posée au fil des siècles, d'abord par les philosophes et les grammairiens puis, dès la fin du XIXe siècle, par les linguistes et les psychologues du langage. Les théoriciens et chercheurs de ces diverses disciplines ont fourni des descriptions et des analyses des propriétés et des fonctions du langage qui sont particulièrement riches, mais qui sont aussi complexes et parfois fortement divergentes.
    Face à tant de diversité et de complexité, les enseignants, orthophonistes et autres praticiens ont souvent de la peine à identifier et comprendre les théories qui leur seraient utiles. Cet ouvrage vise à atténuer ces difficultés, en présentant les thèses de courants théoriques solides et diversifiés, anciens ou en cours d'élaboration, et en examinant leurs apports sous l'angle d'une critique constructive.
    Cet ouvrage de référence sur le langage vise à apporter un éclairage critique sur les différentes théories du langage, jusqu'aux plus complexes, qui peuvent être utiles tant aux enseignants qu'aux orthophonistes et autres praticiens.
    EXTRAIT
    Depuis de nombreuses années déjà, enseignants, psychologues, orthophonistes et rééducateurs rencontrent, dans leur pratique quotidienne, de nouvelles formulations théoriques, de nouvelles méthodes ou de nouveaux programmes qui s'inspirent des théories contemporaines du langage. Cet ouvrage leur est destiné. Il a pour objet de présenter les aspects essentiels des principales formulations de la linguistique, des sciences du discours et de la psychologie du langage, en se plaçant du point de vue de l'utilisateur ou du consommateur de théories. Étant nous-même psychologue du langage et didacticien des langues, nous avons été dans l'obligation de procéder à un examen approfondi des principales théories du langage disponibles aujourd'hui. Nous avons non seulement tenté de comprendre ces théories, d'en déceler les aspects positifs et/ou négatifs, mais surtout d'en saisir les fondements et les motivations : quels étaient les postulats philosophiques et épistémologiques des auteurs ; quelle démarche méthodologique ont-ils adoptée et pourquoi ; quelle est par conséquent la nature des données obtenues ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Paul Bronckart est professeur honoraire de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Éducation de l'Université de Genève. Après avoir été, de 1969 à 1976, collaborateur de Jean Piaget au Centre international d'épistémologie génétique, il a occupé un poste de professeur ordinaire en didactique des langues de 1976 à 2012. Dans ce cadre, il a créé des enseignements et conduit des recherches portant sur l'analyse des discours, la didactique des langues, l'acquisition du langage et le rôle que joue la maîtrise discursive dans le développement des personnes. Il est le fondateur du réseau international de l'interactionnisme sociodiscursif, et l'auteur de plus de cinq cents publications scientifiques.

  • Certains facteurs influencent l'état du français dans les productions journalistiques belges.
    L'usage de la langue par les journalistes est régulièrement critiqué. Que les reproches à cet égard soient fondés ou non, de nombreux facteurs peuvent expliquer l'état du français dans les productions journalistiques. L'ouvrage offre une analyse approfondie de ces facteurs, en se focalisant sur cinq sites d'information belges francophones (DH.be, La Libre.be, Le Soir.be, RTBF Info et RTL Info). La question est envisagée à partir d'un angle particulier : les représentations et les discours de journalistes et de rédacteurs en chef, rencontrés lors d'entretiens.
    L'ouvrage propose une analyse approfondie des facteurs de l'usage de la langue par les journalistes en Belgique francophone !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Antoine Jacquet est titulaire d'un doctorat en Information et communication obtenu en 2018 à l'Université libre de Bruxelles. Situées au croisement de la sociologie du journalisme et de la sociolinguistique, ses recherches portent principalement sur l'usage de la langue par les journalistes en Belgique francophone. L'auteur est aujourd'hui rattaché à l'ULB et à KBR dans le cadre d'un vaste projet de recherche consacré à l'histoire du journalisme en Belgique.

empty